Homélie pour le 31ème dimanche ordinaire de l'année A

Parole de Dieu de ce dimanche: Malachie 1,14b-2,2b.8-10; Psaume 130; 1 Thessaloniciens 2,7b-9.13; Matthieu 23,1-12

lire les textes

« Quand vous avez reçu la Parole de Dieu (…) vous l’avez accueillie pour ce qu’elle est réellement, non pas une parole d’homme, mais la parole de Dieu qui est à l’œuvre en vous, les croyants. » (1 Thessaloniciens 2,13)

 

Dans la liturgie de ce jour, saint Paul nous invite à accueillir les lectures pour ce qu’elles sont réellement : non pas une parole d’homme mais la parole de Dieu. Nous l’entendons de la bouche de l’apôtre Paul aujourd’hui, mais c’est ce que nous redisons à chaque liturgie. En effet, après chaque lecture, quand le lecteur proclame : « Parole du Seigneur », nous répondons : « Nous rendons grâce à Dieu ». De même à la fin de l’Évangile, quand le ministre ordonné proclame : « Acclamons la Parole de Dieu » et que nous répondons : « Louange à toi, Seigneur Jésus ». Nous attestons par-là, que ces paroles ne sont pas de simples paroles d’homme mais qu’elles sont paroles de Dieu.

Que veut nous dire saint Paul quand il dit : « vous l’avez accueillie pour ce qu’elle est réellement (…) la parole de Dieu qui est à l’œuvre en vous… » ? Il réaffirme le rôle du prophète. Celui-ci est la bouche de Dieu. Le prophète parle mais c’est l’Esprit de Dieu qui se fait entendre à travers lui. Le prophète dit les mots de la foi mais c’est Dieu lui-même que donne la foi. C’est ce qu’écrit saint Paul aux Corinthiens : « Mon langage, ma proclamation de l’Évangile, n’avaient rien d’un langage de sagesse qui veut convaincre ; mais c’est l’Esprit et sa puissance qui se manifestaient, pour que votre foi repose, non pas sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu. » (1 Corinthiens 2,4-5)

Pour le prêtre que je suis, appelé à annoncer la Parole de Dieu, appelé à prêcher, cela invite à un acte d’humilité. Ce n’est jamais ma parole ni mes idées que j’ai à proclamer. C’est toujours la Parole de Dieu. Ainsi, pour chaque prédication, il est important de se mettre en prière pour demander au Seigneur : « Que veux-tu que je dise ? ». Pour cela, il est important d’accueillir pour soi-même la Parole de Dieu qui va être proclamée. Il est important de la prier, de la méditer pour reconnaitre, discerner son œuvre en moi, découvrir les chemins de conversion qu’il me reste à parcourir.

Cela revient à accueillir la parole du Christ dans l’évangile de ce dimanche. Ce n’est pas en se situant comme maitre mais en s’accueillant comme disciple que le prêtre est invité à être. Il a la charge de la communauté chrétienne non pas pour s’imposer à elle mais pour discerner avec elle et pour elle, là où le Seigneur veut la conduire. C’est en se situant comme disciple, ayant le premier une conversion à vivre, que le prêtre verra sa grâce de paternité se déployer car, alors, il la recevra du Christ lui-même.

Accueillir la Parole de Dieu comme croyant, c’est accepter de devenir disciple. C’est accepter d’avoir un chemin de conversion à vivre et de mettre en œuvre cette parole dans ma vie. La première attitude est une attitude de prière. Le Seigneur Jésus a voulu que sa Parole nous soit transmise par des pasteurs. Il faut donc prier pour eux afin qu’ils sachent se mettre à l’écoute de la Parole de Dieu pour nous la transmettre selon le cœur de Dieu. Il faut prier en demandant au Seigneur, qu’à travers le pauvre prédicateur que j’ai en face de moi, je sache accueillir ce que Lui, le Seigneur, veut me dire et non ce que moi je désire entendre !

Il n’est pas rare que je ne sois pas dans une situation véritable d’écoute quand j’accueille la Parole de Dieu. Combien de fois je cherche à lui faire dire ce que je désire entendre pour me conforter dans mes opinions ? Pour dire que j’ai raison ? Se mette à l’écoute de la Parole de Dieu, c’est se mettre dans une attitude d’obéissance à celle-ci. Obéir, dans le langage biblique, c’est mettre son oreille devant la parole. C’est écouter avec confiance parce qu’on a reconnu une parole d’amour. Oui, la Parole de Dieu, aussi exigeante soit-elle, est toujours une parole d’amour. Parce que cette Parole est une parole d’amour, je peux l’écouter avec confiance et m’y soumettre librement. Dès l’instant où j’écoute la Parole de Dieu en faisant un acte de foi avant, celle-ci me fait entrer un peu plus dans le mystère bienveillant de Dieu.

Frères et sœurs, demandons les uns pour les autres la grâce de savoir accueillir la Parole de Dieu au cœur de notre vie avec foi. Que la Parole de Dieu soit moteur dans nos vies. Qu’elle soit véritablement à l’œuvre en nous les croyants afin d’être les prophètes dont le monde a besoin aujourd’hui. Pour cela, n’hésitons pas à faire notre la prière du psalmiste :

« Seigneur, je n’ai pas le cœur fier ni le regard ambitieux ;
je ne poursuis ni grands desseins, ni merveilles qui me dépassent.

Non, mais je tiens mon âme égale et silencieuse ;
mon âme est en moi comme un enfant,
comme un petit enfant contre sa mère.

Attends le Seigneur, Israël,
maintenant et à jamais. »
(Psaume 130(131))

Je suis prêtre de l’Église Catholique, vicaire général du diocèse d'Amiens, curé de la paroisse de la Paix, délégué épiscopal à l'accompagnement des séminaristes. Je suis aussi membre de l'Institut Notre Dame de Vie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.