Un violent coup de vent (Ac 2,2), une sorte de feu qui se partageait en langues (Ac 2,3), et chacun qui se met « à parler en d’autres langues » (Ac 2,4)… ils ont kiffé grave ou quoi les Apôtres ? En voilà bien du barouf pour des Apôtres qui se sont enfermés par peur des juifs, alors que ceux-ci montent tout simplement à Jérusalem pour fêter la Pentecôte.

Tiens les juifs fêtent la Pentecôte ? Et oui ! Au jour de la Pentecôte, le peuple juif fait mémoire du don de la loi sur le Sinaï. Vous savez, ce jour, dans le livre de l’Exode, où Dieu lui-même « est descendu dans le feu sur la montagne qui tremblait violemment » (Ex 19,18). À croire, que le jour de la Pentecôte, voyant le don de Dieu se répandre sur l’humanité, les anges dans le ciel chantent : « Ce soir, on vous met le feu ! »

Oui, aujourd’hui, Dieu descend, non plus sur la montagne, mais sur les Apôtres et il descend sous forme de langue de feu et tous « furent remplis de l’Esprit Saint » (Ac 2,4). Ceci a pour conséquence que les Apôtres se mettent à parler en d’autres langues et qu’il s’expriment chacun selon le don de l’Esprit. Et c’est cet Esprit qui les pousse dehors pour proclamer à tous « les merveilles de Dieu » (Ac 2,11). C’est cet Esprit qui leurs permet de dire « Jésus est le Seigneur » (1 Co 12,3)

Dans l’évangile (Jean 20,19-23), le don de l’Esprit Saint se passe d’une façon beaucoup plus calme : après sa résurrection, Jésus apparaît aux disciples et il « répandit sur eux son souffle et il leur dit : « Recevez l’Esprit saint. » » (Jn 20,22) Avec ce don de l’Esprit Saint, Jésus envoie ses disciples en mission.

Le don de l’Esprit Saint produit, au plus profond des disciples, le joie. Les disciples passent de la peur paralysante à la joie profonde. Vous allez me dire : comment ne pas être habité par la joie quand nous sommes aimés ? Oui, le premier don de l’Esprit est l’Amour et c’est ce don qui contient tous les autres ! Cet Amour, « Dieu l’a répandu dans nos cœurs par l’Esprit qui nous fut donné. » (Rm 5,5) comme nous pouvons le lire dans l’épître aux Romains. Baptisé, et même confirmé*, il faut nous laisser travailler par cet Amour en nos cœurs, par la présence de Dieu en nous… que la venue de l’Esprit Saint en nos vies soit comme un tremblement de terre ou comme le doux murmure d’un fin silence.

Frères et soeurs, au jour de Pentecôte, cet Esprit Saint est descendu pour prendre possession des disciples du Christ. Au jour de Pentecôte, l’Esprit descend sur chacun des baptisés pour devenir l’hôte de notre âme. Au jour de Pentecôte, l’Esprit Saint prend possession de nous… alors comme le jardin se laisse cultiver par le jardinier, laissons-nous travailler par l’hôte si doux de notre âme !

Se laisser travailler par l’Amour de Dieu, c’est laisser l’Esprit agir en nous, développer en nous la charité, don de Dieu. Se laisser travailler par l’Amour de Dieu, c’est permettre à la charité d’éclore en nous, c’est permettre à l’Église de croître.

Se laisser travailler par l’Esprit Saint, c’est avec Abraham quitter son pays pour aller vers la terre promise, c’est quitter son « moi-même » pour aller vers l’épanouissement de la grâce baptismale : la sainteté !

N’ayons pas peur ! Laissons l’Esprit Saint agir en nous ! Dans le jardin de notre âme, l’Esprit Saint y mettra les plus beaux de ses fruits que sont les trois vertus théologales : la foi, l’espérance et la charité. La foi est le désir de la connaissance amoureuse du Dieu Père, que Jésus me révèle par sa Parole et son Église. L’espérance est le fruit du désir creusé en nous de posséder pleinement ce que nous croyons : la contemplation face à face de Dieu. La charité est la réalisation du commandement nouveau laissé par le Christ lui-même, elle est le don de l’amour pour Dieu et pour les autres.

En ce jour béni de la Pentecôte, laissons monter vers Dieu notre prière : Viens Esprit Saint, Dieu créateur, feu ardent qui consume, eau vive qui désaltère, brise légère… Viens Esprit Saint en nos cœurs, donne à tes serviteurs de dire, au monde, les merveilles de Dieu. Donne la force à chacun de proclamer : « Jésus est le Seigneur » Amen !

Homélie pour la solennité de Pentecôte – Année A

*un chrétien est adulte dans la foi quand il a reçu les trois sacrements de l’initiation que sont le baptême, la confirmation et l’Eucharistie

Je suis prêtre de l’Église Catholique, au service de l’Église qui est dans la Somme, membre de l’Institut Notre Dame de Vie. Actuellement, ma mission principale est d’être vicaire épiscopal, curé des quatre paroisses du Ponthieu-Marquenterre (St Esprit en Marquenterre, St Gilles d’Autre-Maye, St Honoré du Nouvionnais, St Riquier du Haut-Clocher), délégué épiscopal à l’accompagnement des séminaristes.

Laisser un commentaire