Je vous avoue que certaines fois les textes de la Parole de Dieu proclamés me désemparent ! Encore l’évangile de Marthe et Marie ! Mais que vais-je dire ? Il y a déjà tellement de commentaires sur ce passage que nous pouvons nous demander si nous savons encore l’écouter et l’accueillir avec bienveillance. Si nous savons encore nous laisser interroger par cette parole du Christ. Mais inutile de récriminer et de préférer être à la place de celles et ceux qui n’ont pas à prêcher sur les textes de ce jour. Je risquerais d’entendre le Christ me dire : « Yves, Yves, tu t’inquiètes et tu t’agites pour bien des choses. »

Aussi, avant de m’activer à l’écriture de cette homélie, j’ai épousé l’attitude de Marie en m’asseyant aux pieds du Christ dans la prière, écoutant ce qu’Il avait à me dire. Quel est l’enseignement du Christ pour nous aujourd’hui ?

Souvent, nous connaissons les textes de l’évangile tiré de leur contexte… mais si je vous demande quel est le passage qui précède et celui qui suit ce texte, peux être seriez-vous dans l’embarras !

Pour le texte qui précède, facile ! Il suffit de se rappeler l’évangile de dimanche dernier ! Pour la péricope qui suit, il suffit d’avoir déjà préparer l’évangile de dimanche prochain ! Ce texte de Marthe et Marie est à la charnière entre la parabole du Bon Samaritain et l’enseignement de Jésus sur la prière. L’évangéliste, par ce splendide récit très concis, vient nous décrire simplement l’attitude des disciples du Christ.

Il est normal que Marthe s’active à l’accueil de ces hôtes… puisque le Christ est reçu dans la maison d’une femme appelée Marthe (Luc 10,38). Ce sont les autres évangiles (qui ne comportent pas le récit de cette scène), et en particulier celui de Jean, qui nous font dire que Jésus est chez Marthe ET Marie. Le disciple du Christ n’est pas celui qui ne fait rien, qui est oisif… le disciple du Christ est celui qui s’engage au service de son prochain, au nom de son amour pour Dieu et donc pour l’autre. Mais le disciple du Christ est aussi celui qui sait être, dans le silence, attentif à la Parole de Dieu. Celui qui sait accueillir au plus profond de son être, avec toute son intelligence, tout son cœur, toute sa force, cette Parole de vie. Le disciple se laisse instruire par son Seigneur. Et de cet enseignement, il sera découvrir comment accomplir son devoir d’état.

L’évangéliste Luc vient nous mettre en garde, par ce récit, de l’activisme qui nous guète tous. Le risque que nous courrons, même au nom de la charité, d’être « accaparé par les multiples occupations du service » (Luc 10,40) et de ne plus avoir le cœur disponible pour la parole de Dieu, pour le cœur à cœur avec Dieu. Être disciple du Christ, ce n’est pas d’être une éolienne qui brasse beaucoup de vent pour produire un peu d’énergie (en risquant de nous trouver à bout de souffle incapable d’agir). Le disciple du Christ est celui qui découvre sans cesse qu’il ne puise la force de son action que dans le cœur à cœur avec Dieu. Mais il est aussi celui qui découvre que son action, faite au nom du Christ, le conduit dans le cœur à cœur silencieux de la prière et de l’adoration.

Pour pouvoir servir Jésus comme il convient dans nos frères, nous avons besoin de retrouver la paix dans l’intimité de sa présence, de laisser le Ressuscité de Pâques infuser en nous l’Esprit de charité sans lequel nos œuvres seraient vaines.

Quelle que soit notre vocation particulière, l’attitude du disciple est d’aller de l’action à la contemplation, de la contemplation à l’action. C’est de cette tension continuelle qu’il nous faut vivre… mais c’est ainsi que nous serons véritablement disciples du Christ. Amen.

Homélie pour le 16ème Dimanche Ordinaire – Année C

Genèse 18,1-10a; Psaume 14(15); Colossiens 1,24-28; Luc 10,38-42

Je suis prêtre de l’Église Catholique, au service de l’Église qui est dans la Somme, membre de l’Institut Notre Dame de Vie. Actuellement, ma mission principale est d’être vicaire épiscopal, curé des quatre paroisses du Ponthieu-Marquenterre (St Esprit en Marquenterre, St Gilles d’Autre-Maye, St Honoré du Nouvionnais, St Riquier du Haut-Clocher), délégué épiscopal à l’accompagnement des séminaristes.

0 réponse pour “Marthe et Marie… action ou contemplation ?”

Laisser un commentaire