« Je suis un homme libre », c’est par ces mots que frère Luc, dans le film « Des hommes et des dieux » (à voir absolument !) signifie à son supérieur son choix de rester à Tibhirine. Cette décision, comme celle des autres frères, a été prise dans la prière, avec tout le combat que cela implique de se laisser ajuster à la Parole de Dieu, la fidélité à sa vocation et la réponse que nous avons donné à cet appel.

« Je suis un homme libre », non pas parce que je fais un autre choix, non pas parce que je fuis… je suis un homme libre parce que je suis fidèle ! Dans le film nous le voyons, cette fidélité va conduire à une identification à la passion du Christ… mais c’est là que se réalise la plénitude du don que ces moines ont fait de leur vie à Dieu et aux hommes.

La fidélité au « oui » donné m’entraine, dans le combat de la vie, non pas au plaisir de l’instantané mais au bonheur. Ce bonheur nous le voyons sur le visage de ces moines lors de leur dernier repas. Ce bonheur est là parce qu’il est pétri de leur fidélité dans le combat de la prière, parce que leur vie à un sens pour ceux auprès de qui ils vivent, parce qu’un jour, ils ont dit « me voici » sans savoir sur quel chemin le Seigneur allait les conduire.

Et moi, aujourd’hui, face à la violence et à la haine qui peut monter contre le message de l’Évangile que l’Église ne cesse de proclamer, suis-je capable de renouveler mon « oui » prononcé lors de mon ordination, de ma consécration religieuse, de mon mariage, dans le don de ma vie que j’ai fait à Dieu au service des autres ?

Pour enraciner ce oui rien de tel que de me plonger la lecture et le partage de la Parole de Dieu, dans l’oraison, dans l’adoration… C’est là que le Seigneur viendra me parler au cœur et que je recevrai, de l’Esprit-Saint la force d’être fidèle au Christ jusqu’au don suprême de ma vie et de dire « Je suis un homme libre ».

Je suis prêtre de l’Église Catholique, au service de l’Église qui est dans la Somme, membre de l’Institut Notre Dame de Vie. Actuellement, ma mission principale est d’être vicaire épiscopal, curé des quatre paroisses du Ponthieu-Marquenterre (St Esprit en Marquenterre, St Gilles d’Autre-Maye, St Honoré du Nouvionnais, St Riquier du Haut-Clocher), délégué épiscopal à l’accompagnement des séminaristes.

0 réponse pour “« Laissez passer l’homme libre »”

  • Un grand merci de ton commentaire.
    Ce film est une merveille, il incite à la méditation et à un retour sur
    soi même.
    Notre chemin est encore bien long.

Laisser un commentaire