Le Christ Juge, portail de la cathédrale d'Amiens

Le Christ Juge, portail de la cathédrale d'AmiensEtonnante la profession de foi de cet homme dans la synagogue de Capharnaüm ! « Es-tu venu pour nous perdre ? Je sais fort bien qui tu es : le Saint, le Saint de Dieu. » (Marc 1,24). Jésus, qui est présenté comme le saint de Dieu, est aussi présenté comme celui qui vient pour nous perdre. Est-il donc un juge sans pitié, sans miséricorde ? Est-ce pour cela qu’il enseigne avec autorité ?

Nous l’avons entendu, contrairement aux scribes, Jésus enseigne comme un homme qui a autorité. Et cet enseignement est présenté comme nouveau. Mais qu’est-ce qui est nouveau ? Saint Marc ne nous livre pas le contenu de cet enseignement. Il nous relate simplement l’expulsion d’un démon. Autrement dit Jésus pratique un exorcisme.

Et si la nouveauté était là ? Par cet exorcisme, Jésus libère cet homme du mal qui l’habite. Jésus sauve cet homme. Marc nous présente là la nouveauté de l’enseignement de Jésus : il accomplit une œuvre salvatrice. Marc nous présente le visage du Sauveur. Cette présentation est renforcée par le fait que Jésus agit le jour du Sabbat. Ce jour-là, le peuple Juif célèbre l’action du Dieu créateur et libérateur. En Jésus, le Père libère l’homme de tous les démons qui le possèdent. Le Mal est vaincu.

Dans l’évangile de ce dimanche, l’esprit impur, en présence de Jésus, se sent agressé. Pour le Mal, le face à face avec le Dieu Saint est intolérable. Voilà pourquoi cet esprit impur crie : « Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ? » (Marc 1,24) Mis en présence de Celui qui sauve les hommes du mal, l’esprit impur se dévoile et reconnaît l’autorité de Jésus.

La seule réponse de Jésus est : « Silence ! Sors de cet homme. » (Marc 1,25). Pourquoi de tels propos de la part de Jésus ? Pourquoi Jésus impose-t-il le silence ? Jésus sais que la déclaration de l’esprit impur n’est pas une véritable profession de foi. Jésus n’attend pas de belles paroles. Il attend une véritable adhésion d’esprit et de cœur à son Père. Mais cela la foule ne l’a pas encore compris. Ils sont « saisis de frayeur » et ils s’interrogent : « Qu’est-ce que cela veut dire ? »

Dès le début de son ministère public, Jésus se présente comme le libérateur, celui qui nous sauve du mal qui nous emprisonne. Jésus se présente comme le nouveau Moïse, celui qui libère le peuple de la servitude du péché et du mal. La prophétie de Moïse, entendue dans la première lecture se réalise : « Au milieu de vous, parmi vos frères, le Seigneur notre Dieu fera se lever un prophète comme moi, et vous l’écouterez. » (Deutéronome 18,15)

Quels enseignements pour nous aujourd’hui ? « Qu’est-ce que cela veut dire ? » Jésus ne cherche pas uniquement à nous convaincre de le suivre. Jésus est venu pour nous sauver et il nous sauve de ces forces du mal qui traversent notre quotidien. Ces forces sont tout ce qui nous rends cruel pour les autres, ce qui nous arrachent toute pitié pour le pauvre. Jésus est Sauveur. Jésus me sauve et me libère de ce mal qui m’enchaine.

Pour entrer sur ce chemin du Salut, puissions-nous, simplement, entendre l’appel de l’Apôtre Paul, dans la seconde lecture, et nous attacher sans partage au Seigneur. C’est là que nous devons engager toutes nos forces. Comme Marc, Paul, les Apôtres et à leur suite tous les saints nous y invitent : nous pouvons faire confiance et nous attacher sans partage au Christ dont la Parole efficace a déjà vaincue les forces du mal. Nous pouvons mettre notre foi, notre espérance en celui seul qui peut libérer l’humanité de toutes les forces du Mal : Jésus-Christ. Amen.

Homélie pour le 4ème dimanche du temps ordinaire – Année B

0 réponse pour “Je sais qui tu es !”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.