Dieu est la source de ma joie !

Ils sont incroyables! Voilà un peuple qui est dans la misère la plus totale: Jérusalem est dévastée, le peuple est conduit en exil et tout ce qui faisait sa richesse est mis à mal. Et ce peuple, du fond de sa misère trouve encore la force de l’espérance. Alors qu’il pourrait renoncer à sa foi en Dieu en se disant: « Le Seigneur m’a abandonné, le Seigneur m’a oubliée. » (Isaïe 49,14), ce peuple a encore la force d’entendre la parole que Dieu lui adresse: « Est-ce q’une femme peut oublier son petit enfant, ne pas chérir le fils de ses entrailles? Même si elle pouvait l’oublier, moi, je ne t’oublierai pas. – Parole du Seigneur tout-puissant. » (Isaïe 49,15) Toute l’espérance du peuple d’Israël est dans le Seigneur: il nous aime et de façon bien plus grande encore qu’une mère peut aimer son enfant.

Dans l’évangile, Jésus nous invite à cette même espérance. « Ne vous faites pas tant de souci… » ne cesse-t-il de nous rappeler dans le texte que nous venons de proclamer. (Matthieu 6,24-34)

Dans le contexte de la vie d’aujourd’hui, cela n’est pas une chose facile. Devant toutes les incertitudes qui entourent notre vie, nous pouvons facilement être tenté de nous raccrocher à des choses matérielles, au confort rassurant et à la puissance que peut nous procurer l’argent. Cette tentation est grande et dans notre monde, les exemples ne manquent pas pour nous faire croire à l’illusion de cette puissance. Combien ont perdu leur âme en mettant l’argent avant toutes choses? Mettre sa confiance dans l’argent, c’est mettre sa confiance dans une puissance qui asservit le monde, et que Jésus nomme Mammon dans le texte grec de l’évangile de ce jour. Nous plier à la loi de ce dernier, c’est perdre notre liberté et notre joie car l’inquiétude commence alors à miner notre existence: à trop nous inquiéter des choses matérielles, nous perdons notre temps, notre sommeil… Une telle attitude entrave notre liberté!

Or Jésus, en nous invitant à ne pas nous faire de soucis, nous invite à rester libre et joyeux! Ce n’est ni une invitation à l’insouciance, ni une invitation à la paresse! Jésus nous invite à une véritable espérance en Dieu. Mais ne nous trompons pas sur ce qu’est l’espérance!

L’espérance est une vertu. C’est la plus humble des trois vertus théologales. La foi se voit, se sent. La charité se fait. L’espérance se cache dans la vie mais elle nous transforme en profondeur. Le pape François, dans une homélie de semaine, nous dit que: « L’espérance n’est pas de l’optimisme, ce n’est pas regarder les choses avec un esprit positif et aller de l’avant. (…) L’espérance est un risque, c’est une vertu risquée, (…) une attente ardente de la révélation du Fils de Dieu. » (Homélie du 29.10.2013) Ainsi, espérer c’est être tendu vers cette révélation, vers cette joie que le Seigneur nous promet. Espérer, c’est chercher avant tout le Royaume de Dieu et sa justice.

Cette espérance doit se manifester par notre foi en la Providence divine. « La foi dans la Providence ne dispense pas de la lutte difficile pour une vie digne, mais libère de l’anxiété pour les choses et de la peur du lendemain. » (Benoit XVI, Angélus du 27 février 2011) Ceci se manifestera de façon différente selon notre état de vie: un consacré le vivra de façon plus radicale que celui qui a charge de famille et qui doit tenir compte de ses devoirs envers son conjoint et ses enfants. Comme chrétien, nous devons nous distinguer par notre confiance absolue dans le Père céleste, à l’image de Jésus. N’est-ce pas ce que nous demanderons, dans quelques instants, en priant le Notre Père: que ton nom soit sanctifié… que ton règne vienne… que ta volonté soit faite… donne-nous aujourd’hui…?

Au cœur de cette Eucharistie, souvenons-nous que Dieu ne nous oublie pas et que nous avons du prix à ses yeux. Demandons lui de pouvoir acquérir un regard capable de discerner sa présence au cœur de notre vie, présence qui nous libère de la peur du lendemain et nous ouvre à la confiance et à l’espérance. Amen.

Homélie pour le 8ème dimanche ordinaire – Année A

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu
sed consequat. id, massa dolor Aliquam dictum
Fermer le panneau