Je ne sais pas si vous avez déjà eu l’occasion de faire les vendanges ou même de travailler dans une vigne… mais c’est un long travail de patience qui exige du temps. Tout au long de l’année, il faut visiter la vigne afin de l’entretenir pour espérer une bonne récolte. L’entretien de la vigne demande beaucoup d’attention.

Les textes bibliques proclamés ce dimanche nous parlent de cette vigne entretenue par le vigneron. Et ce dernier espère beaucoup de sa vigne: il a pris soin de la planter, de la protéger et a pris tous les moyens pour que cette vigne soit belle: il y fait construire, au centre, une tour de garde pour la protéger des voleurs et des bêtes sauvages. Il y creuse aussi un pressoir pour en exploiter le fruit. Ce vigneron, il aime sa vigne mais celle-ci va le décevoir: elle ne va pas porter le fruit attendu.

Nous l’avons compris: le propriétaire qui a planté la vigne, l’a entretenue, c’est Dieu. Et la vigne, c’est le peuple élu, le peuple choisi par Dieu. La vigne, c’est nous! Dieu prend soin de cette vigne et il en espère beaucoup. Dieu espère en nous. Il espère qu’avec l’amour qu’il nous porte, nous puissions avoir une vie qui donne de bons fruits. Dieu a mis son espérance en son peuple. Dieu a mis son espérance dans l’humanité. Dieu a mis son espérance en nous!

Dans la parabole employée par Jésus, l’accent est mis, non pas sur les fruits donnés par la vigne mais sur l’attitude des vignerons à qui le maître confie son bien. Le maître a toujours le même soucis de sa vigne mais ce sont les ouvriers qui ne portent pas le fruit attendu: ils maltraitent les serviteurs et vont même jusqu’à tuer le fils. Or, en envoyant son fils, le maître se révèle non pas comme un propriétaire mais comme un père. Et ce père a bien perçu la révolte des ouvriers. En envoyant son fils, il veut renouer avec eux le dialogue et vivre un chemin de réconciliation. Mais la soif du pouvoir et de l’avoir empêche les ouvriers de voir dans le fils la bonté du père.

Aujourd’hui encore Dieu prend soin de sa vigne, de son peuple. Tels des vignerons, certains ont reçu la mission de veiller sur cette vigne. Ils ont à le faire à l’image du Christ, du Fils qui a vécu parmi nous et qui nous montre le chemin. Ces vignerons, ce sont d’abord le pape et les évêques, avec leurs collaborateurs les plus proches: les prêtres et les diacres. Mais ce sont aussi les membres de l’Équipe de Conduite Pastorale; c’est aussi chacun de celles et ceux qui ont une responsabilité au cœur de la communauté chrétienne. A la mesure de la responsabilité qui est la mienne, j’ai la mission de veiller sur la vigne du Seigneur. Le Seigneur a confié sa vigne à ces vignerons. Le Seigneur nous a confié sa vigne car il nous fait confiance.

Dans la parabole employée par Jésus, celui-ci nous met en garde contre un danger qui nous guette tous: celui de nous croire propriétaire de la mission qui nous est confiée. Les vignerons se sont accaparés la vigne et il refuse de rendre ce qui est du au maître. Ils refusent de rendre compte au maître du domaine de leur travail. Ce danger nous guette tous! Pour éviter de tomber dans ce piège, faisons notre les conseils que saint Paul donne au Philippiens: dans la prière, abandonnons-nous à la volonté du Père; laissons monter de nos cœurs l’action de grâce; recherchons inlassablement ce qui est vrai et noble, juste et pur, digne d’être aimé et honoré; mettons en pratique l’Évangile. Bref, sachons mettre Dieu notre Père et son Fils Jésus Christ au centre de nos vies personnelles et de notre vie paroissiale.

Aujourd’hui, frères et sœurs, par l’intermédiaire de l’Église, Dieu envoie un vigneron, en la personne du père Emmanuel, pour veiller sur la vigne qu’est votre paroisse. Accueillez-le comme un frère, accueillez-le comme un père. Le Seigneur nous envoie son serviteur pour prendre soin de la parcelle de vigne qu’est la paroisse Saint Esprit en Marquenterre. (Saint Honoré du Nouvionais). Rendons grâce au Seigneur pour le don qu’il nous fait.

Cher père Emmanuel, c’est une joie de t’accueillir comme curé de la paroisse Saint Esprit en Marquenterre (comme modérateur de la paroisse Saint Honoré du Nouvionais), c’est une joie de t’accueillir sur notre secteur apostolique pour qu’ensemble, avec nos quatre paroisses nous cherchions toujours mieux à être serviteurs de l’Évangile pour le Ponthieu Marquenterre, à tout mettre en œuvre pour que cette vigne un fruit de sainteté toujours plus beau. Bienvenu à toi au cœur de ce beau diocèse de la Somme.

Homélie pour le 27 ème dimanche ordinaire – Année A Installation comme curé du père Emmanuel DEMBELE

0 réponse pour “Ouvriers à la vigne”

  • salut révérend père. c’est avec un réel plaisir que j’ai lu votre article relatif au « ouvriers à  la vigne ». Une méditation qui à  mon avis est plus que bénéfique pour une compréhension du messages de la sainte Ecriture de la part de mes fidèles chrétiens qui au même moment sont en période de saisons des pluies et de la moisson. En somme merci pour l’™enseignement et que Dieu vous bénisse et vous garde. Abbé Adrien papa; paroisse saint Paul de foundiougne ; diocèse de kaolack; BP 58; Sénégal ; Afrique de l’Ouest.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.