Homélie pour le dixième dimanche ordinaire de l'année B

"Où es-tu donc ?" (Genèse 3,9)

La Parole de Dieu

Genèse 3,9-15
Psaume 130(129)
2 Corinthiens 4,13-18.5,1
Marc 3,20-35

Lire les textes

« Où es-tu donc ? »(Genèse 3,9) C’est par cette question que commence la première lecture de ce dimanche. Le plus surprenant est que cette question est posée par Dieu. Il est à la recherche de l’homme. Pourquoi Dieu recherche-t-il l’homme ? N’est-ce pas plutôt nous qui sommes à la recherche de Dieu ?

Dieu recherche l’homme car ce dernier c’est coupé de Dieu en désobéissant par son péché. Le péché fait que l’homme, qui était en confiance avec Dieu, a maintenant peur de lui. L’homme et la femme, par leur péché, ont découvert qu’ils étaient nus. Ils ont découvert leur fragilité. Celle-ci, au lieu d’être le lieu de leur émerveillement, de leur rencontre, est devenu peur de l’autre, honte. Ils deviennent incapables de professer leur amour pour Dieu.

L’amour de Dieu pour l’être humain est blessé. Nous pourrions alors imaginer que face à cette désobéissance, face à la trahison, Dieu se mette en colère et se fâche. Or ce n’est pas ce qui se passe. Au contraire, Dieu part à la recherche de l’homme : « Où es-tu donc ? » (Genèse 3,9)

Cette recherche de Dieu va l’amener à se faire l’un de nous, à se faire homme. Dieu, en Jésus-Christ, se fait homme. Il épouse notre condition humaine, à l’exception du péché, il va nous aimer jusqu’à donner sa vie sur la croix. Il va nous aimer jusqu’à nous arracher de la mort, conséquence du péché, pour nous donner sa vie par la résurrection.

Ainsi, en venant nous chercher, Dieu va révéler qui il est. Il va révéler qu’il est Père, Fils et Saint Esprit. Oui, c’est un père qui vient nous chercher : un père, modèle de tous les pères. Un père qui nous aime avec une tendresse maternelle. Il est Fils : il se fait l’un de nous pour nous enseigner, nous faire découvrir comment dans notre vie nous pouvons aimer comme lui, agir comme lui, afin de retrouver notre dignité d’enfant de Dieu. Il est Fils, en Jésus, pour nous ouvrir un nouveau chemin de confiance avec le Père. Il nous apprend à être son frère, sa sœur dans la mesure où nous cherchons à vivre l’Évangile, à apprendre l’Évangile. C’est ce que Jésus nous dit dans l’évangile que nous avons entendu aujourd’hui : « Celui qui fait la volonté de Dieu, celui-là est pour moi un frère, une sœur, une mère. »(Marc 3,35) Pour cela, il ne nous laisse pas seul, il nous donne son Esprit Saint afin que nous nous laissions habiter par ce souffle de vie consolateur.

Dieu vient nous chercher. Aujourd’hui encore, il nous dit : « Où es-tu ? ». Car Dieu ne fait rien sans une réponse de notre part. Aujourd’hui, chers jeunes, et nous tous qui vous entourons, nous allons dire notre foi. Nous allons dire « Je crois en Dieu, Père, Fils et Saint Esprit. »Par-là, nous allons dire à Dieu que nous acceptons de nous laisser trouver par lui. Nous allons dire que nous acceptons de nous laisser aimer par lui, que nous lui ouvrons notre vie : « Dieu, tu m’aimes et je veux me laisser aimer par toi afin de pouvoir t’aimer en retour. » Par cet acte fort de la profession de foi que vous posez aujourd’hui, vous acceptez d’entrer dans une vie d’amitié avec Dieu. Vous acceptez de répondre à ce pour quoi Dieu vous a créé : être véritablement son enfant, un enfant qui n’a pas peur de son père, un enfant qui fait confiance à son père car il sait que ce père qu’est Dieu ne peut nous tromper. Il ne peut que nous aimer en vérité et nous faire grandir dans cet amour.

Peut-être que certains vous ont dit, comme pour Jésus : « Il a perdu la tête. »(Marc 3,21) « Croire en Dieu c’est ringard ! Mon pauvre, t’es complétement frappé ! Faire sa profession de foi… sa rime à rien ! » … Sachez-le tout de suite, le disciple de Jésus n’est pas plus grand que lui. Dire « Je crois en Dieu », ce n’est pas ne plus avoir d’épreuves, de difficultés dans la vie. Dire « Je crois en Dieu », c’est découvrir, reconnaitre que même dans la difficulté, dans l’épreuve, l’amour de Dieu est là. Il vient me rejoindre et il me relève, il me tient debout et me fait avancer.

Peut-être qu’aux yeux de certains, vous avez perdu la tête en faisant votre profession de foi… mais ne les écoutez pas ! Au contraire, c’est une force, un choix audacieux : vous acceptez de dire qu’une vie avec Dieu, une vie de confiance, d’amour avec Dieu est possible… et je vous le garanti : vous ne serez jamais déçu ! Dire « oui » à Dieu est une sacrée aventure qui nous conduit sur des chemins inattendus mais toujours plus beaux. Dire « oui » à Dieu, c’est accepter que la joie fasse irruption dans notre vie. Puissiez-vous être fidèle à ce « oui » que vous allez prononcer dans quelques instants… et nous qui vous entourons, puissions-nous renouveler ce « oui » à Dieu. Amen.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.