Homélie pour le 6ème dimanche ordinaire - Année B

Montre-moi ton visage...

Texte de la Parole de Dieu

  • Lévites 13,1-2.45-46
  • Psaume 31
  • 1 Corinthiens 10,31-11,1
  • Marc 1,40-45

Lire les textes

L'Evangile et l'homélie en vidéo

Le texte de l'homélie

« Montre-moi ton visage ! » Chaque visage est unique. Chaque visage a ses propres caractéristiques : il attire ou il repousse, il est paisible ou torturé, il est marqué par la joie ou la souffrance, la détresse…  Le visage est comme la vitrine de notre vie. Il est un lieu de communication avant même que je prononce une parole. Il est souvent le premier moyen d’entrer en relation avec l’autre. Montrer son visage, c’est prendre le risque de se révéler, c’est prendre le risque de la rencontre. Montrer son visage, c’est risquer dire : « Je t’aime ! »

Ce risque, Dieu lui-même l’a pris ! Il s’est fait l’un de nous en Jésus-Christ. Dieu s’est montré à nous dans le visage du nouveau-né mais aussi dans le visage torturé du supplicié. En nous montrant son visage, Dieu n’avait d’autre désir que de nous montrer le visage de l’Amour en venant rejoindre chacun dans ce qu’il peut vivre. Plus que cela, Dieu est aussi le visage de chacun d’entre nous. Créé à l’image et à la ressemblance de Dieu, l’homme et la femme nous disent quelque chose du visage de Dieu.

Un des lieux de cette révélation du visage de Dieu est le mariage, l’union de l’homme et de la femme. C’est ainsi que vient résonner les mots de l’apôtre Paul, entendus dans la seconde lecture : « Tout ce que vous faites : manger, boire, ou toute autre action, faites-le pour la gloire de Dieu. » (1 Corinthiens 10,31) Paul nous dit qu’aucun des aspects de notre vie n’est méprisable. En se faisant homme, Dieu nous a ressemblé en tout. Nous pouvons donc lui ressembler en tout. C’est ce que signifie l’expression « pour sa gloire ». Chacun de nos gestes, chacun de nos actes, même le plus intime de la vie du couple, est un point de ressemblance avec Dieu. Chacune de nos actions, même celle qui nous parait la plus insignifiante, nous révèle le visage de l’amour divin. Chacune de nos actions doit devenir intimité plus grande avec Dieu ! Attention donc, comme nous en averti saint Paul, que ces mêmes gestes ne deviennent pas obstacles pour les autres : « Ne soyez un obstacle pour personne, ni pour les Juifs, ni pour les païens, ni pour l’Église de Dieu. » (1 Corinthiens 10,32)

Comment vivre cela ? En appliquant encore et toujours les conseils de Paul ! « Imitez-moi comme moi aussi j’imite le Christ. » (1 Corinthiens 11,1) Il n’y a pas de secret : pour vivre un amour authentique, il faut regarder, contempler le Christ Jésus lui-même. Il faut regarder, dans l’Évangile comment le Christ Jésus aime : jamais il ne cherche son propre intérêt personnel. Toujours il cherche le bien de l’autre, le bonheur de l’autre. Il a tout donné pour les autres jusqu’à mourir sur la Croix. L’amour peut-être crucifiant !

Nous avons peut-être le sentiment que cet amour est un idéal inatteignable ! Sur le chemin de l’amour, nous sommes invités à être comme le lépreux de l’évangile. Souvent, il nous faut supplier Jésus et tomber à ses genoux en lui demandant de purifier notre amour de la lèpre du péché. Notre amour a besoin d’être sauvé, d’être guéri. Cela ne peut se faire qu’en venant auprès du Christ Jésus lui-même, en le laissant étendre la main sur nous. Cela ne peut se faire qu’en obéissant à l’ordre du Christ d’aller se montrer aux prêtres qu’il a institués pour être les instruments de sa grâce.

En venant demander le sacrement du mariage, vous présentez au Seigneur votre couple pour qu’il guérisse votre amour, qu’il le sauve de la lèpre du péché. C’est la grâce qui vous sera donnée au jour de votre mariage. Dieu vous donnera une capacité nouvelle à aimer et à être aimé ! Comme tout amour, celui-ci demandera à être nourrit, fortifié par des actes concrets de tendresse et de pardon. Personnellement, en couple, en famille, n’ayez pas peur de venir fortifier et nourrir cet amour par la célébration de l’Eucharistie, comme nous le faisons ce matin. N’ayez pas peur non plus de le fortifier, le nourrir par le sacrement de la réconciliation (la confession) … C’est ainsi que le Seigneur guérit notre amour de la lèpre du péché. C’est ainsi que nous pouvons montrer au monde le visage de l’amour ! Et si cela est personnellement difficile, si cela est difficile pour notre couple, demandons avec confiance au Seigneur, dans une inlassable prière : « Montre-moi ton visage ! Viens me séduire ! « Seigneur, entends ma prière : que mon cri parvienne jusqu’à toi ! Ne me cache pas ton visage… » (Psaume 101(102), 2-3) » Amen.

Je suis prêtre de l’Église Catholique, au service de l’Église qui est dans la Somme, membre de l’Institut Notre Dame de Vie. Actuellement, ma mission principale est d’être vicaire épiscopal, curé des quatre paroisses du Ponthieu-Marquenterre (St Esprit en Marquenterre, St Gilles d’Autre-Maye, St Honoré du Nouvionnais, St Riquier du Haut-Clocher), délégué épiscopal à l’accompagnement des séminaristes.

Laisser un commentaire