Dans notre société où il faut être le meilleur, le plus fort, la miséricorde semble ne pas avoir de place car elle peut paraître comme un excès de faiblesse au cœur d’un monde de compétition. Pourtant, celui qui sait vivre de la miséricorde est certainement le mieux armé pour avancer dans la vie ! Pour cela, il ne faut pas se tromper sur le sens du mot miséricorde. Le dictionnaire du Larousse définit la miséricorde comme ceci : « Pitié qui pousse à pardonner à un coupable, à un vaincu ; pardon accordé par pure bonté : Implorer miséricorde. », « Disposition à venir en aide à celui qui est dans le besoin. » et enfin : « Attribut de Dieu qui explique son dessein du salut de l’humanité. »

Pourquoi faut-il pardonner à un coupable ? à un vaincu ? Pourquoi faut-il venir en aide à celui qui est dans le besoin ? Parce que chacun de nous est lui-même l’objet de la miséricorde de Dieu ! Dieu a créé le monde par amour. Dans sa liberté, l’être humain s’est détourné de cet amour de Dieu ce qui a introduit le péché et la mort dans le monde. Dieu, éternel amoureux de l’être humain, met tout en œuvre pour rétablir l’homme dans son amour. Par pure bonté, il nous pardonne et il ne cesse de nous venir en aide. Si nous sommes appelés à faire miséricorde, c’est parce que Dieu le premier, nous fait miséricorde !

Comment cela ? Lisons la Bible ! Dieu s’y révèle comme étant « tendre et miséricordieux, lent à la colère, plein d’amour et de vérité. » (Exode 34,6) Il se laisse découvrir comme le Père « riche en miséricorde » (Ephésiens 2,4). Le visage de cet amour nous le trouvons en Jésus. « À travers sa parole, ses gestes, et toute sa personne, Jésus de Nazareth révèle la miséricorde de Dieu. » (Pape François)

Dans la lettre annonçant l’année de la Miséricorde (du 8 décembre 2015 au 20 novembre 2016), le pape François définit la miséricorde comme « l’acte ultime et suprême par lequel Dieu vient à notre rencontre. La miséricorde, c’est la loi fondamentale qui habite le cœur de chacun lorsqu’il jette un regard sincère sur le frère qu’il rencontre sur le chemin de la vie. La miséricorde, c’est le chemin qui unit Dieu et l’homme, pour qu’il ouvre son cœur à l’espérance d’être aimé pour toujours malgré les limites de notre péché. » (n°2)

Vivre de la miséricorde, c’est donc avant tout découvrir que je suis moi-même l’objet de l’amour sans limite de Dieu. Cette expérience, je la fais dans la lecture de la Parole de Dieu, la prière, les sacrements et par la communauté chrétienne. Mais vivre la miséricorde, c’est aussi apprendre à devenir moi-même miséricordieux : quels sont les lieux, quelles sont les personnes avec qui il faudrait vivre un pardon ? une bienveillance ? Profitons de cette année jubilaire pour entrer dans ce souffle d’espérance qu’est la miséricorde ! « Heureux les miséricordieux, ils obtiendront miséricorde. » (Matthieu 5,7)

Article paru dans le journal du secteur apostolique du Ponthieu-Marquenterre de décembre 2015

Je suis prêtre de l’Église Catholique, au service de l’Église qui est dans la Somme, membre de l’Institut Notre Dame de Vie. Actuellement, ma mission principale est d’être vicaire épiscopal, curé des quatre paroisses du Ponthieu-Marquenterre (St Esprit en Marquenterre, St Gilles d’Autre-Maye, St Honoré du Nouvionnais, St Riquier du Haut-Clocher), délégué épiscopal à l’accompagnement des séminaristes.

0 réponse pour “La miséricorde ”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.