La Baie de Somme

La Baie de SommeJe publie ici un article paru dans la revue du diocèse d’Amiens, « Le Dimanche », du 2 décembre 2011

Mais que vais-je dire sur la Baie de Somme ? En la voyant, en m’y promenant, ce ne sont pas les commentaires qui montent de mes lèvres mais plutôt une louange, une action de grâce. La Baie de Somme ne se commente pas. Elle se regarde, elle s’admire! Et ceci, quelle que soit la saison, quel que soit le temps, quelle que soit l’heure. Tout en ce lieu me porte à la contemplation. Et puis, il est toujours difficile à un amoureux de dire le pourquoi de son amour!

Le regard à l’affut, il est possible d’y voir mille et une merveilles de la nature, que ce soit au niveau de la flore ou de la faune. La vie y est riche par sa diversité, et il est impossible de tout saisir en un seul regard, en une seule promenade. A chaque jour, à chaque instant, la Baie de Somme nous étonne, nous émerveille.

J’avoue, en m’y promenant, y contempler régulièrement le mystère de la vie divine! D’un seul regard, d’une seule pensée, il m’est impossible de tout en appréhender. À chaque fois, je m’émerveille de ce qu’elle apporte de nouveau, de ce qu’elle révèle d’elle-même… alors qu’elle est là, rassurante par son paysage qui semble toujours pareil. Dieu, toujours semblable à lui-même ne cesse de m’étonner par ce qu’il me fait découvrir de la vie, de sa création, par la grandeur de son mystère.

Et cette vie qui ne cesse d’en jaillir par le vol ou le chant d’un oiseau et la diversité de ceux-ci, cette vie qui se révèle par l’activité de l’homme, cette vie qui se découvre au détour d’un chemin toujours neuve, toujours plus belle… Et je n’ai jamais fini de la découvrir, d’en comprendre tout le sens. Il y a une vie, mais quelle est-elle vraiment? Image de la vie au cœur même de la Sainte Trinité: par la Parole de Dieu, la prière, la liturgie, l’étude théologique, j’arrive à percevoir quelque chose de cette vie en Dieu mais je suis bien incapable d’en saisir totalement ce qui s’y passe. Et pourtant, à chaque fois mon amour pour Dieu grandit.

Un tel paysage me rappelle que Dieu fit le ciel et la terre et tout ce qu’ils contiennent. Et cette création, Il l’a remise à l’homme et la femme pour qu’ils en prennent soin. Qu’ils fassent fructifier ce don qui leur est fait.

Partir en Baie de Somme, c’est, pour moi, revenir et accueillir à nouveau ce don de Dieu. C’est revenir à mes racines, dans cette région où j’ai grandi, pour mieux entrer dans le mystère de ma vocation: celle de louer Dieu en tout temps.

Partir en Baie de Somme, c’est contempler ces sublimes paysages et me rappeler sans cesse, devant la grandeur de la Création que Dieu lui-même fait et veut ce qu’il y a de plus beau pour moi. C’est laisser monter de mes lèvres les paroles du psalmiste:

« Le Seigneur est mon berger, je ne manque de rien. Sur des prés d’herbe fraiche, il me fait reposer. Il me mène vers les eaux tranquilles et me fait revivre ; il me conduit par le juste chemin pour l’honneur de son nom… » (Psaume 22)

C’est au cœur de la Baie de Somme que monte du plus profond de mon être l’action de grâce au Seigneur pour cette création qu’il nous donne. En ce lieu privilégié, j’y expérimente et prend conscience de ce qu’il a créé pour nous… et qu’à ma petite mesure et sans grand discours, j’essaie là où il m’envoie de prendre soin de la Création.

Je suis prêtre de l’Église Catholique, au service de l’Église qui est dans la Somme, membre de l’Institut Notre Dame de Vie. Actuellement, ma mission principale est d’être vicaire épiscopal, curé des quatre paroisses du Ponthieu-Marquenterre (St Esprit en Marquenterre, St Gilles d’Autre-Maye, St Honoré du Nouvionnais, St Riquier du Haut-Clocher), délégué épiscopal à l’accompagnement des séminaristes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.