Homélie pour la solennité de la Toussaint

La Toussaint, une fête de famille

La Parole de Dieu

Apocalypse 7,2-4.9-14
Psaume 24(23)
1 Jean 3,1-3
Matthieu 5,1-12a

Lire les textes

C’est la foule ! « Une foule immense… une foule de toutes nations, tribus, peuples et langues » (Apocalypse 7,9) Il y a de quoi être perdu au milieu de cette foule, de s’y sentir un anonyme au milieu de tant d’autres. Et pourtant cette foule ne nous est pas étrangère. C’est elle qui est le motif de la fête de ce jour. Cette foule est celle des saints, connus ou inconnus. Certains ont leur nom inscrit dans le calendrier, d’autres non. C’est pour cette foule que nous venons faire monter vers le Seigneur notre louange. C’est avec elle que nous unissons nos voix pour acclamer le Dieu trois fois saint ! Cette foule immense, de toutes nations, tribus, peuples et langues est notre famille. Ce sont nos frères et sœurs qui la constituent et ils nous appellent à les rejoindre ! La Toussaint est une fête de famille. Elle est notre fête !

Aimé de Dieu, nous sommes ses enfants. C’est ce que manifeste notre baptême. Il nous rend participant de la vie de Dieu. Nous avons donc en nous quelque chose de l’ADN de Dieu qui nous appelle à être comme lui. C’est ce que le Seigneur nous dit par la bouche de Moïse :« Soyez saints, car moi, le Seigneur votre Dieu, je suis saint. » (Lévitique 19,1) Cet appel peut nous faire peur… nous ne sommes pas à la hauteur ! Conscient de notre faiblesse, de notre péché, nous savons tant que nous ne sommes pas comme Dieu et nous avons du mal à penser que l’appel de Dieu est pour nous. Pour nous convaincre du contraire, il nous suffit de regarder la vie de nos frères et sœurs les saints.

En regardant leur vie, en marchant avec eux sur le chemin de la vie, nous découvrirons qu’ils ne sont pas des superhéros. Nous découvrirons qu’ils ne sont pas parfaits et que, comme nous, ils se sont battus avec leurs imperfections et leurs contradictions. En dialoguant avec eux, nous comprendrons comment à travers l’ordinaire de leur vie, ils ont fait passer la lumière de l’Évangile dans leur cœur. C’est cela un saint : c’est comme un vitrail qui laisse passer la lumière de Dieu dans son cœur pour la transmettre au monde. Il est un reflet de la présence de Dieu au cœur du monde.

Malgré ses imperfections et ses chutes, le saint ne cesse pas de se laisser aimer par Dieu et de laisser la lumière de l’Évangile éclairer sa vie. Au travers des épreuves et des difficultés de la vie, le saint a pour azimut le Christ et la carte qui le guide sur le chemin de la vie sont les béatitudes.

Les béatitudes nous font découvrir le secret d’une vie heureuse. Elles nous donnent les ingrédients pour une telle vie. « Les bienheureux sont les simples, les humbles qui font de la place à Dieu, qui savent pleurer pour les autres et pour leurs propres erreurs, qui restent doux, luttent pour la justice, sont miséricordieux envers tous, gardent la pureté du cœur, travaillent toujours pour la paix, et demeurent dans la joie, ne haïssent pas et, quand ils souffrent, répondent au mal par le bien. »(Pape François, Angélus du 1ernovembre 2017)

C’est ainsi que le saint avance dans la vie, pas après pas. C’est aussi cela qui fait que le saint est proche de nous, qu’il est un frère, une sœur qui marche avec nous sur le chemin de la vie. Il est un frère, une sœur non pas à imiter mais qui nous apprend à discerner notre propre chemin et à mettre en lumière le meilleur de nous-même, à découvrir ce que le Seigneur a déposé de personnel en nous pour le bien de tous (Cf. 1 Corinthiens 12,7)

En cette fête de la Toussaint, réentendons l’appel de notre baptême. Réentendons la mission que Dieu nous confie : réaliser la sainteté qu’il veut nous donner afin que le monde découvre la beauté de l’Évangile et désire en vivre ! « Laisse la grâce de ton baptême porter du fruit dans un cheminement de sainteté. Permets que tout soit ouvert à Dieu et pour cela choisis-le, choisis Dieu sans relâche. Ne te décourage pas, parce que tu as la force de l’Esprit Saint pour que ce soit possible ; et la sainteté, au fond, c’est le fruit de l’Esprit Saint dans ta vie (cf. Ga 5, 22-23). Quand tu sens la tentation de t’enliser dans ta fragilité, lève les yeux vers le Crucifié et dis-lui : ‘‘Seigneur, je suis un pauvre, mais tu peux réaliser le miracle de me rendre meilleur’’. Dans l’Église, sainte et composée de pécheurs, tu trouveras tout ce dont tu as besoin pour progresser vers la sainteté. Le Seigneur l’a remplie de dons par sa Parole, par les sacrements, les sanctuaires, la vie des communautés, le témoignage de ses saints, et par une beauté multiforme qui provient de l’amour du Seigneur, « comme la fiancée qui se pare de ses bijoux » (Is 61, 10). »(Pape François, Gaudete et exsultate, n°15)

Dieu nous invite à entrer dans cette foule immense, « foule de toutes nations, tribus, peuples et langues »(Apocalypse 7,9). « Marchons vers elle par le chemin de la foi, (…) hâtons le pas, joyeux… » (Préface de la Toussaint) de nous savoir appelé ! Amen.

Je suis prêtre de l’Église Catholique, vicaire général du diocèse d'Amiens, curé de la paroisse de la Paix, délégué épiscopal à l'accompagnement des séminaristes. Je suis aussi membre de l'Institut Notre Dame de Vie.

Un commentaire sur “La Toussaint, une fête de famille”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.