Dieu est la source de ma joie !

« C’est vous qui en êtes les témoins » (Luc 24,48), voilà comment Jésus conclut sa catéchèse aux disciples au soir de Pâques. Et si nous sommes réunis aujourd’hui en cette église, c’est grâce au témoignage des disciples. Qu’ont-ils témoigné et à notre tour que sommes-nous invités à témoigner ?

Les disciples sont témoins du Christ Ressuscité. Et c’est là le cœur et le fondement de la foi chrétienne : Jésus Christ est mort et ressuscité pour le pardon des péchés. « Lui, le Chef des vivants, vous l’avez tué ; mais Dieu l’a ressuscité d’entre les morts, nous en sommes témoins. » nous a dit l’Apôtre Pierre dans les Actes des Apôtres (Actes 3,15). De même, Jésus conclut sa catéchèse par ces mots : « C’est bien ce qui était annoncé par l’Écriture : les souffrances du Messie, sa résurrection d’entre les morts le troisième jour, et la conversion proclamée en son nom pour le pardon des péchés, à toutes les nations, en commençant par Jérusalem. C’est vous qui en êtes les témoins. » (Luc 24,46-48)(Lire les lectures de ce dimanche)

Voilà le cœur de notre témoignage aujourd’hui encore. Peut-être que notre foi en la Résurrection a besoin d’être fortifiée. Les disciples, qui ont vu en chair et en os Jésus ressuscité, ont eux-mêmes été « frappés de stupeur et de crainte » (Luc 24,37). Oui, il n’est pas évident de croire que le supplicié du Vendredi Saint, Celui qui est mort sur la croix est vivant et qu’il est vivant d’une vie nouvelle. En effet, « la Résurrection du Christ n’est pas un retour à la vie terrestre. Son corps ressuscité est celui qui a été crucifié et qui porte les signes de sa Passion, mais il participe désormais de la vie divine avec les propriétés d’un corps glorieux. C’est la raison pour laquelle Jésus ressuscité est souverainement libre d’apparaître à ses disciples comme il veut, où il veut et sous des aspects variés. » (Compendium du Catéchisme de l’Église Catholique, n°129)

Devant l’extraordinaire de la Résurrection, Jésus ménage ses disciples pour faire comprendre la réalité de cet événement. Il leurs donne des signes différents et complémentaires. Il montre ses mains et ses pieds, marqués des signes de la crucifixion (v.40). Il demande ensuite à manger et il mange un poisson grillé (v.42). Jésus n’est ni un esprit, ni un fantôme. Le Ressuscité est vraiment homme. Il prend ensuite ce que connaissent les Apôtres : l’Écriture et il les ouvre à l’intelligence de celle-ci. Il leur fait comprendre comment, à travers cet événement unique de l’histoire, Dieu accomplit la promesse qu’il a faite de mener à bonne fin son œuvre d’amour et de salut. Autre signe que Jésus accomplit pour faire comprendre la réalité de la Résurrection : il offre la paix. « La paix soit avec vous ! » (Luc 24,36). Celle-ci est le signe que l’homme est accordé à Dieu. Elle est don de Dieu.

N’ayons pas peur de demander à Jésus qu’il fasse grandir notre foi pascale, notre foi en sa mort et sa résurrection. En scrutant la Parole de Dieu mais aussi en vivant pleinement de l’Eucharistie, nous pourrons entrer toujours plus dans la compréhension du cœur même de la foi chrétienne. Le sacrement de l’Eucharistie nous fait vivre sans cesse le Mystère de la Mort et de la Résurrection du Christ, dans la suite de notre baptême. Il nous fait entrer dans l’intimité de ce que le Christ a vécu pour nous, mais c’est aussi à la fraction du pain que nous reconnaîtrons le Christ Ressuscité présent au milieu de nous, comme pour les Apôtres. Nourris par la Parole de Dieu et par l’Eucharistie, habité par l’Esprit Saint, reçu au jour de notre confirmation, nous pourrons être les témoins du Christ là où il nous envoi, là où nous sommes appelé à vivre. Amen.

Homélie pour le 3ème dimanche de Pâques – Année B

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu
ut lectus mattis dictum quis, neque. Aliquam
Fermer le panneau