La semaine dernière, saint Paul nous invitait à prendre conscience du sceau l’Esprit-Saint qui marque notre appartenance à Dieu. Aujourd’hui, dans la suite de cette même lettre aux Ephésiens, il nous donne quatre conseils pratiques pour notre vie chrétienne: «Ne vivez pas comme des fous, mais comme des sages», (Ephésiens 5,15) «Tirez parti du temps présent», (Ephésiens 5,16) «Ne vous enivrez pas de vin, car il porte à l’inconduite; soyez plutôt remplis de l’Esprit-Saint.» (Ephésiens 5,18) et enfin: «A tout moment et pour toutes choses (…) rendez grâce à Dieu le Père.» (Ephésiens 5,20)

« Ne vivez pas comme des fous, mais comme des sages.» Le fou a perdu le sens, il ne sait pas d’où il vient, ni où il va, souvent attiré par les futilités du monde. Le sage est celui qui se tourne vers Dieu et qui cherche en toutes choses à marcher d’une façon conforme à sa vocation et à réaliser, par là, la volonté de Dieu.

Dans sa deuxième recommandation, saint Paul nous invite à «tirer parti du temps présent, car nous traversons des jours mauvais.» Au cœur du paganisme ambiant, il invite les Ephésiens à résister aux séductions du monde et à essayer en toute chose de chercher, comprendre et vivre, au quotidien, la Parole de Dieu. Il invite, non pas à fuir nos conditions de vie, mais à les vivre dans la foi. Notre modèle n’est pas la prétendue sagesse du monde mais bien celle que nous découvrons dans la Parole de Dieu.

Le troisième conseil de Paul peut nous surprendre dans sa comparaison: «Ne vous enivrez pas, car le vin porte à la débauche. Laissez-vous plutôt remplir par l’Esprit Saint.» En fait, Paul nous invite simplement à chercher le vrai bonheur. Celui-ci ne se trouve pas dans la débauche, dans le plaisir facile. L’unique source de joie est une fois encore celle de répondre à notre vocation première d’enfant de Dieu. Pour cela, ne cessons jamais de nous souvenir que nous sommes marqués du sceau de l’Esprit-Saint. C’est en cherchant à vivre sous la mouvance de ce dernier que nous parviendrons à la plénitude de la joie.

Enfin le dernier conseil donné par Paul: «A tout moment et pour toutes choses, au nom du Seigneur Jésus Christ, rendez grâce à Dieu le Père.» La louange, l’action de grâce, voilà la source et le but de notre vie. Nous sommes créés pour la louange, pour l’action de grâce et au Ciel, ce sera là notre unique occupation. Celle-ci est bien la motif de notre rassemblement, de notre prière de ce matin: Eucharistie signifie action de grâce. Si, chaque dimanche, au minimum, nous venons puiser ensemble à cette source, c’est pour que chaque jour que Dieu nous donne de vivre, puisse se transformer en louange, en action de grâce. C’est là la source de la véritable sagesse, rempli de l’Esprit Saint, cette louange, cette action de grâce me permet de tirer parti du temps présent.

Pour que notre vie soit pleinement action de grâce, nous pouvons continuer à méditer sur la vie de celle que nous fêtions hier: la Bienheureuse Vierge Marie. De l’Annonciation à la Gloire du Ciel en passant par la croix, en toutes choses, Marie a chanté le Magnificat. Faisons de cette prière notre action de grâce, notre louange quotidienne. Ainsi, nous goûterons pleinement la joie de notre vocation d’enfant de Dieu. Amen.

Je suis prêtre de l’Église Catholique, au service de l’Église qui est dans la Somme, membre de l’Institut Notre Dame de Vie. Actuellement, ma mission principale est d’être vicaire épiscopal, curé des quatre paroisses du Ponthieu-Marquenterre (St Esprit en Marquenterre, St Gilles d’Autre-Maye, St Honoré du Nouvionnais, St Riquier du Haut-Clocher), délégué épiscopal à l’accompagnement des séminaristes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.