Nous venons d’entendre dans l’évangile, Jésus poser la question à ses disciples : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? ». Et l’extraordinaire réponse de Pierre : « Tu es le messie. » nous offre une réponse surprenante de Jésus : la première annonce de la passion.

Toute vie chrétienne est marquée par cette question du Christ : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? ». C’est la question que le Christ nous pose avant de vivre tout sacrement. C’est la question que le Christ nous pose avant chaque grands engagements de nos vies… et celui essentiel qui marque notre vie : un engagement à la vie consacrée, une ordination ou le mariage !

En effet, la vie chrétienne n’est pas d’abord vivre de valeurs, elle est en premier lieu adhésion au Christ, à la personne même de Jésus. C’est cette adhésion au Christ qui me fera conformer ma vie à l’Évangile et à l’enseignement de l’Église, corps du Christ.

La question du Christ demande une réponse qui va plus loin qu’une réponse de l’intelligence. Elle demande une réponse du cœur !

Au fond, n’est-ce pas la question que se pose aussi un garçon et une fille qui envisagent de se marier : « Et toi, que dis-tu ? Pour toi, qui suis-je ? »… et l’engagement qui en découlera ne sera pas une réponse uniquement intellectuelle, ce sera la réponse du cœur !

Cette réponse engage alors l’annonce d’une vie qui dépasse bien souvent ce que je peux en comprendre dès maintenant. Pour être véritablement vécue, cette réponse va engager le don de soi de chacun des membres du couple. Don de soi qui est un renoncement à sa propre vie pour le bien de son conjoint. Saint Jean Chrysostome, que nous fêtons ce dimanche, nous dit : « Que faut-il que tu dises à ta femme ? Dis-lui avec beaucoup de douceur : je t’ai choisie, je t’aime et je te préfère à ma propre vie. Ton amour me ravit plus que tout et je ne connaîtrais pas de malheur plus insupportable que d’être séparé de toi ». (Bien sur, l’épouse peut dire la même chose à son époux !). Ce don de soi est à l’image de celui du Christ qui a donné sa vie par amour pour nous ! Ce don de soi est le même que celui qui unit le Christ et l’Église, signe de l’amour que Dieu porte à l’humanité.

Ce don de soi réalisé une fois pour toute au jour du mariage est à renouveler chaque jour de la vie, à refaire chaque matin que Dieu nous donne. Il ne s’agit pas de dire une seule et unique fois : « Je t’aime » pour donner vie à cet amour, pour le faire grandir. De même que pour notre foi en Jésus Christ, c’est par des actes concrets que se réalise cet amour. Saint Jacques nous l’a bien dit dans la première lecture : « si quelqu’un prétend avoir la foi, alors qu’il n’agit pas, à quoi cela sert-il ? Cet homme-là peut-il être sauvé par sa foi ? »

Comment cette foi, cet amour peut-il être mis en acte ? Laissons saint Jean Chrysostome continuer à nous éclairer. (Comme il s’adresse à l’époux, n’oublions pas ce que son enseignement s’adresse aussi à l’épouse !)

« Montre à ta femme que tu apprécies beaucoup de vivre avec elle et que tu aimes mieux, à cause d’elle, être à la maison plutôt que sur la place. Préfère-la à tous tes amis et même aux enfants qu’elle t’a donnés ; et que ceux-ci soient aimés de toi à cause d’elle… »

Oui, l’amour s’incarne par des actes concrets qui me coûtent, qui me poussent à sortir de moi-même pour donner à l’autre, pour le bien de l’autre, le bonheur de l’autre. Ceci exige donc de répondre régulièrement à la question que me pose mon conjoint : « Et toi, que dis-tu ? Pour toi, qui suis-je ? ». Ainsi je peux continuer à découvrir celui à qui j’ai donné ma vie, à mieux comprendre le mystère de sa personne.

Je rappelle au passage, que le mystère n’est pas quelque chose d’incompréhensible, mais une réalité tellement grande qui me dépasse et que je n’ai jamais fini de comprendre !

Bien sur nous sommes chrétiens, et cette réalité s’enracine dans l’amour que je porte au Christ. C’est dans mon propre amour pour mon conjoint que va s’épanouir mon amour du Christ et réciproquement c’est dans mon amour pour le Christ que s’épanouit l’amour pour mon conjoint.

Nous réentendons là le fondateur des équipes Notre Dame, le père CAFFAREL nous offrir les Points Concrets d’Efforts, dont celui de la prière conjugale. Je vous invite à relire les ‘cahiers verts’ ! Continuons à mettre cet enseignement en résonance avec celui de saint Jean Chrysostome :

« Vos prières, faites-les en commun. Que chacun de vous aille à l’église et qu’à la maison le mari demande compte à sa femme, et la femme à son mari, de ce qui a été dit ou lu… Apprenez la crainte (le respect) de Dieu ; tout le reste coulera comme une source et votre maison d’emplira de biens innombrables. »

Entendre le Christ nous posez la question : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » et Pierre lui répondre : « Tu es le messie » est donc une véritable invitation à nous renouveler à la source de notre amour. Oui, vous avez bien entendu, j’ai dit « notre amour » : prêtres, couples, nous puisons à la même source : le don de soi au Christ dans le célibat pour les prêtres, dans le mariage pour les couples ! La fidélité que se porte tout couple chrétien est source d’amour et de fidélité pour le prêtre ! Comme la fidélité du prêtre est source d’amour et de fidélité pour un couple ! En cette année du prêtre, en cette année de prière toute particulière pour les prêtres, je vous dit merci de ce témoignage que vous nous apportez. Merci car vos couples, vos familles sont sans cesse pour nous source de renouvellement et de joie au cœur de notre mission.

Qu’en cette année, votre prière de couple et nos prières d’équipe accompagnent tous les prêtres et particulièrement les jeunes qui, au cœur de nos familles, peuvent entendre l’appel au sacerdoce. Que nous sachions les accompagner avec confiance sur ce chemin… et avec simplicité rendons grâce à Dieu car alors nous avons un signe tangible de la réponse que nous avons apporté à la question du Christ : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? »… c’est qu’alors notre amour est témoignage du Christ, c’est qu’alors notre amour répond de lui-même : « Tu es le messie ! ». Amen.

Samedi 12 septembre 2009 – Notre Dame de Brebières – ALBERT

Je suis prêtre de l’Église Catholique, au service de l’Église qui est dans la Somme, membre de l’Institut Notre Dame de Vie. Actuellement, ma mission principale est d’être vicaire épiscopal, curé des quatre paroisses du Ponthieu-Marquenterre (St Esprit en Marquenterre, St Gilles d’Autre-Maye, St Honoré du Nouvionnais, St Riquier du Haut-Clocher), délégué épiscopal à l’accompagnement des séminaristes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.