Homélie pour la fête de la Sainte Famille - Année B

La Parole de Dieu:

Genèse 15,1-6;21,1-3
Psaume 104
Hébreux 11,8.11-12.17-19
Luc 2,22-40

Lire les textes

Aujourd’hui, nous célébrons la fête de la Sainte Famille. Dans l’évangile de ce dimanche, nous la voyons, quarante jours après la naissance de Jésus. Elle monte au Temple de Jérusalem pour accomplir la loi de Moïse. Celle-ci prescrit d’offrir son fils premier-né au Seigneur.

En accomplissant ce geste, nous voyons toute la foi de Marie et Joseph. L’un et l’autre sont habités par l’amour de Dieu. Cet amour les fait vivre et ils ne cessent d’y ajuster leur vie. Nous le voyons chez Marie quand il nous est dit qu’elle « retenait tous ces évènements et les méditait dans son cœur ». (Luc 2,19.51) Nous le voyons chez Joseph quand il change ses projets après les songes où l’ange lui demande de prendre Marie pour épouse, de partir en Egypte pour fuir Hérode le sanguinaire et pour revenir habiter à Nazareth. La vie conjugale de Marie et de Joseph est centrée sur Dieu. Dieu est au cœur de leur amour.

Jésus, quant à lui, « grandissait et se fortifiait, rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui ». (Luc 2,40) Tout Fils de Dieu qu’il est, Jésus se met à l’école d’amour de Marie et de Joseph. Il se laisse enseigner, conduire par eux.

En contemplant la Sainte Famille, nous sentons la foi et l’amour qui en émane. Ils sont comme une lumière qui vient éclairer le chemin de toutes les familles de la terre. Il n’y a rien d’extraordinaire dans la vie de cette famille. Ils sont confrontés comme beaucoup de nos familles aux incertitudes de la vie : la pauvreté et l’exclusion à Noël, l’exode et l’exil pour fuir la persécution d’Hérode, une vie simple et banale à Nazareth. La Sainte Famille vit beaucoup de situations que rencontrent un certain nombre de famille à travers le monde. Elle nous rejoint dans beaucoup de nos situations familiales.

La Sainte Famille est un modèle pour les familles par la foi avec laquelle est vécue chacune des situations rencontrées. Dans la vie familiale de Marie et de Joseph, Dieu est le centre. Il est le point de référence. Marie puise la force de sa maternité et Joseph celle de sa paternité dans la Parole de Dieu. C’est « grâce à la foi » (Hébreux 11,8.11.17) qu’ils avancent dans la vie de famille.

Oui, au cœur de cette famille, nous sentons la foi, l’amour de Dieu qui rayonne. Cette foi et cet amour permettent à Marie et Joseph de donner naissance à l’enfant Jésus, de l’éduquer en coopérateurs de la grâce de Dieu. Nous sentons au cœur de cette famille l’amour, la tendresse, le respect, la compréhension, le pardon et la joie.

Les situations de nos familles sont aujourd’hui diverses et variées. Beaucoup de situations familiales sont des situations de souffrance. La société contemporaine voudrait nous faire douter des bienfaits de la famille mais celle-ci est et restera la base de la société. C’est par l’union de l’homme et de la femme que nait l’enfant et que croît la famille : ceci est de l’écologie pure et simple !

Quelle que soit la situation de notre famille, n’ayons pas peur de contempler la Sainte Famille, d’avoir le souhait d’entrer dans son intimité. Elle est une lumière qui rayonne pour nous, pour toutes les familles de la terre. Elle est une lumière de miséricorde. Elle est une lumière d’amour. Elle est une lumière de foi.

Confions à la Sainte Famille toutes les familles en difficultés : que ce soit des difficultés liées à la maladie, au travail, à la discrimination, l’émigration ; que ce soit des difficultés de compréhension, des divisions…

Demandons à la Sainte Famille qu’elle nous aide à faire de nos familles des lieux de communion et prière, des écoles authentiques de l’Évangile et de véritables Églises domestiques. Amen

Je suis prêtre de l’Église Catholique, au service de l’Église qui est dans la Somme, membre de l’Institut Notre Dame de Vie. Actuellement, ma mission principale est d’être vicaire épiscopal, curé des quatre paroisses du Ponthieu-Marquenterre (St Esprit en Marquenterre, St Gilles d’Autre-Maye, St Honoré du Nouvionnais, St Riquier du Haut-Clocher), délégué épiscopal à l’accompagnement des séminaristes.

Laisser un commentaire