En ce dimanche qui suit la solennité de Noël, l’Église nous invite à célébrer la Sainte Famille. Cette dernière est proposée comme modèle pour toutes les familles humaines. N’est-ce pas légèrement anachronique quand nous regardons les familles du XXIème siècle? Faut-il encore proposer cette Sainte Famille, composée de la Vierge Marie, de Saint Joseph et de l’Enfant-Jésus comme modèle?

Oui! Notre histoire personnelle s’insère toujours dans l’histoire d’une famille. De plus, nous ne le savons que trop bien, dans notre société occidentale, la famille traverse une grave crise d’identité, il est donc fondamental d’avoir un modèle qui nous aide à construire notre famille, notre vie. Ce modèle nous le trouvons dans la Sainte Famille de Nazareth qui nous permet de redécouvrir la vocation et la mission de la famille, de chaque famille. Marie, Joseph et Jésus sont là pour nous aider à redécouvrir la vocation première de ce trésor de l’humanité qu’est la famille. N’ayons pas peur de nous mettre à leur école.

La Sainte Famille n’était pas une famille sans problèmes. Marie et Jospeh ont eu la lourde charge d’éduquer l’Enfant-Jésus, le Fils de Dieu lui-même! Ils ont partagé la condition humaine de ce fils déconcertant, le suivant pas à pas dans la révélation de son mystère. Il n’a pas du être simple de veiller sur le Fils de Dieu, de fuir en Egypte, de rentrer ensuite à Nazareth et de voir Jésus grandir en sagesse et en grâce dans une vie ordinaire, sans manifestations exceptionnelles et ceci pendant 30 ans!

Avec le peu que nous disent les évangiles sur la Sainte Famille, nous découvrons que cette dernière est comme toutes nos familles: la vie n’est pas un long fleuve tranquille. Nous pourrions dire que c’est une famille ordinaire, comme toutes les autres. Elle a ses joies, ses peines, ses secrets. Elle mène une vie de foi. Les parents éprouvent la joie de voir naître et grandir un enfant sain et fort. Cette famille reçoit des prophéties qui lui annonce un avenir qui ne sera pas toujours facile. 

Nous aimerions bien en savoir un peu plus sur elle. N’ayons pas peur d’entrer dans l’intimité de cette famille. Oui, nous pouvons le faire sans crainte. Le silence des évangiles n’est pas là parce qu’il a quelque chose à cacher. Au contraire, ce silence nous permet d’entrer dans l’intimité de la Sainte Famille, il est une invitation à nous arrêter et à nous mettre à son école. « Ainsi, il n’est pas difficile d’imaginer ce que les mamans pourraient apprendre des prévenances de Marie pour son fils ou ce que les papas pourraient tirer de l’exemple de Joseph qui a consacré sa vie à défendre sa famille dans les moments difficiles, ou encore en quoi les jeunes pourraient être encouragés par Jésus adolescent pour cultiver leur vocation profonde. Chaque famille chrétienne peut accueillir Jésus, l’écouter, lui parler, grandir avec lui, et ainsi améliorer le monde. Faisons-lui une place dans notre cœur et dans nos journées. » (François, Audience du 17 décembre 2014)

Chaque famille peut accueillir Jésus nous dit le pape. Il se tient à la porte et il frappe. Si quelqu’un entend sa voix et lui ouvre la porte, il entre, il prend son repas avec lui. (Cf. Apocalypse 3,20). En famille, ouvrons la porte au Christ.

Comment faire l’expérience de sa présence? « La famille en fait l’expérience dans l’affection mutuelle et le dialogue entre époux et épouse, entre parents et enfants, entres frères et sœurs. Elle le vit aussi en se mettant ensemble à l’écoute de la Parole de Dieu et en partageant la prière commune : petite oasis spirituelle à mettre en place à un moment chaque jour. Il y a aussi l’engagement quotidien de l’éducation à la foi, à la beauté de la vie évangélique et à la sainteté. » (Message final du Synode extraordinaire sur la famille – 18/10/2014)

En ce jour, confions nos familles, confions chaque famille de la terre à la protection de la Sainte Famille avec les mots du pape François (Angélus du 29 décembre 2013):

« Jésus, Marie et Joseph
en vous nous contemplons
la splendeur de l’amour véritable,
à vous nous nous adressons avec confiance.

Sainte Famille de Nazareth,
fais aussi de nos familles
des lieux de communion et des cénacles de prière,
des écoles authentiques de l’Évangile
et des petites Églises domestiques.

Sainte Famille de Nazareth,
que jamais plus dans les familles on fasse l’expérience
de la violence, de la fermeture et de la division :
que quiconque a été blessé ou scandalisé
connaisse rapidement consolation et guérison.

Sainte Famille de Nazareth,
que le prochain Synode des Évêques
puisse réveiller en tous la conscience
du caractère sacré et inviolable de la famille,
sa beauté dans le projet de Dieu.

Jésus, Marie et Joseph
écoutez-nous, exaucez notre prière. »

Je suis prêtre de l’Église Catholique, vicaire général du diocèse d'Amiens, curé de la paroisse de la Paix, délégué épiscopal à l'accompagnement des séminaristes. Je suis aussi membre de l'Institut Notre Dame de Vie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.