Dans l’évangile de ce dimanche, nous nous trouvons, avec Jésus, dans la ville la plus basse du monde: Jericho, à moins 240 mètres en dessous du niveau de la mer… Dans cette ville, une foule nombreuse suit Jésus. Il y a aussi un homme qui cherche à voir Jésus.

Cet homme est de petite taille mais il est riche: il est le chef des collecteurs d’impôts. A ce titre, il est mal vu par la population locale: les collecteurs d’impôts étaient souvent malhonnêtes car ils prélevaient plus que ce qui était nécessaire afin d’arrondir leurs fins de mois. Comble du comble, ils étaient au service d’une puissance païenne car ils percevaient les taxes au profit de l’empire romain. Et pourtant, cet homme, contrairement à la foule anonyme qui suit Jésus, a un nom. Il s’appelle Zachée.

Zachée, qui a entendu parlé de Jésus, est déterminé dans son désir de le voir. Il fait fit de toute dignité et se perche dans un arbre. Il prend les moyens de son désir. Alors que Zachée, du haut de son perchoir, se sentait à l’abri de la foule et de tout regard, Jésus s’arrête, lève les yeux vers lui et l’interpelle: « Zachée, descends vite: aujourd’hui il faut que j’aille demeurer chez toi. » (Luc 19,5)

N’est-ce pas tout simplement extraordinaire: Jésus appelle l’homme par son nom alors que la foule ne voit en lui qu’un pécheur! Jésus veut vivre une véritable rencontre avec Zachée: il veut demeurer chez lui. Et cette rencontre doit avoir lieu maintenant, « aujourd’hui », c’est urgent! Et voilà notre ami Zachée tout bouleversé. Lui qui était sorti dans la ville, au milieu de la foule pour voir Jésus, est maintenant invité à recevoir Jésus chez lui. De la curiosité, de la question « qui est Jésus? », Zachée est invité à vivre une véritable rencontre, personnelle, avec Jésus: « aujourd’hui, il faut que j’aille demeurer chez toi. » (Luc 19,5)

Jésus, en agissant ainsi, répond au désir profond de Zachée. Ce dernier, en montant dans son sycomore, désirait un contact avec Jésus même si ce contact n’était que visuel. Et Jésus accueille ce désir de Zachée: il lui demande de descendre de son arbre et de lui offrir l’hospitalité dans sa maison.

Zachée ne se fait pas attendre dans sa réponse. Avec beaucoup de joie, il accueille Jésus chez lui. Lui, qui habituellement est méprisé, rejeté, est accueilli par Jésus avec respect et affection. Jésus veut établir avec lui une relation d’amitié. Cet accueil que Jésus lui fait transforme littéralement notre ami Zachée. Il peut ainsi révéler les qualités cachées qui sont enfouies au fond de son coeur sous un épais tapis de respectabilité et de quête des richesses.

A la lumière de cet évangile, nous pouvons humblement reconnaitre que nous sommes à la fois la foule et Zachée. Nous sommes la foule quand, par notre comportement, notre jugement, nos paroles, nous empêchons quelqu’un de voir, d’approcher de Jésus. Nous sommes Zachée car, au fond de notre coeur, nous cherchons à connaitre, à savoir qui est Jésus. Alors, laissons Jésus nous regarder, nous appeler par notre prénom et nous dire: « aujourd’hui, il faut que j’aille demeurer chez toi. » (Luc 19,5) A cet appel de Jésus, n’ayons pas peur de descendre de l’arbre de nos préjugés, de notre orgueil et accueillons Jésus en notre vie. Quelle que soit l’état de ma vie, Jésus veut venir demeurer chez moi… aujourd’hui! Oui, Jésus vient me dire son désir de m’aimer et d’être pleinement présent au coeur de ma vie… vais-je refuser ce bonheur? Amen.

Homélie pour le 31ème dimanche ordinaire – Année C

Je suis prêtre de l’Église Catholique, au service de l’Église qui est dans la Somme, membre de l’Institut Notre Dame de Vie. Actuellement, ma mission principale est d’être vicaire épiscopal, curé des quatre paroisses du Ponthieu-Marquenterre (St Esprit en Marquenterre, St Gilles d’Autre-Maye, St Honoré du Nouvionnais, St Riquier du Haut-Clocher), délégué épiscopal à l’accompagnement des séminaristes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.