« Là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur. » (Luc 12,34)

Dans une actualité estivale qui nous bouscule et vient interroger notre foi, il est bon d’entendre ces mots de Jésus : « Là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur. » (Luc 12,34).

Ces paroles de Jésus nous posent une question essentielle : où est mon trésor ? ou, pour nous aider à définir notre trésor : où est mon cœur ?

Il est inutile de répondre : dans ma cage thoracique… car nous ne parlons pas de cet organe creux et musculaire qui assure la circulation du sang dans mon être charnel. Au sens biblique, le cœur est le « dedans » de l’homme, il est le lieu des souvenirs et des idées, des projets et des décisions. Le cœur est un lieu tout intérieur : le lieu de mon intimité la plus profonde, là où se forge ma conscience. Il est le lieu de la rencontre où se manifeste ma relation à Dieu.

Jésus nous invite donc à avoir notre cœur en Dieu, d’y trouver tout ce qui fait la richesse de notre vie. Il nous invite à renouveler notre relation à Dieu qui fait alliance avec nous. Il nous invite à vivifier en nous la foi, l’espérance et la charité. Ces trois vertus théologales ont leur origine en Dieu et elles sont le chemin qui nous permet de parvenir à Dieu.

La foi est la vertu par laquelle nous croyons en Dieu, que nous reconnaissons sa vérité, que nous nous attachons personnellement à Lui. La foi, si c’est un contenu que nous recevons et qui nous professerons ensemble dans quelques instants, c’est aussi entrer, s’engager dans une relation confiante avec Dieu comme l’ont fait Abraham et Sara. La foi est un dynamisme de vie.

Cette dynamique de la foi s’appelle l’espérance. L’espérance est la confiance dans la réalisation de ce que Dieu a promis par sa Création, par les prophètes mais surtout par Jésus-Christ. Espère, c’est savoir que le Christ va venir et l’attendre. Espérer, c’est veiller. Espérer c’est faire notre cette prière que le prêtre dit juste après le Notre Père : « Délivre-nous de tout mal, Seigneur, donne la paix à notre temps ; par ta miséricorde, libère-nous du péché, rassure-nous devant les épreuves en cette vie où nous espérons le bonheur que tu promets : l’avènement de Jésus-Christ notre Sauveur. » Espère, c’est attendre avec amour !

La charité, quant à elle, est au-dessus de toutes les lois. Elle est le cœur même de la vie de Jésus : « Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour. » nous dit-il au soir de la Cène, quelques heures avant la Passion. (Jean 15,9) Il ajoute : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimé. » (Jean 15,12) La charité « est la vertu par laquelle nous pouvons nous donner totalement à Dieu, nous unir à Lui, et aimer notre prochain comme nous-mêmes, sans réserve, par amour pour lui qui nous a aimés le premier. » (Youcat n°309) La charité, c’est entendre ces mots de saint Paul : « La charité prend patience, la charité rend service, elle ne jalouse pas, elle ne se vante pas, elle ne s’enfle pas d’orgueil, elle ne fait rien de laid, elle ne cherche pas son intérêt, elle ne s’irrite pas, elle n’entretient pas de rancune, elle ne se réjouit pas de l’injustice, mais elle trouve sa joie dans la vérité. Elle excuse tout, elle croit tout, elle espère tout, elle endure tout. » (1 Co 13, 4-7). La charité n’est pas une mièvrerie, ni une utopie. C’est prendre à bras le corps l’Évangile et le vivre à fond. C’est se laisser habiter par l’amour du Christ et vivre de ce même amour. « Heureux ce serviteur que son maître, en arrivant, trouvera en train d’agir ainsi ! » (Luc 12,43)

Pour terminer, réentendons les paroles du psaume : « Heureux le peuple dont le SEIGNEUR est le Dieu (…) Le SEIGNEUR veille sur ceux qui le craignent, qui mettent leur espoir en son amour, pour les délivrer de la mort, les garder en vie aux jours de famine. Nous attendons notre vie du SEIGNEUR : il est pour nous un appui, un bouclier. Que ton amour, SEIGNEUR, soit sur nous, comme notre espoir est en toi. » Amen.

Je suis prêtre de l’Église Catholique, vicaire général du diocèse d'Amiens, curé de la paroisse de la Paix, délégué épiscopal à l'accompagnement des séminaristes. Je suis aussi membre de l'Institut Notre Dame de Vie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.