Ce matin, le premier de la semaine, à l’heure où blanchit la campagne, Marie-Madeleine et l’autre Marie sont parties au tombeau. Elles se disaient qu’elles ne pouvaient demeurer loin de lui plus longtemps. Elles marchaient les yeux fixés sur leurs pensées, tristes en ce jour, qui pour elles est comme la nuit. Celui qu’elles croyaient être le Messie, le Sauveur, celui qui leur a permis de reprendre espoir, est mort, crucifié comme un vulgaire brigand.
Mais ce matin, le premier de la semaine, à l’heure où blanchit la campagne, un fait bouleversant, inattendu se produit. La terre tremble, la pierre roule et le tombeau s’ouvre. Les cœurs se troublent, sont saisis de crainte, de doute, de perplexité. Et ces femmes, Marie-Madeleine et l’autre Marie eurent peur mais l’ange du Seigneur leurs adresse ces paroles: «Soyez sans crainte. Vous cherchez Jésus le Crucifié. Il n’est pas ici, car il est ressuscité, comme il l’avait dit » (Matthieu 28, 5-6) Après avoir vu le tombeau vide, elles sont de suite envoyées en mission: «Vite, allez dire à ses disciples: «Il est ressuscité d’entre les morts; il vous précède en Galilée: là vous le verrez!»» (Matthieu 28,7)
Au cœur de l’orage, se demandant ce qu’il leurs arrive, elles partent tout raconter aux disciples. Et sur le chemin, une rencontre: il est là! Vivant! Ressuscité! Tout devient paisible. Réjouissance et allégresse habitent le cœur de ces femmes. Elles se laissent toucher, bousculer par cet inouï de Dieu qui transforme totalement leur vie. Quelle expérience cela a du être pour Marie-Madeleine, l’autre Marie et tous les disciples, un véritable chambardement dans leur vie!

Et nous? Quelle rencontre avec le Ressuscité faisons-nous? Avons encore le cœur ouvert à la nouveauté que Dieu veut apporter dans notre vie? Souvent, nous sommes fatigués, tristes, déçus. Les problèmes, les préoccupations quotidiennes nous poussent à nous replier sur nous-mêmes, dans la tristesse, l’amertume… Nous pensons que nous n’y arriverons pas et nous perdons confiance, nous nous résignons. Là c’est la mort de notre cœur et ce n’est pas là qu’est Jésus. Jésus n’est pas mort, il est ressuscité, il est LE Vivant! Jésus est l’aujourd’hui éternel de Dieu. Pourquoi cherchez parmi les mort Celui qui est vivant?
Laissons la pierre qui ferme notre cœur être roulée sur le côté et acceptons que Jésus Ressuscité entre dans notre vie. Accueillons-le comme un ami, avec confiance. Loin de Lui? Faisons un petit pas, il nous accueillera à bras ouverts. Indifférents? Acceptons de risquer quelques pas avec Lui, nous ne serons pas déçus. Difficile de le suivre? N’ayons pas peur, faisons-lui confiance. Soyons sûr de Lui, il est proche de nous, il est avec nous et il nous donnera la paix que nous cherchons et la force de vivre comme Lui le veut.
Au tombeau, Marie-Madeleine et l’autre Marie découvrent, un peu médusée, la nouveauté de Dieu: Jésus est ressuscité, il est le Vivant! Mais elles accueillent cette annonce avec foi. En cette nuit de lumière, en renouvelant les promesses de notre baptême, offrons nous au Seigneur afin qu’il renouvelle notre foi. Que nous puissions annoncer au monde, à la suite de Marie-Madeleine et de l’autre Marie, à la suite des disciples, le cœur habité par la joie: Jésus est ressuscité! Jésus est Le Vivant! Alléluia! Amen.

Homélie pour la Veillée Pascale

Je suis prêtre de l’Église Catholique, au service de l’Église qui est dans la Somme, membre de l’Institut Notre Dame de Vie. Actuellement, ma mission principale est d’être vicaire épiscopal, curé des quatre paroisses du Ponthieu-Marquenterre (St Esprit en Marquenterre, St Gilles d’Autre-Maye, St Honoré du Nouvionnais, St Riquier du Haut-Clocher), délégué épiscopal à l’accompagnement des séminaristes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.