En ce dernier week-end de septembre, avec tout le diocèse, nous fêtons saint Firmin, premier évêque d’Amiens. Firmin, originaire de Pampelune, a traversé toute la Gaulle pour nous annoncer l’Évangile. Fidèle au Christ jusqu’au bout, il meurt martyr à Amiens vers l’an 300.

La sainte Providence veut que nous entendions ces mots de saint Paul dans sa première lettre à Timothée : « Mène le bon combat, celui de la foi, empare-toi de la vie éternelle ! C’est à elle que tu as été appelé, c’est pour elle que tu as prononcé ta belle profession de foi devant de nombreux témoins. » (1 Timothée 6,12)

Dans une actualité qui nous bouscule depuis quelques mois, il est bon de réentendre ces mots de Paul. Nous avons, dans notre vie, un combat à mener : celui de la foi ! Ce combat consiste, non pas au prosélytisme ou à exclure voire éliminer ceux qui ne pensent pas comme moi, mais à nous emparer de la vie éternelle. Il y a dans cette expression une invitation à la conquête, à nous saisir de la vie éternelle pour notre usage personnel, à tirer parti de cette vie éternelle. Nous pourrions avoir l’impression, dans ce que dit Paul, qu’il y a quelque chose à voler à Dieu : l’obtention de la vie éternelle, le paradis !

Ne nous trompons pas sur le but du combat. Il s’agit bien de nous emparer de la vie éternelle mais pas de manière violente tel un voleur ou un kamikaze… car la vie éternelle nous est déjà donnée ! Nous l’avons reçu au baptême ! La vie éternelle, ce n’est pas uniquement la vie après notre mort sur cette terre. La vie éternelle est la vie avec Dieu… et elle commence au jour de notre baptême, au jour où nous faisons profession de foi, où nous disons « Je crois en Dieu » !

La vie avec Dieu, nous devons la vivre dès maintenant ! Demain, il sera peut-être trop tard ! Comment vivre cette vie avec Dieu dès maintenant ? Paul nous dit les armes qu’il faut prendre pour vivre ce combat : la foi, l’amour, la persévérance, la douceur ! Le vrai combat de la foi n’a donc rien à voir avec les guerres de religion. Le combat de la foi se vit dans l’amour, la douceur et la persévérance… ce qui est beaucoup plus exigeant que la violence !

Paul nous invite, dans toutes les dimensions de notre vie, à mettre en œuvre l’Évangile. C’est là qu’est le vrai combat. Il ne suffit pas d’être baptisé et d’aller uniquement à la messe tous les dimanches. Il faut, chaque jour, être un pratiquant de l’Évangile, heureux de le célébrer le plus souvent possible. Ce combat est marqué par notre effort visant à supprimer les obstacles qui proviennent de mes limites, de mes refus qui m’opposent à Dieu, en m’appuyant sur la grâce de Dieu. Ce combat se situe au plus intime de moi-même. Il se situe dans mon âme et dans mon cœur écartelé entre ce que nous sommes en réalité et ce que nous percevons d’une vie meilleure en Dieu.

Dans sa lettre aux Ephésiens, saint Paul nous dit comment vivre ce combat. Ecoutons-le : « Puisez votre énergie dans le Seigneur et dans la vigueur de sa force. Revêtez l’équipement de combat donné par Dieu, afin de pouvoir tenir contre les manœuvres du diable. Pour cela, prenez l’équipement de combat donné par Dieu ; ainsi, vous pourrez résister quand viendra le jour du malheur, et tout mettre en œuvre pour tenir bon. Oui, tenez bon, ayant autour des reins le ceinturon de la vérité, portant la cuirasse de la justice, les pieds chaussés de l’ardeur à annoncer l’Évangile de la paix, et ne quittant jamais le bouclier de la foi, qui vous permettra d’éteindre toutes les flèches enflammées du Mauvais. Prenez le casque du salut et le glaive de l’Esprit, c’est-à-dire la parole de Dieu. En toute circonstance, que l’Esprit vous donne de prier et de supplier : restez éveillés, soyez assidus à la supplication pour tous les fidèles. » (Ephésiens 6,10-11.13-18)

Que saint Firmin et les saints de tous les temps nous aident à mener le combat pour la vie éternelle… pour la vie avec Dieu. Amen.

Je suis prêtre de l’Église Catholique, au service de l’Église qui est dans la Somme, membre de l’Institut Notre Dame de Vie. Actuellement, ma mission principale est d’être vicaire épiscopal, curé des quatre paroisses du Ponthieu-Marquenterre (St Esprit en Marquenterre, St Gilles d’Autre-Maye, St Honoré du Nouvionnais, St Riquier du Haut-Clocher), délégué épiscopal à l’accompagnement des séminaristes.

Laisser un commentaire