P1070801Après avoir entendu, dimanche dernier, Jean le Baptiste crier à travers le désert la nécessité de préparer la venue du Seigneur, cette semaine nous accueillons la question qu’il fait adresser, du fond de sa prison, à Jésus: «Es-tu celui qui doit venir, ou devons-nous en attendre un autre?» (Matthieu 11,3) Marqué par l’épreuve de la prison, Jean le Baptiste semble avoir perdu la belle certitude de sa foi.

La réponse de Jésus peut nous surprendre. Il ne répond pas à la question par un « oui » ou par un « non ». Il invite les disciples de Jean à aller témoigner auprès de lui de ce qu’ils voient et entendent: «les aveugles voient, les lépreux sont purifiés, les sourds entendent, les morts ressuscitent, et le Bonne Nouvelle est annoncée aux pauvres.» (Matthieu 11,5) Jésus invite les disciples du Baptiste à être attentifs aux signes qu’ils voient autour d’eux et dans leur vie. Ces signes, que Jésus invite à contempler, sont ceux promis par le prophète Isaïe dans la première lecture de ce dimanche. Jésus suscite, éveille la foi de Jean le Baptiste, en faisant découvrir que la Parole de Dieu est à l’œuvre dans notre monde. Malgré l’épreuve à laquelle il est confronté, Jean le Baptiste peut laisser la joie habiter son cœur: la Parole de Dieu se réalise. Dieu accomplit sa promesse.

Au regard des événements de notre monde, il m’arrive aussi de me poser la question: «Jésus est-il bien celui qui doit venir ou devons-nous en attendre un autre?» Avec un regard trop cartésien, j’ai envie de passer mon chemin et de ne pas m’arrêter à cela. Mais si je prends le temps de nourrir ma foi à la lumière de la Parole de Dieu, de l’enseignement de l’Eglise et que je sais regarder autour de moi, je peux voir alors comment se réalise, se met en œuvre la Parole de Dieu, comment elle habite pleinement notre monde. Je peux voir germer la semence de la Parole de Dieu semée dans la terre de nos vies même si parfois, il me faut la patience de l’agriculteur, telle que saint Jacques la décrit dans la seconde lecture.

Que fait l’agriculteur? Il ne regarde pas ce qu’il est en train de faire mais il regarde la fin pour laquelle il travaille. Il a confiance que la semence qu’il a mise en terre et dont il s’occupe avec constance, donnera son fruit en temps voulu. Il doit en être de même pour nous. Nous aussi, nous devons savoir attendre le bon moment, nous devons savoir attendre et prendre soin des choses dans la perspective d’un bien plus grand, mais non immédiat, auquel nous devons nous préparer.

Enfin, savoir reconnaître les signes annoncés par la Parole de Dieu en œuvre dans notre vie, cela nous conduit à la joie. Les images et les descriptions du prophète Isaïe nous entraîne dans l’attente de quelque chose de beau de la part du Seigneur qui intervient dans l’histoire.

Dieu ne nous laisse pas seuls, il nous libère de nos peurs, de nos angoisses, de nos doutes, il entre dans notre histoire, il vient chez nous, en apportant la paix et en se faisant chemin sous nos pas. Par lui, notre vie est guérie : les aveugles voient, les sourds entendent, les muets parlent, le désert refleurit… C’est toute la joie de Noël qui vient.

Cette joie qui nous est promis, qui doit nous habiter, n’est pas qu’une joie humaine, terrestre. Elle est une joie spirituelle, don de l’Esprit Saint. Elle nous vient de Dieu car elle n’a pas pour objet l’amour des choses créées mais Dieu lui-même. La joie que nous sommes invités à laisser habiter en nos vies nous vient de l’amour Dieu, cet amour qui vient à notre rencontre. La joie qui nous habite nous vient de ce qu’à Noël, Dieu lui-même bâtit un pont entre lui et nous. En se faisant homme, en se faisant semblable à nous en Jésus, Dieu nous donne de participer pleinement à son amour. Alors laissons l’antienne d’ouverture de ce dimanche jaillir de nos cœurs, de nos lèvres: Gaudete in Domino… Soyez dans la joie du Seigneur, soyez toujours dans la joie, le Seigneur est proche. Amen.

Homélie pour le 3ème dimanche de l’Avent – Année A

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.