Notre Dame de Sarkani (Lettonie)En ce premier jour de l’année, et le dernier de l’octave de Noël, l’évangile nous conduit encore à la crèche. Nous y sommes avec Marie, Joseph, le nouveau-né et les bergers. Nous ne nous lassons pas de nous réjouir du fait que « Dieu a envoyé son Fils; il est né d’une femme » (Galates 4,4) et ce Fils est venu « pour faire de nous des fils » (Galates 4,5). Par la naissance de Jésus, nous sommes fils et fille de Dieu. Puissions-nous, tout au long de cette année, redécouvrir ce que cela signifie pour chacun de nous: être fils ou fille de Dieu.

L’attitude des bergers et celle de la Vierge Marie vont nous aider à accueillir la joie d’être enfant de Dieu. Arrêtons-nous, en premier, sur l’attitude de celle que nous fêtons aujourd’hui: la Vierge Marie. Saint Luc nous dit: « Marie retenait tous ces évènements et les méditait dans son coeur. » (Luc 2,19) Ce n’est pas par nostalgie que Marie garde en mémoire ce qui lui arrive et les médite en son coeur. Marie est une femme de l’aujourd’hui! Marie fait mémoire de l’action de Dieu dans son histoire personnelle et celle de son peuple pour découvrir quel « oui » elle est appelée à dire aujourd’hui afin que la promesse de Dieu se réalise. Il en est de même pour chacun de nous. Apprenons à faire mémoire de l’action, de la présence de Dieu dans notre vie afin de pouvoir dire « oui » chaque jour à son amour. Nous le faisons à chaque fois que nous nous rassemblons pour célébrer l’Eucharistie, sachons aussi le faire dans notre prière personnelle quotidienne.

Et maintenant, regardons les bergers. « Après l’avoir vu, ils racontèrent ce qui leur avait été annoncé au sujet de cet enfant. » (Luc 2,17) « Les bergers repartirent; ils glorifiaient et louaient Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu selon ce qui leur avait été annoncé. » (Luc 2,20) Les bergers témoignent, annoncent ce qu’ils ont vu et entendu. Ils sont missionnaires de la Bonne Nouvelle. Leur témoignage a deux dimensions: ils racontent leur rencontre avec le Christ. Ils témoignent de cette rencontre qui a bouleversé leur vie. Mais leur témoignage est aussi une louange, une action de grâce au Seigneur. Les bergers n’étaient certainement pas bardés de diplôme… c’est avec les mots de leur quotidien qu’ils ont témoigner, qu’ils ont rendu gloire à Dieu. Alors, nous aussi, n’ayons pas peur de raconter, avec simplicité et sincérité, notre rencontre avec le Seigneur. N’ayons pas peur de louer la bonté de Dieu pour son peuple comme les bergers n’ont pas eu peur de le faire.

Oui mais, c’est pas si simple. Que va-t-on dire de nous? Et bien, figurez-vous que « tout le monde s’étonnait de ce que racontaient les bergers. » (Luc 2,18) Dans cet étonnement, il y avait certainement des signes d’indifférence, d’hostilité mais aussi de joie, d’accueil de cette Bonne Nouvelle… alors en 2014, n’ayons pas peur de dire la joie de l’Évangile pour nous. N’ayons pas peur d’inviter celles et ceux qui nous entourent à vivre cette rencontre bouleversante avec le Christ, avec Jésus.

Plutôt que de se dire les uns aux autres des voeux hypocrites, d’échanger des « Meilleurs voeux! » dont on ne sais même pas ce qu’ils sont. Ayons pour celles et ceux que nous rencontrons de véritables voeux, et comme dans le livre des Nombres, sachons leur dire: « Que le Seigneur te bénisse et te garde! Que le Seigneur fasse briller sur toi son visage, qu’il se penche vers toi! Que le Seigneur tourne vers toi son visage, qu’il t’apporte la paix! » (Nombres 6,23-26)

En tout cas, mes chers enfants, c’est ce que votre curé fait comme voeux pour chacun de vous, vos familles, vos proches, nos paroisses: que la joie de l’Évangile vous habite dans tous les événements de cette année qui commence. Puissiez-vous avoir les mêmes voeux pour votre pauvre curé: qu’il soit lui-même habité par cette joie de l’Évangile qui transforme toute vie. Amen.

Homélie pour la solennité de Sainte Marie, Mère de Dieu

Je suis prêtre de l’Église Catholique, vicaire général du diocèse d'Amiens, curé de la paroisse de la Paix, délégué épiscopal à l'accompagnement des séminaristes. Je suis aussi membre de l'Institut Notre Dame de Vie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.