Dimanche dernier, le Christ Jésus nous a été présenté, dans la lecture du livre d’Isaïe, comme le Serviteur Souffrant. Aujourd’hui, c’est la figure du Christ Grand Prêtre qui nous est décrite dans la lettre aux Hébreux.

Dans le passage lu ce jour, l’auteur nous décrit le grand prêtre dans sa relation avec ses frères et sœurs en humanité. Cette description est faite pour tout grand prêtre puis elle est appliquée au Christ.

En premier lieu, le grand prêtre est choisi. Il est choisi parmi les hommes afin d’intervenir pour eux dans leurs relations à Dieu, il est aussi chargé de manifester la miséricorde divine auprès de ses frères et sœurs en humanité, d’offrir pour lui et pour eux des sacrifices pour le pardon des fautes commises. Il est celui qui fait le « pont » entre Dieu et les hommes. Être choisi comme grand prêtre était un honneur. Il ne pouvait se recevoir qu’avec une grande humilité. C’est un don de Dieu.

Dans le Christ, la figure du grand prêtre prend une autre dimension. Il est envoyé par Dieu, il est choisi par Dieu lui-même : « Tu es mon Fils, moi, aujourd’hui, je t’ai engendré » (He 5,5) et avec le psalmiste, il est dit : « Tu es prêtre pour toujours selon le sacerdoce de Melchisédech » (Psme 109(110)).

Melchisédech est roi de Salem, à l’époque d’Abraham. Il est prêtre du Dieu très-haut. Et il fait alliance avec Abraham en lui proposant un sacrifice à base de pain et de vin.

Le Christ est donc ce grand prêtre choisi pour faire le pont entre Dieu et les hommes. Il accomplit parfaitement la volonté du Père. Et le sacrifice qu’il présente pour le rachat des péchés, c’est lui-même. Il est à la fois le grand prêtre et la victime.

La lettre aux Hébreux nous invite à porter un regard, au cœur de cette année du prêtre, sur les prêtres d’aujourd’hui, afin de mieux redécouvrir leurs missions au cœur de l’humanité.

« Choisi d’entre les hommes, le prêtre reste l’un deux et il est appelé à les servir en leur donnant la vie de Dieu. » (Benoit XVI). Cette vocation sacerdotale, le prêtre la porte comme un trésor dans des vases d’argile. (Cf. 2 Co 12,10). Je ne peux continuer cette homélie sans penser aux paroles que Benoit XVI a adressé aux prêtres réunis à Ars pour une retraite internationale :

« Le prêtre, homme de la Parole divine et du sacré certes, doit aujourd’hui plus que jamais être un homme de la joie et de l’espérance. À des hommes qui ne peuvent plus concevoir que Dieu soit pur Amour, il affirmera toujours que la vie vaut la peine d’être vécue et que le Christ lui donne tout son sens parce qu’Il aime les hommes, tous les hommes.(…) Chers prêtres, pensez aussi à l’extrême diversité des ministères que vous exercez au service de l’Église. Pensez au grand nombre de messes que vous avez célébrées ou célébrerez, en rendant chaque fois le Christ réellement présent sur l’autel. Pensez aux innombrables absolutions que vous avez données et donnerez, en permettant à un pécheur de se laisser relever. Vous percevez alors la fécondité infinie du sacrement de l’Ordre. Vos mains, vos lèvres, sont devenues, l’espace d’un instant, les mains et les lèvres de Dieu. Vous portez le Christ en vous ; vous êtes, par grâce, entrés dans la sainte Trinité. Comme le disait le saint Curé : « Si on avait la foi, on verrait Dieu caché dans le prêtre comme une lumière derrière un verre, comme un vin mêlé avec de l’eau » .(…)

En rendant grâce pour ce que vous êtes et ce que vous faites, je vous redis : « Rien ne remplacera jamais le ministère des prêtres au cœur de l’Église ! » . Vivants témoins de la puissance de Dieu à l’œuvre dans la faiblesse des hommes, consacrés pour le salut du monde, vous demeurez, mes chers frères, choisis par le Christ lui-même afin d’être, grâce à Lui, sel de la terre et lumière du monde. »

Frères et sœurs, en entendant cette très belle homélie, prononcée par l’auteur de la lettre aux Hébreux, sur le Christ, grand prêtre, prions pour ceux qui ont reçu le doux fardeau du Christ à porter. Prions pour ceux qui ont été choisi par Dieu pour annoncer la Parole de Dieu à tous les hommes. Prions qu’ils aient toujours à cœur de célébrer les sacrements pour la Gloire de Dieu et le salut du monde. Prions pour tous les garçons qui entendent cet appel du Seigneur, qu’ils sachent dire ce si beau « oui » que le Seigneur attend en confiance, qu’ils sachent s’engager sur ce chemin de bonheur. Amen.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.