Homélie pour le 29ème dimanche ordinaire - Année A

Lecture de ce 29ème dimanche ordinaire de l’année A: Isaïe 45,1.4-6; Psaume 95; 1 Thessaloniciens 1,1-5b; Matthieu 22,15-21

« À tout moment, nous rendons grâce à Dieu au sujet de vous tous, en faisant mémoire de vous dans nos prières. » (1 Thessaloniciens 1,2)

 

Dans notre société, nous sommes facilement enclins à dire ce qui ne vas pas. Il nous est plus facile d’être négatif, de dénoncer, de chercher ce qui fait défaut… Au cœur de notre monde si pessimiste, les mots de l’apôtre Paul : « À tout moment, nous rendons grâce à Dieu… » me font l’effet d’une cure de vitamine !

Ces mots de saint Paul viennent nous interroger. Savons-nous rendre grâce ? Savons le dire ? Mardi dernier, j’ai passé une partie de l’après-midi à l’école Saint Martin d’Yvrench. Dans une des classes, nous avons fait ce petit exercice : chacun recevait le prénom d’un autre élève de la classe et il devait dire, devant les autres, quelque chose de gentil à cet élève. Je peux vous dire que j’ai vu un certain nombre de visages s’éclairer d’un beau sourire !

Que nous faut-il faire pour rendre grâce ? Pour rendre grâce, il nous faut apprendre à voir, à reconnaitre les dons que Dieu nous fait. L’avenir ne se construit pas sur nos peurs, nos inquiétudes ou nos manques. Il se construit sur ce que le Seigneur nous donne.

Dans sa lettre aux Thessaloniciens, c’est bien ce que fait l’apôtre Paul. Il fait mémoire, il reconnait cette communauté que Dieu lui donne. Il regarde comment celle-ci met en œuvre l’Évangile qu’il lui a transmis. Et à travers cette mise en œuvre de l’Évangile, il reconnait l’action, la présence de Dieu. « En effet, notre annonce de l’Évangile n’a pas été, chez vous, simple parole, mais puissance, action de l’Esprit Saint, pleine certitude. » (1 Thessaloniciens 1,5)

Ce dynamisme de l’Évangile, Paul le reconnait à travers les trois vertus théologales qui se déploient dans la vie des croyants : la foi, l’espérance et la charité. La foi est active, la charité se donne de la peine et l’espérance tient bon en Jésus-Christ. L’action de grâce n’est pas qu’une simple béatitude, elle est action, dynamisme, marche en avant ! L’action de grâce n’est pas une simple répétition du passé. Elle est un moteur pour nous aider à relever les défis de notre temps. Elle est une force pour vivre l’Évangile dans le monde d’aujourd’hui. Le pape François nous dit : « L’action de grâce naît et grandit chez une personne et dans un peuple qui est capable de faire mémoire. Elle a ses racines dans le passé, qui, entre ombres et lumière, a progressivement généré le présent. » (Angélus du 14 février 2016)

Cette action de grâce est également portée au cœur de la prière de saint Paul… comme elle doit l’être pour nous aussi. C’est dans la prière que nous faisons mémoire. C’est dans la prière que nous nous souvenons des dons de Dieu, de ses bienfaits qu’il accomplit à travers celles et ceux qui nous entoure. L’action de grâce qui monte de nos cœurs est l’œuvre de l’Esprit Saint en nous.

Peut-être pourrions-nous tout au long de la semaine, et alors que nous allons nous préparer à fêter tous les saints, garder en mémoire ces mots de l’apôtre Paul : « À tout moment, nous rendons grâce à Dieu au sujet de vous tous, en faisant mémoire de vous dans nos prières. » (1 Thessaloniciens 1,2). Garder ces mots en mémoire, c’est chercher à les rendre présents, actuels. Aujourd’hui, je rends grâce pour ma famille. Aujourd’hui, je rends grâce pour mon conjoint, mes enfants, mes parents. Aujourd’hui, je rends grâce pour ma communauté chrétienne. Je rends grâce pour ses prêtres, ses paroissiens. Aujourd’hui, je rends grâce pour mes voisins, mes collègues…

Vivre cela, apprendre à entrer dans cette dynamique de l’action de grâce, ce n’est pas faire son Candide en disant : « Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles. » Vivre l’action de grâce, entrer dans cette dynamique, c’est apprendre à voir, dans le monde qui nous entoure et dans notre propre vie, l’œuvre de Dieu.

Demande cette grâce au Seigneur : savoir devenir des hommes et des femmes de l’action de grâce. Devenir des hommes et des femmes capables de reconnaitre Dieu à l’œuvre dans sa création et ses créatures. C’est cette dynamique qui nous fera accomplir pleinement notre vocation de baptisé et nous conduira sur le véritable chemin des béatitudes. Amen.

Je suis prêtre de l’Église Catholique, au service de l’Église qui est dans la Somme, membre de l’Institut Notre Dame de Vie. Actuellement, ma mission principale est d’être vicaire épiscopal, curé des quatre paroisses du Ponthieu-Marquenterre (St Esprit en Marquenterre, St Gilles d’Autre-Maye, St Honoré du Nouvionnais, St Riquier du Haut-Clocher), délégué épiscopal à l’accompagnement des séminaristes.

Un commentaire sur “« A tout moment, nous rendons grâce à Dieu… »”

Laisser un commentaire