Homélie pour le 2ème dimanche de l'Avent - Année B

Il prend patience envers nous…

Parole de Dieu pour ce dimanche:

Isaïe 40,1-5.9-11
Psaume 84
2 Pierre 3,8-14
Marc 1,1-8

Lire les textes

Dimanche dernier, Jésus nous invitait à veiller afin d’être prêt pour l’accueillir. Nous ne savons pas quand il viendra. Nous ne savons pas quand il sera de retour. Il est déjà venu, c’est ce dont nous ferons mémoire la nuit de Noël. Il a promis son retour dans la gloire et c’est ce retour-là que nous attendons maintenant. C’est à cet avènement que nous nous préparons.

Face aux évènements du monde, nous avons parfois l’impression qu’il tarde à accomplir sa promesse et nous pourrions être tentés par le découragement. Nous pourrions être tentés d’abandonner, de tout laisser tomber. Cela semble être le lot de beaucoup de baptisés qui ne persévèrent pas sur le chemin à la suite du Christ. Il est alors bon d’entendre les paroles de saint Pierre : « Le Seigneur ne tarde pas à tenir sa promesse, alors que certains prétendent qu’il a du retard. Au contraire, il prend patience envers vous, car il ne veut pas en laisser quelques-uns se perdre, mais il veut que tous parviennent à la conversion. » (2 Pierre 3,9)

Pierre invite alors ses lecteurs à tenir bon face aux évènements du monde. Il invite à tenir bon face aux évènements de ce monde qui passe. Il nous rappelle quels disciples du Christ nous devons être « en vivant dans la sainteté et la pitié » (2 Pierre 3,11) C’est cette attitude qui nous permet de tenir dans l’attente et même qui hâte l’avènement du jour de Dieu. Afin d’accueillir la réalisation de la promesse de Dieu, Pierre nous invite à faire « tout pour qu’on nous trouve sans tache ni défaut, dans la paix. » (2 Pierre 3,14)

Pour cela, il est capital de faire notre la prière d’ouverture de cette Eucharistie : « Seigneur tout-puissant et miséricordieux, ne laisse pas le souci de nos tâches présentes entraver notre marche à la rencontre de ton Fils ; mais éveille en nous cette intelligence du cœur qui nous prépare à l’accueillir et nous fait entrer dans sa propre vie. » (Collecte du 2ème dimanche de l’Avent)

Cette prière est un petit bijou ! Nous commençons par une confession de foi. Dieu est Père, il est Seigneur tout-puissant. Il peut tout mais cette toute-puissance est marquée, emprunte de miséricorde. Après avoir contemplé le Père, nous regardons notre vie. Celle-ci est marqué par le souci de notre devoir d’état, de ce que nous avons à faire. Afin que ce souci ne soit pas une entrave à la rencontre du Fils, nous l’offrons au Seigneur.

Nous présentons à Dieu notre vie avec tout son poids, tout ce qui la marque afin qu’elle ne soit pas un frein dans notre marche à la rencontre du Fils. Oui, notre vie est un frein dans notre rencontre avec le Seigneur si nous n’en faisons pas une offrande. Elle est un frein si nous ne l’offrons pas au Seigneur. Seule cette offrande au Seigneur permet de libérer l’intelligence du cœur qui favorise un accueil du Christ en nous, qui nous fait vivre de sa propre vie.

Voilà comment « préparer le chemin du Seigneur, rendre droit ses sentiers » (Marc 1,3) et voir le Salut de Dieu ! C’est sur ce chemin de conversion que nous sommes invités à avancer. C’est sur ce chemin que nous pourrons accueillir le baptême dans l’Esprit Saint que Jésus veut nous donner. Alors gardons sur nos lèvres et dans notre cœur la prière de ce dimanche. Faisons-la notre tous les jours de notre vie : « Seigneur tout-puissant et miséricordieux, ne laisse pas le souci de nos tâches présentes entraver notre marche à la rencontre de ton Fils ; mais éveille en nous cette intelligence du cœur qui nous prépare à l’accueillir et nous fait entrer dans sa propre vie. »

Ainsi chaque matin que Dieu nous offrira, nous aurons la joie d’être au commencement de l’Évangile de Jésus, Christ, Fils de Dieu. Chaque jour, nous accueillerons le nouveau départ, la nouvelle création que Dieu fait pour nous : celle de vivre en Christ, comme fils et fille bien-aimé du Père. C’est la Bonne Nouvelle, l’Évangile que Jésus nous apporte. C’est cette Bonne Nouvelle, cet Évangile que nous nous apprêtons à fêter solennellement à Noël ! Que le Seigneur tout-puissant et miséricordieux ne laisse pas les soucis des préparatifs de la fête entraver notre rencontre avec Jésus, le Christ, le Fils de Dieu. Qu’il nous donne un cœur simple et joyeux pour l’accueillir. Amen.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.