Toussaint

« Tous ensemble réjouissons-nous dans le Seigneur, célébrons ce jour de fête en l’honneur de tous les saints. » (Antienne d’ouverture de la messe de la Toussaint). Oui, heureux, bienheureux… soyons-nous en ce jour de prière mondiale pour la vocation baptismale. L’Église nous invite à tourner notre espérance vers celles et ceux, innombrables, qui se tiennent « debout devant le Trône et devant l’Agneau, en vêtements blancs, avec des palmes à la main » (Ap 7,9) et qui chantent : « Amen ! Louange, gloire, sagesse et action de grâce, honneur, puissance et force à notre Dieu, pour les siècles des siècles ! Amen ! » (Ap 7, 12).

La fête de la Toussaint vient nous rappeler que nous sommes nous aussi invités à faire parti de cette foule… puisqu’au jour de notre baptême, Dieu a posé sur nous le sceau de son amour. La marque du Dieu vivant a été imprimée en nous par l’onction de Saint Chrême.

« Dieu a voulu que nous soyons appelés enfants de Dieu – et nous le sommes. » (1Jn 3,1). Oui, « dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu, mais ce que nous serons ne parait pas encore clairement. » (1Jn 3,2). Tous, nous sommes des saints en devenir… si nous laissons la grâce et l’amour de Dieu agir en nous. La sainteté ne s’acquiert pas à la force du poignet. Elle est un appel lié au baptême. A cet appel, je suis invité à répondre, comme tant d’autre avant nous, avant moi : « Me voici », « Que tout se passe pour moi selon ta Parole »… Cette réponse est l’ouverture de ma vie, de mon être au seul amour qui peut me combler : l’amour de Dieu. C’est laisser la grâce de Dieu agir en moi. C’est laisser resplendir en moi la grâce pascale, la mort et la résurrection du Christ. C’est laisser s’accomplir le salut en chacun de nous.

Pour cela, nous n’avons pas d’autre chemin que de prendre le chemin des béatitudes. Celles-ci décrivent la situation concrète des disciples du Christ. Elles expriment la vraie situation du croyant dans le monde telle que saint Paul l’a si souvent décrite dans ses lettres. « Les Béatitudes énoncent ce que signifie être disciples. Elles prennent une dimension d’autant plus concrète et plus réelle que le disciple se consacre plus totalement à son ministère (…). Leur signification (…) se manifeste dans la vie, la souffrance et la joie mystérieuse du disciple qui a tout sacrifié pour suivre le Seigneur. » (Joseph RATZINGER – Benoit XVI in Jésus de Nazareth p. 94-95)

Les Béatitudes sont aussi « une biographie intérieure de Jésus, un portrait de sa personne. Lui qui n’a pas d’endroit où reposer sa tête (cf. Mt 8,20) est le vrai pauvre, lui qui peut dire de lui-même « devenez mes disciples car je suis doux et humble de cœur » (Mt 11,29), est véritablement doux ; il est le véritable cœur pur qui de ce fait contemple Dieu en permanence. Il est l’artisan de paix, il est celui qui souffre par amour de Dieu. Les Béatitudes révèlent le mystère du Christ lui-même, elles nous appellent à entrer en communion avec le Christ. » (Ibid) Les Béatitudes « sont des signes qui indiquent aussi la voie à l’Église qui doit reconnaître en elles son modèle ; elles constituent pour chaque fidèle des indications pour suivre le Christ, même si c’est de façon différente, en fonction de la diversité des vocations. » (Ibid)

Configuré au Christ, lié au mystère du Christ par notre baptême, n’ayons pas peur de répondre au Seigneur, de lui redire avec un cœur confiant : « Me voici ! Que tout se passe pour moi selon ta volonté. » C’est dans l’abandon à la volonté, à l’amour de Dieu, à chaque instant de ma vie, que se réalise la sainteté que Dieu m’offre. C’est dans ce combat de tous les instants pour me livrer à l’emprise du Dieu vivant que s’accomplit la vocation de mon baptême. Et cela bien souvent dans le silence d’une vie ordinaire ! Ce n’est pas la peine d’être un héros, ce n’est pas la peine de vouloir vaincre le monde, c’est simplement faire l’offrande de moi-même à celui qui nous a aimé le premier ! C’est, comme le Christ, donner ma vie à l’amour de Dieu ! Amen.

Je suis prêtre de l’Église Catholique, vicaire général du diocèse d'Amiens, curé de la paroisse de la Paix, délégué épiscopal à l'accompagnement des séminaristes. Je suis aussi membre de l'Institut Notre Dame de Vie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.