En cette belle et grande nuit, au travers de toutes ces lectures, nous venons de feuilleter notre album de famille. Chacune des lectures se présente comme un moment fort de l’histoire de notre Salut. Chacune vient nous redire la tendresse de Dieu pour l’humanité.

Décryptons ensemble ces quelques photos que nous venons d’admirer.

Au travers du récit de la création, nous prenons conscience que cette création est don de Dieu. Du chaos des origines aux merveilles de la nature, Dieu donne vie par son souffle créateur. Au cœur de cette œuvre, il crée l’homme et la femme à sa ressemblance. Merveille de l’Amour : je suis à la ressemblance de Dieu.

Sur la deuxième page de notre album, nous voyons notre père Abraham. Homme de foi, il met sa confiance en Dieu seul jusqu’à accepter de lui sacrifier son fils bien-aimé. Devant cette confiance, Dieu lui fait une promesse : comblé de bénédiction, sa descendance sera aussi nombreuse que les étoiles du ciel. Merveille de l’Amour : la foi en Dieu est source de bénédiction et de fécondité.

Vient ensuite un moment fort de l’histoire : l’Exode ! Dieu nous fait passer de l’esclavage à la liberté. Merveille de l’Amour : Dieu nous libère des forces du mal et de la mort.

Avec le prophète Isaïe, Dieu vient nous dire que nous sommes pour lui comme une épouse. Il nous promet la fidélité de son Amour et une Alliance de Paix. Merveille de l’Amour : Dieu aime son peuple avec entière fidélité.

Isaïe nous dit aussi que Dieu donne en abondance à ceux qui ont soif. Il nous invite à chercher le Seigneur avec constance, à revenir vers lui. Merveille de l’Amour : la Parole de Dieu est comme une bonne pluie qui vient féconder la terre de nos vies.

Si nous continuons à feuilleter notre album familial, nous voyons ensuite le prophète Baruch nous présenter la Sagesse de Dieu. Cette Sagesse est la loi que Dieu nous laisse. Ne l’oublions pas ! Restons témoin de cette lumière que Dieu nous a donnée. Merveille de l’Amour : le Christ est la Sagesse de Dieu, cette loi d’Amour.

Le prophète Ezékiel, à travers une parole forte et dure, nous apporte une grande espérance. Au peuple en exil, il annonce que Dieu ne l’oublie pas malgré toutes les infidélités et les exactions commises. Merveille de l’Amour : Dieu veut nous donner un cœur nouveau et un esprit nouveau.

Ce cœur nouveau et cet esprit nouveau, nous sont donnés au baptême. Baptisés dans le Christ Jésus, nous le sommes dans sa mort et sa résurrection. Tel est l’enseignement de l’Apôtre Paul. Merveille de l’Amour, avec le Christ nous mourrons au péché pour vivre d’une vie nouvelle.

En parcourant rapidement cet album souvenir, nous pouvons rendre grâce à Dieu pour la merveille qu’est son amour inconditionnel pour nous. Toute la liturgie de cette nuit, nous invite à chanter cette action de grâce car elle nous fait expérimenter cette tendresse divine.

Dans son amour, Dieu nous a conduit de l’obscurité du péché à la lumière de la vie. Le Christ est cette lumière qui nous permet de faire ce chemin. Dieu s’est fait lui-même homme pour nous accompagner sur ce chemin et être notre lumière en Jésus-Christ. C’est à la lumière du Christ, à sa suite, que nous avons chemin jusqu’au cœur de l’Église. C’est dans ce cœur que nous trouvons la pleine lumière pour accueillir la Parole de Dieu qui est lettre d’amour pour découvrir combien Dieu nous aime.

Dans la liturgie baptismale à travers la bénédiction de l’eau et le geste de l’aspersion, nous réactualisons, nous rendons présent le jour de notre baptême. Ce jour où Dieu nous a dit « Tu es mon enfant bien aimé. En toi, j’ai mis tout mon amour. » Une telle déclaration d’amour vaut bien une profession de foi… notre propre réponse d’amour après avoir rejeté Satan et ses œuvres qui nous éloignent d’un tel amour.

Et que dire de la liturgie eucharistique, cette grande prière d’action de grâce adressée au Père pour ce qu’il nous donne en Jésus-Christ. Amour donné, amour offert que nous venons de célébrer de façon toute particulière depuis ce jeudi ?

Oui, en cette grande et sainte veillée, mère de toutes les veillées, puissions-nous exulter de joie, laisser monter du fond de notre cœur l’alléluia pascal, cantique d’action de grâce qui n’a pas besoin de parole. Soyons tout joyeux comme Marie-Madeleine. Elle a vu sa vie bouleversée le jour où elle a croisé la route de Jésus. Elle a découvert combien elle était aimée malgré son péché… et au matin de troisième jour après la mort de Jésus, alors qu’elle vient rendre un dernier hommage à celui qui l’a remis debout, qu’elle n’est pas sa stupeur de voir que le tombeau est vide ! Où est-il ? Il n’est pas ici, chez les morts, il est ressuscite ! Marie-Madeleine comprend, sans comprendre, que quelque chose d’extraordinaire, d’inimaginable vient de se produire : une espérance inespérée vient de se passer… tremblante et toute joyeuse, elle courre l’annoncer aux disciples.

En cette nuit, cette espérance inespérée ne se produit peut être pas par un tremblement de terre mais simplement dans le silence au fin fond de notre cœur ! Tremblant de voir jaillir en nous cette source de vie révolutionnaire, il nous faut partir tout joyeux pour l’annoncer : je suis aimé de Dieu et dans son grand amour, il ne me laisse pas croupir au fond de mes tombeaux, mais il m’offre la vie. Il m’offre sa vie et ceci à chaque instant de ma vie. Ceci vaut bien de laisser jaillir de notre cœur un bel alléluia pascal !

Homélie pour la Veillée Pascale

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.