Affiche du festival de Saint Riquier 2012

Affiche du festival de Saint Riquier 2012Des ténèbres à la lumière… L’enjeu de la Parole de Dieu, de la foi en Jésus-Christ, est de faire passer l’humanité, et donc chacun d’entre nous, des ténèbres à la lumière. Dès les premiers mots de la Bible, au livre de la Genèse, nous lisons: «Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. La terre était informe et vide, les ténèbres étaient au-dessus de l’abîme et le souffle de Dieu planait au-dessus des eaux. Dieu dit: «Que la lumière soit.» Et la lumière fut. Dieu vit que la lumière était bonne, et Dieu sépara la lumière des ténèbres.» (Genèse 1,1-4).

De même dès les premiers mots du Nouveau Testament, dans l’Évangile selon saint Jean, il est dit: «Au commencement était le Verbe, la Parole de Dieu, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu. Il était au commencement auprès de Dieu. Par lui, tout s’est fait, et rien de ce qui s’est fait ne s’est fait sans lui. En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes; la lumière brille dans les ténèbres,et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée. Il y eut un homme envoyé par Dieu. Son nom était Jean. Il était venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière, afin que tous croient par lui. Cet homme n’était pas la Lumière, mais il était là pour lui rendre témoignage. Le Verbe était la vraie Lumière, qui éclaire tout homme en venant dans le monde.» (Jean 1,1-9)

Dans les ténèbres, il n’y a rien! C’est le chaos! Seule une parole créatrice fait advenir la lumière et cette lumière vient percer les ténèbres. Cette Parole est prononcée par Dieu: par le Souffle de sa Parole, le Père engendre la Lumière, il engendre son Fils: Jésus-Christ. Ainsi la vie peut jaillir! Ainsi je peux vivre! La vie n’a de sens que par la lumière qui jaillit en elle. La vie ne peut être reçue dans sa plénitude et avec la promesse du bonheur qu’en accueillant cette Lumière, cette vie même de Dieu.

Sublime génie de Dieu: pour faire connaitre cette Lumière, il a besoin de nous tel des Jean le Baptiste qui rendent témoignage à la Lumière, qui témoignent de Jésus-Christ. Comme l’artiste, qu’il soit musicien, peintre, sculpteur, architecte (ce vaisseau de lumière qu’est cette abbatiale nous dit bien la gloire de Dieu qui y est chantée depuis des générations, puisqu’elle est aujourd’hui encore non pas d’abord monument historique ou le lieu d’un festival de musique mais le cœur même de la communauté chrétienne qui s’y rassemble pour célébrer Celui qui nous fait passer des ténèbres à la lumière: Jésus Christ Ressuscité)… l’art qu’il développe, ciselé par le don que Dieu lui-même lui a fait, nous révèle quelque chose de la beauté et de la grandeur de Dieu lui-même. Toute œuvre d’art n’a de valeur que par la beauté de la lumière qu’elle dégage ou qu’elle révèle!

Il doit en être ainsi de nos propres vies! Nous l’avons entendu dans la Parole de Dieu proclamée ce dimanche: nous sommes appelés et envoyés par Dieu lui-même pour être témoin de la Lumière, témoin de la Vérité. C’est aussi tout le sens de la prière d’ouverture de cette messe. Pour cela, il nous faut accueillir l’invitation de saint Paul à être «dans l’amour, saints» (Éphésiens 1,4) et à laisser agir en nous la grâce de Dieu. Accueillir la Parole et la présence de Dieu dans le silence de nos cœurs, c’est laisser jaillir en nous la Lumière de Dieu. Dans les ombres et les obscurités de mon existence, c’est laisser le Christ lui-même éclairer d’une lumière nouvelle l’œuvre de ma vie. Accepter de reconnaitre les ombres de nos vies, de chanter la gloire de Dieu, d’écouter sa Parole et d’accueillir la vie qu’il nous donne, comme nous le faisons au cœur même de cet office, par l’Eucharistie, c’est accepter de faire de notre vie une œuvre d’art, à l’image par exemple d’un vitrail. Notre vie est faite de mille et une couleurs qui laisse passer plus ou moins la lumière comme le fait un vitrail… Et celui-ci n’a de valeur, de beauté et d’éclat que par la lumière qui le traverse… Ainsi en est-il de toute vie humaine, elle n’a de beauté, de valeur et d’éclat que par la lumière de Dieu qui la traverse. Sachons simplement le reconnaître et en rendre grâce chaque jour à Dieu lui-même. Amen.

Homélie pour le 15 dimanche ordinaire – Année B
Messe du festival de Saint Riquier 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.