Aujourd’hui, nous sommes dans la joie. Nous sommes heureux de fêter l’Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de Dieu.

Marie, qui a été préservée du péché dès l’instant de sa conception, n’a pas connu la corruption de la mort au soir de sa vie. Corps et âme, elle est montée auprès de son Fils dans la gloire du Ciel. Voilà ce que nous fêtons en ce jour : l’Assomption ou la Dormition de la Vierge Marie.

Forte de cette grâce toute spéciale que Dieu lui a faite, la vie de la Vierge Marie a été un « oui » complet et total au Seigneur. Marie a tout donné au Seigneur par sa réponse à l’ange Gabriel au jour de l’Annonciation : « Que tout se passe pour moi, selon ta parole. »

Le « oui » de Marie est un « oui » de foi. Elle a foi dans la réalisation de la promesse de Dieu car elle est attentive « aux choses d’en-haut », comme nous l’avons prié avec l’oraison d’ouverture de cette messe. Le « oui » de Marie est aussi plein d’espérance et plein d’amour. Il n’est pas un « oui » béat mais il est une adhésion forte et sans condition à la Parole de Dieu. Cette Parole qu’elle ne cessait jamais de méditer, de garder dans son cœur. Et ce « oui » de Marie lui permettra d’enfanter, de mettre au monde la Parole, le Verbe de Dieu, Jésus lui-même.

Le « oui » de Marie est un don total de soi à Dieu. Il est le modèle du « oui » que l’homme et la femme se donnent dans le mariage, et qui enrichit l’humanité par le don de la vie qui jaillit de cette union. Il est le modèle du « oui » que prononce toute personne consacrée à Dieu par les vœux de pauvreté, d’obéissance et de chasteté pour la Gloire de Dieu. Il est le modèle du « oui » que prononce tout prêtre au jour de son ordination pour que la grâce de Dieu continue de descendre sur notre monde par les sacrements, notamment celui de la miséricorde de Dieu et de l’Eucharistie.

Le « oui » de Marie nous entraîne dans le don complet de nous-même à Dieu. Le « oui » de Marie, et tout l’Évangile qui en découle, vient nous redire que la fidélité à ce don de soi est réalisation de la promesse de Dieu. Il est le « oui » de l’Espérance… mais il n’est pas un long fleuve tranquille, il est combat de tous les jours.

Dans la joie de l’enfantement, dans l’angoisse de la disparition de Jésus au Temple, dans l’éducation à donner à l’enfant Jésus, dans la souffrance de la condamnation et la mort de son Fils, dans la prière au Cénacle en attendant le don de l’Esprit promis par Jésus, le « oui » de Marie vient rejoindre les interrogations, et les préoccupations de nos contemporains face aux questions de la société d’aujourd’hui et de son avenir. Le « oui » de Marie, parce qu’il a ouvert un chemin de grâce pour l’humanité par l’incarnation de Dieu, est le « oui » de l’Espérance !

Que Marie, qui est « guide et chemin de l’espérance du peuple de Dieu » (Préface de l’Assomption) nous aide à dire « oui » au chemin de bonheur que Dieu ouvre devant nous par l’appel à la sainteté dans le don total de nous-même. Amen.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.