Homélie pour le 4ème dimanche de l'Avent - Année B

En ces jours-là, Marie se mit en route...

La Parole de Dieu

Michée 5,1-4a
Psaume 80(79)
Hébreux 10,5-10
Luc 1,39-45

Lire les textes

« En ces jours-là, Marie se mit en route et se rendit avec empressement… »(Luc 1,39) La réactivité de Marie m’étonne toujours. Elle vient de répondre à l’ange Gabriel : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole » (Luc 1,38) et la voici déjà qui se met en route !

Nous pourrions penser qu’une telle rencontre invite au recueillement, histoire de digérer, d’intégrer l’appel qui vient d’être reçu de la part du Seigneur… La suite de l’annonciation aurait pu être que Marie parte à l’écart, en retraite, dans le silence pour accueillir l’appel du Seigneur. L’appel du Seigneur est tellement beau, tellement fort et peu provoquer une telle stupeur qu’il faut quelque temps pour l’accueillir… Or, dans l’évangile, nous voyons Marie se mettre en route pour aller rencontrer sa vieille cousine Élisabeth qui était stérile et qui elle aussi attend un enfant.

Cette événement ne veut pas dire que Marie n’a pas pris le temps d’intérioriser et d’accueillir cet incroyable appel de Dieu. Non, il souligne un autre point de l’acte de foi. Marie vient de poser un acte de foi dans la Parole de Dieu. Cet acte de foi, comme tout acte de foi, provoque un déplacement. Poser un acte de foi en Dieu, c’est accepter de se mettre en route. La Parole de Dieu nous déplace toujours. Elle nous déplace pour vivre une rencontre à l’image de la rencontre entre Élisabeth et Marie. La foi nous provoque à la rencontre de l’autre pour lui annoncer la Bonne Nouvelle.

L’acte de foi nous met en mouvement. Il fait jaillir quelque chose de neuf au milieu de nos stérilités. C’est aussi le sens de cette rencontre entre ces deux femmes : la vierge et la stérile, Marie et Élisabeth. L’acte de foi, l’acquiescement à la Parole de Dieu, le « oui » à sa promesse est une source de fécondité au milieu de nos stérilités. Il est un jaillissement de l’Esprit Saint qui nous ouvre à l’espérance, à la jubilation, à la louange !

En acceptant de dire « oui », en posant un acte de foi, je permets à la Parole de Dieu d’être déjà féconde, à l’œuvre en ma vie alors qu’il faudra le temps pour que se voit le fruit de ce « oui ». La joie de Marie est dans l’attente de la naissance, joie qui prend véritablement corps, qui se rendra visible par la naissance de l’enfant. Il en est de même pour nous : la joie de Noël est aussi dans l’attente que se réalise pleinement la promesse de Dieu.

Ce temps de l’attente est nécessaire car il est le lieu où s’enfante en moi la Parole de Dieu. C’est le temps qu’il faut à l’humanité pour laisser s’incarner la puissance de la Parole de Dieu dans son cœur… mais il me met déjà en route. Il transforme mes stérilités en source de vie afin qu’au moment opportun je sois capable d’accueillir en vérité le Verbe de Dieu, la Parole de Dieu, le Christ Jésus lui-même.

L’attente est nécessaire… mais elle me met en route, elle est source d’une joie à partager et à vivre dés maintenant. Puissions-nous dire avec Marie : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole » (Luc 1,38) et nous mettre en route pour qu’avec empressement nous annoncions les merveilles que Dieu fait pour nous. Quand je lui dis « oui », quand je pose un acte de foi, Dieu transforme les stérilités de nos vies, de notre monde, en source de vie, en source de joie… et l’Esprit Saint jaillit de cette rencontre ! Il fait monter de nos cœurs la joie et la louange !

Que ces quelques heures qui nous séparent de la fête de Noël, soient l’occasion pour chacun de nous, notre famille, notre assemblée de redire « oui » au Seigneur, de poser un acte de foi afin que jaillisse la Vie, la Joie, l’Espérance au cœur de notre monde. Amen.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.