Homélie prononcée à la messe de clôture de la journée de récollection de la Formation des Laïcs En Responsabilité.

A la fin de cette journée de récollection, nous venons rendre grâce, dire merci, faire eucharistie pour ce temps où nous avons essayé de vivre plus particulièrement en présence de Dieu.

Nous avons fait une expérience de la présence de Dieu, de l’amour qu’il porte à chacun d’entre nous, à toute l’humanité. Nous avons fait mémoire de l’amour de Dieu. Autrement dit, nous avons fait anamnèse. Nous avons rendu présent cet amour, cette parole reçue au jour de notre baptême: « Tu es mon enfant bien aimé, en toi, j’ai mis tout mon amour. »

Au soir de ce jour, nous pouvons réentendre ce commandement du Christ (commandement délivré au soir de sa vie): « Comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres. » (Jn 13,34) L’amour que nous avons les uns pour les autres doit être à l’image de l’amour du Christ pour ses disciples. Tout d’abord, un amour qui est service. Ces paroles ont été prononcées juste après le geste du lavement des pieds. Jésus est venu nous dire que Dieu, par amour, se met aux pieds de ceux qu’il aime, se met aux pieds de l’humanité pour la servir.

Laver les pieds est le geste de l’esclave, du serviteur, accompli pour le voyageur qui arrive à la demeure du maître. Comment se sentir bien après une journée de marche, une journée de labeur? Un bon bain de pieds! Et si après le labeur de cette vie, si après la route, le pèlerinage de la vie, c’est le Christ lui-même qui m’accueille et me souhaite la bienvenue en son Royaume par ce geste d’amour… quel prix ai-je aux yeux de Dieu!

En ce temps de Pâques, le « Comme je vous ai aimé » prend aussi une autre profondeur, une autre consistance. Aimer, c’est donner sa vie! Aimer est le don complet de soi à Dieu et aux autres! Nous pouvons voir ici aussi une esquisse de toutes vocations, qui est accomplissement de ce commandement du Christ: don de soi total et sans condition dans le mariage, dans la vie consacrée, dans le sacerdoce ordonné.

Ce commandement du Christ prend encore du sens quand Jésus posera son regard sur Pierre alors que celui-ci l’aura renié trois fois. « Comme je vous ai aimés… » jusqu’au pardon de vos péchés. « Père, pardonne-leurs, ils ne savent pas ce qu’ils font ». Quel place pour le pardon quand l’amour est trahi?

Ainsi, vivre le commandement du Christ « Aimez-vous les uns les autres » est bien plus qu’une « valeur » à vivre. C’est un témoignage. Le témoignage de celui qui se laisse transfigurer au Christ. Témoignage qui est une réponse à ma vocation baptismale: la sainteté! Amen.

Homélie pour le 5ème dimanche de Pâques, année C
Récollection de la FLER

Actes 14,21b-27; Psaume 144(145),8-13
Apocalypse 21,1-5a; Jean 13,31…35

Je suis prêtre de l’Église Catholique, au service de l’Église qui est dans la Somme, membre de l’Institut Notre Dame de Vie. Actuellement, ma mission principale est d’être vicaire épiscopal, curé des quatre paroisses du Ponthieu-Marquenterre (St Esprit en Marquenterre, St Gilles d’Autre-Maye, St Honoré du Nouvionnais, St Riquier du Haut-Clocher), délégué épiscopal à l’accompagnement des séminaristes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.