Ce n’est pas sans émotion que nous fêtons, aujourd’hui, sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face. En cette année de la Vie Consacrée, à l’aube du Synode sur la Famille et à quelques semaines de l’ouverture du Jubilée de la Miséricorde, la « petite » Thérèse se révèle une fois encore comme un guide de confiance pour nous aider à entrer de plain-pied sur le chemin de la miséricorde que nous invite à prendre le pape François.

Dans l’évangile que nous venons d’entendre (Matthieu 11,25-30), Jésus fait monter vers son Père cette prière : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits. » (Matthieu 11,25) Les sages et les savants sont ceux qui ont le savoir-faire nécessaire pour avancer dans la vie. D’un point de vue purement humain ce savoir-faire peut-être pur orgueil et ne mener à rien de bon si il n’est pas aussi écoute de la Parole de Dieu. C’est ainsi que la vraie sagesse est révélée aux tout-petits, à celles et ceux qui savent garder une confiance d’enfant vis-à-vis de Dieu. Les mots de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face peuvent devenir alors ceux de notre prière : ce qui plait au Bon Dieu « c’est de me voir aimer ma petitesse et ma pauvreté, c’est l’espérance aveugle que j’ai en sa miséricorde… Voilà mon seul trésor. » (Lettre 197)

Pourquoi Thérèse peut-elle avoir une espérance aveugle en la miséricorde divine ? Parce qu’elle ne cesse de contempler Jésus. C’est sur Lui que Thérèse porte tout son amour. « Voici ma prière, écrit-elle, je demande à Jésus de m’attirer dans les flammes de son amour, de m’unir si étroitement à Lui, qu’Il vive et agisse en moi. » (Manuscrit C, 36r°) Par cette attitude d’offrande, elle découvre qu’à « travers sa parole, ses gestes, et toute sa personne, Jésus de Nazareth révèle la miséricorde de Dieu. » (Pape François, Bulle d’Indiction du Jubilée de la Miséricorde, 1) « Jésus-Christ est le visage de la miséricorde du Père » (Ibid.) Jésus est le chemin de la miséricorde : chemin qui permet à l’amour du Père de descendre jusqu’à nous ; chemin qui nous permet d’aller à la rencontre de l’amour du Père. L’un et l’autre se rencontrent en Jésus.

Découvrant que l’amour de Dieu se révèle et s’exprime en Jésus-Christ, Thérèse de l’Enfant-Jésus prend sur elle le joug de Jésus pour devenir son disciple (Mt 11,29) Elle attache pleinement sa vie à celle de Jésus pour trouver en Lui le repos de son âme. Elle offre sa vie à cet amour miséricordieux.

En cette année de la vie consacrée, et année Thérésienne, renouvelons le don de nous-même à l’amour miséricordieux du Père qui se révèle en son Fils, par l’Esprit-Saint. Demandons à la « petite » Thérèse la grâce de faire l’authentique expérience de la miséricorde au cœur de nos vies, de nos communautés, de nos familles… Demandons lui qu’elle nous obtienne de devenir miséricordieux afin que nous obtenions miséricorde, comme nous le promettent les Béatitudes : « Heureux les miséricordieux, ils obtiendront miséricorde. » (Mt 5,7)

A la suite de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face, et comme l’écrit le pape François : « Nous avons toujours besoin de contempler le mystère de la miséricorde. Elle est source de joie, de sérénité et de paix. Elle est la condition de notre salut. Miséricorde est le mot qui révèle le mystère de la Sainte Trinité. La miséricorde, c’est l’acte ultime et suprême par lequel Dieu vient à notre rencontre. La miséricorde, c’est la loi fondamentale qui habite le cœur de chacun lorsqu’il jette un regard sincère sur le frère qu’il rencontre sur le chemin de la vie. La miséricorde, c’est le chemin qui unit Dieu et l’homme, pour qu’il ouvre son cœur à l’espérance d’être aimé pour toujours malgré les limites de notre péché. » (Bulle d’Indiction du Jubilée de la Miséricorde, 2) Amen.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.