BougiesAujourd’hui est un grand jour, une jour de fête et de joie pour la communauté chrétienne et pour toutes les familles réunies: des enfants de la paroisse vont recevoir le Corps du Christ en communiant pour la première fois. Chers enfants, si vous êtes heureux aujourd’hui parce que Jésus se donne à vous de façon toute particulière, tous ceux qui vous entourent en ce jour partage votre joie. Et cette joie, nous l’avons entendu dans l’Évangile, vient de Jésus lui-même: «qu’ils aient en eux ma joie, et qu’ils en soient comblés». (Jean 17,13)

Voilà la prière que Jésus adresse à son Père, au jour même où Jésus partage avec ses disciples son dernier repas. Oui, nous sommes au soir de la Cène, au moment où les Apôtres font, en quelque sorte, leur Première Communion! Cette prière de Jésus peut donc être accueillie pour nous aujourd’hui. Et que demande Jésus à son Père?

En tout premier, Jésus demande à son Père de garder dans la fidélité à son nom. Être fidèle à Dieu! C’est aussi ce que nous demanderons tout à l’heure dans le Notre Père: «Que ton Nom soit sanctifié.» De même, Jésus demande à son Père de nous garder du Mauvais au coeur du monde dans lequel nous vivons. C’est aussi ce que nous demanderons à Dieu dans le Notre Père: «Ne nous soumets pas à la tentation, mais délivre-nous du Mal». Il prie pour que nous puissions faire la volonté de Dieu.

C’est dans cette volonté de Dieu que se trouve notre bonheur, notre joie. Et notre bonheur et notre joie se trouve dans ce fait unique: celui d’être aimer. Et qu’est-ce sue l’amour? Ou plus exactement: qui est l’amour? Nous l’avons entendu dans la seconde lecture: «Dieu est amour». (1 Jean 4,16)

A l’époque où il est difficile de parler d’amour, et même d’aimer, cette Bonne Nouvelle devrait nous mettre le cœur en joie! Mais il est difficile d’aimer véritablement. L’amour n’est pas qu’un sentiment. Nous savons ce que signifie aimer quelqu’un. Nous ressentons de l’amour pour nos parents, nos frères et sœurs, nos amis… ou nous essayons! De même, un homme ressent de l’amour pour une femme (et inversement) à un tel point qu’ils désirent tous les deux se marier et fonder une famille, donner la vie. Et tout enfant normalement conçu est le fruit de l’amour d’un homme et d’une femme. Vous êtes, nous sommes, normalement, le fruit de l’amour de notre père pour notre mère et de notre mère pour notre père. Et tout cas, c’est ce que nous sommes appelés à construire.

Nous avons tous fait l’expérience qu’aimer quelqu’un ne signifie pas seulement ressentir quelque chose pour une personne. C’est aussi rendre service à quelqu’un par amour alors que cela nous ennuie ou que nous avons quelque chose de plus distrayant à faire. C’est aussi prendre du temps pour remonter le moral d’un ami, consoler quelqu’un dans la peine. C’est aussi pardonner à quelqu’un qui nous a blesser parce qu’avec lui nous voulons continuer d’être heureux. Dans ce cas, le sentiment ne suffit pas, il y a un désir, une volonté supplémentaire. Aimer, c’est être en mouvement, c’est bouger, se dépasser même quand le sentiment à disparu.

Aimer est ce qu’il y a de plus beau dans la vie mais ce  n’est pas facile… car aimer n’est pas si naturel que cela, puisque c’est Dieu qui est amour. Nous ne pouvons donc aimer véritablement que si nous puisons notre amour en Dieu. Et pour que cela nous soit plus facile, Dieu nous a manifesté son amour en Jésus. Dieu s’est fait homme en Jésus. En regardant comment Jésus a vécu, comment il a aimé, nous découvrons comment Dieu est amour et comment nous sommes invités à vivre cet amour. Jésus a donné sa vie pour nous. Il l’a donné en nous aimant jusqu’au bout, jusqu’à mourir sur la Croix. Il nous aime en se donnant à nous en nourriture dans l’Eucharistie, cette même Eucharistie que vous aller recevoir aujourd’hui et à chaque fois que vous viendrez communier à la messe.

C’est en accueillant la vie de Jésus au cours de la messe que nous accueillons véritablement l’amour en nous et que nous pourrons en vivre chaque jour, que nous pourrons être source d’amour. N’oublions pas que nous sommes créés à l’image et à la ressemblance de Dieu. Il nous faut donc entrer sur ce long chemin de transformation que produit en nous l’amour de Dieu: amour reçu et amour donné en retour.

Si notre monde va mal, c’est parce qu’il refuse de vivre de cet amour de Dieu. Il refuse d’accueillir Dieu dans sa vie. Aujourd’hui, par notre communion, nous ouvrons notre cœur à Dieu pour que nous devenions un peu plus semblable à Lui. En nous le serons toujours plus dans la mesure où nous venons souvent à cette source de l’amour qu’est l’Eucharistie. Mais cela doit aussi se traduire concrètement dans notre vie: «puisque Dieu nous a tant aimés, nous devons aussi nous aimer les uns les autres» (1 Jean 4,11). «Nous devons aimer non pas avec des paroles et des discours, mais par des actes et en vérité» (1 Jean 3,18). L’amour que nous avons en nous doit se traduire par des actes car, au soir de notre vie, seuls les gestes d’amour que nous aurons posés compteront.

L’amour est don de soi. Aujourd’hui, comme à chaque messe, Dieu se donne à nous dans le pain et le vin devenus son corps et son sang. Vous aussi, vous serez appelé à vivre cet amour en donnant votre vie: soit dans le mariage, soit dans la vie consacrée, soit, pour les garçons, comme prêtre. C’est exigeant mais c’est beau! C’est exigeant mais c’est le seul et unique moyen de parvenir au bonheur et d’avoir en nous la joie, la joie de Dieu lui-même! Amen.

Homélie pour le 7ème dimanche de Pâques – Année B
Première Communion

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.