Homélie pour la fête du baptême de Notre Seigneur - Année C

La Parole de Dieu

Isaïe 40,1-5.9-11
Psaume 104(103)
Tite 2,11-14.3,4-7
Luc 3,15-16.21-22

Lire les textes

« La grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes. » (Tite 2,11)

Comment pouvons-nous connaitre ou reconnaitre cette grâce de Dieu ? En Jésus-Christ ! Jésus nous manifeste cette grâce de Dieu. En apprenant à connaitre Jésus dans l’évangile, en le contemplant, en priant avec lui nous découvrons la grâce de Dieu qui est amour et miséricorde. Nous apprenons aussi à vivre de cette grâce, à la laisser se déployer en nous. Jésus est le Fils bien-aimé en qui le Père trouve sa joie (Cf. Luc 3,22). Unissons-nous à lui pour que Dieu trouve sa joie en nous et que nous trouvions notre joie en lui.

La grâce de Dieu nous est révélée dans le mystère de Noël : en Jésus, Dieu se fait l’un de nous. Il s’est fait homme. Il épouse totalement notre humanité, notre vie. « Il s’est donné pour nous afin de nous racheter de toutes nos fautes et de nous purifier pour faire de nous son peuple, un peuple ardent à faire le bien. » (Tite 2,14) C’est aussi ce que manifeste cette fête du baptême de Jésus et qui va se déployer tout au long de sa vie publique… jusque dans sa mort et sa résurrection. Pour découvrir comment la grâce de Dieu s’est manifestée, il n’y a pas d’autre chemin que de contempler l’humanité du Christ.

Cette grâce de Dieu nous est aussi offerte au baptême. Celui-ci nous configure au Christ et nous rend participant de sa mission, de sa vie. Elle se déploie totalement en nous à la confirmation. Elle est nourrie par la célébration de l’Eucharistie. Elle est renouvelée dans le sacrement de la réconciliation… Elle transforme notre vie.

La grâce de Dieu transforme notre vie car elle nous offre le salut. Elle nous rachète du péché, nous sauve de la mort éternelle et nous rend participant de la vie de Dieu ! La grâce de Dieu vient transformer notre manière d’être homme : « Par le bain du baptême, il nous a fait renaitre et nous a renouvelés dans l’Esprit Saint. »(Tite 3,5) Cela, Dieu ne le fait « non pas à cause de la justice de nos propres actes mais par sa miséricorde. »(Tite 3,5) Voilà l’œuvre merveilleuse que Dieu opère par sa grâce, par le don gratuit de son amour.

Le seul acte que j’ai à poser est d’offrir ma vie, ma personne à Dieu. C’est de lui dire, comme Marie : « Que tout se passe pour moi selon ta parole. » (Luc 1,38) C’est d’acquiescer à la grâce de Dieu, de consentir à ce que Dieu agisse en ma vie… Ce n’est pas une petite affaire ! Suis-je prêt à signer un chèque en blanc au Seigneur ? Suis-je prêt à lui faire totalement confiance ? Cela éveille souvent en moi des résistances : je veux bien avec quelques conditions… J’ai tellement peur de perdre le contrôle de ma vie, de ne plus décider… Si je dis oui à Dieu, vais-je être heureux ? Cela est vrai à titre individuel mais aussi pour la communauté humaine : laisser la place à Dieu, se recevoir de lui n’est-ce pas contre ma liberté chérie ?

Là encore, Dieu manifeste sa grâce. Il fait encore preuve de patience et de miséricorde. Il accepte de marcher à mon rythme. Il a déjà tout donné en plénitude, sans restriction mais il me fait découvrir la beauté de son amour à mesure où je suis capable de l’accueillir et prêt à y consentir. Il me comble à chaque fois que je lui dis « oui », à chaque fois que je manifeste mon désir de vivre de son amour.

Cette grâce de Dieu n’est pas uniquement pour mon petit confort personnel. Elle est « pour le salut de tous les hommes. »(Tite 2,11). Acquiescer à la grâce de Dieu, lui dire oui, a des effets non seulement dans ma vie personnelle mais aussi pour le monde dans lequel nous vivons.

Cette grâce, tout en brillant de mille éclats différents en fonction de celles et ceux qui l’accueillent, est une grâce « pour le salut de tous les hommes »(Tite 2,11). Elle n’a d’autre but que de rassembler toute l’humanité en Christ. Ne faire plus qu’un avec lui ! Cette grâce nous invite à surmonter nos divisions, nos rivalités, nos haines. Elle « nous apprend à renoncer à l’impiété et aux convoitises de ce monde, et à vivre le temps présent de manière raisonnable, avec justice et piété. » (Tite 2,12) Cette grâce nous rend frères et sœurs en Christ car nous apprenons à nous recevoir du Père. Cette grâce fait de nous des enfants de Dieu en nous configurant au Fils unique : Jésus-Christ. C’est la vie même de Dieu qui nous est donnée. C’est cet Esprit Saint que Dieu « a répandu sur nous en abondance, par Jésus Christ notre Sauveur ; afin que, rendus justes par sa grâce, nous devenions en espérance héritiers de la vie éternelle. » (Tite 3,7)

En ce jour où l’Église célèbre le baptême de Jésus, ravivons la grâce et la foi reçues à notre baptême. Laissons les mots du Père résonner en nous : « Toi, tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie. » (Luc 3,22) Il n’y a pas de chemin plus beau et plus grand dans la vie que d’apprendre à se reconnaitre enfant bien-aimé de Dieu. Tout en étant un chemin de conversion perpétuelle, c’est la source de la joie ! En devenant enfant de Dieu, nous devenons frères et sœurs animés d’un même amour, d’une même foi, d’une même vie… laissons cette vie de Dieu éclore en nous ! C’est le chemin de la joie… c’est le chemin des béatitudes ! Redisons au Seigneur notre désir de vivre la grâce qu’il nous a donnée au baptême. Soyons témoins de cette vie donnée et reçue ! Vivons de la joie de Dieu. Amen.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.