Dieu est la source de ma joie !

ArgentL’héritage! Dans combien de nos familles, la question de l’héritage est une question complexe qui met de la tension, voir de la zizanie, au coeur de nos relations fraternelles? Cette délicate question n’est pas neuve puisque l’interlocuteur de Jésus a visiblement le même soucis: «Maître, dis à mon frère de partager avec moi notre héritage.» (Luc 12,13)

Dans sa réponse, Jésus ne se place pas en juge. Il met simplement en garde ses auditeurs contre l’avidité des biens terrestres à travers la parabole de l’homme riche. Cet homme ayant accumulé une bonne récolte se voit vivre de ses rentes et les dépenser en faisant la fête. Il espère même que sa fortune éloignera la mort! Mais Dieu lui fait cette réponse: «Tu es fou: cette nuit même, on te redemande ta vie. Et ce que tu auras mis de côté, qui l’aura?» (Luc 12,20)

L’expérience de la vie nous permet de dire que rien ne dure toujours. Tout passe: la jeunesse comme la force physique, les avantages comme les postes de pouvoir… Il est insensé de faire dépendre notre vie de réalités aussi passagères. Jésus conclura sa parabole par cette maxime: «Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui-même, au lieu d’être riche en vue de Dieu.» (Luc 13,21) Être riche en vue de Dieu, voilà tout l’enjeu de notre vie ici-bas.

Lors des Journées Mondiales de la Jeunesse à Rio de Janeiro, le pape François a parlé en ces termes aux jeunes, mais ses paroles nous concernent aussi: «En qui mettons-nous notre confiance? En nous-mêmes, dans les choses, ou bien en Jésus? Tous, nous sommes souvent tentés de nous mettre au centre, de croire que nous sommes l’axe de l’univers, de croire que nous sommes seuls, nous, à construire notre vie, ou de penser que celle-ci est rendue heureuse par la possession, par l’argent, par le pouvoir. Mais tous, nous savons qu’il n’en n’est pas ainsi! Certes, l’avoir, l’argent, le pouvoir peuvent donner un moment d’ébriété, l’illusion d’être heureux; mais, à la fin, ce sont eux qui nous possèdent et nous poussent à avoir toujours plus, à ne jamais être rassasiés. À la fin, nous sommes «remplis», mais pas nourris, et c’est très triste de voir une jeunesse «remplie», mais faible. La jeunesse doit être forte, elle doit se nourrir de sa foi et ne pas se remplir d’autres choses.» (Pape François, Fête d’accueil , 25 juillet 2013)

A ces mots du pape, nous pouvons entendre l’appel de saint Paul aux Colossiens: «Recherchez donc les réalités d’en haut: c’est là qu’est le Christ, assis à la droite de Dieu.» (Col 3,1) Saint Paul ne nous invite pas à vivre dans les nuages. Il nous invite à vivre une réalité bien concrète. La seule richesse que nous devons chercher à posséder est la présence du Christ en notre vie. Pour cela, écoutons encore les conseils du Saint Père:

« ‘Mets le Christ’ dans ta vie, mets en lui ta confiance et tu ne seras jamais déçu! Voyez chers amis, la foi accomplit dans notre vie une révolution que nous pourrions appeler copernicienne, elle nous enlève du centre et met Dieu au centre. La foi nous immerge dans son amour qui nous donne sécurité, force, espérance. En apparence rien ne semble changer, mais au plus profond de nous-mêmes tout change. Quand Dieu y est présent, dans notre cœur demeurent la paix, la douceur, la tendresse, le courage, la sérénité et la joie, qui sont les fruits du Saint-Esprit (cf. Ga 5, 22), alors notre existence se transforme, notre façon de penser et d’agir se renouvelle, elle devient la façon de penser et d’agir de Jésus, de Dieu. Chers amis, la foi est révolutionnaire et moi je demande à chacun de vous aujourd’hui: es-tu prêt, es-tu prête à entrer dans cette onde révolutionnaire de la foi? C’est en y entrant seulement que ta vie de jeune [d’adulte] aura un sens et sera ainsi féconde!» (Pape François, Fête d’accueil , 25 juillet 2013)

Qu’en ce temps estival, chacun de nous puisse vérifier son degrés de liberté vis à vis des sollicitations de ce monde en se posant la question: parvenons-nous à conduire nos activités dans l’Esprit de l’Évangile, ou sommes-nous aliénés par les pseudo-besoins créés par une économie de marché de plus en plus envahissante en tous les domaines de la vie? Demandons, dans le silence de notre coeur, que nous soyons véritablement capable de mettre le Christ au centre de notre vie et d’en rayonner par notre façon de vivre. Amen.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu
dapibus Aliquam neque. non ut elementum mattis
Fermer le panneau