Chut ! Avez-vous entendu ? Que se passe-t-il ? Comme le souffle de Dieu qui est à l’œuvre…

Il y eut sur la terre un grand cri et les ténèbres se firent… ce fut la grand silence qui planait sur le monde. Il y eut un soir… il y eut une nuit… il y a une lumière, il y eut une grande frayeur et il y a une grande JOIE : Christ est ressuscité ! Alors, il y a un matin… et c’est un nouveau jour ! Et voici que notre texte de la Genèse prend aujourd’hui une actualité toute nouvelle. A la nuit et à la tristesse du monde succède un matin nouveau, celui inauguré par la résurrection de Jésus. Il y eut un soir… il y a désormais un nouveau matin… et Dieu et l’homme peuvent ensemble voir que cela est beau ! Et ce nouveau matin, c’est celui où les Saintes Femmes entendirent au tombeau : « Soyez sans crainte ! Vous cherchez Jésus de Nazareth, il est ressuscité ! ». Ce nouveau matin, c’est Marie de Magdala qui s’entend appelée par son nom ; c’est Pierre et Jean qui courent au tombeau ; ce sont tous les pèlerins de la première Pentecôte à Jérusalem, qui sont surpris d’entendre proclamer les merveilles de Dieu, chacun dans sa langue maternelle. Avec le Christ ressuscité, chacun de ces disciples sent monter en lui la sève de la vie nouvelle. Oui, la puissance de la résurrection déploie en la vie de l’homme un souffle nouveau. Accueillir la puissance de la Résurrection, ce n’est pas se laisser écraser par la puissance d’une divinité toute puissante. Accueillir la puissance de la Résurrection, c’est avec les premiers témoins de cet événement sans précédent, c’est accepter d’être saisi par l’amour pour tracer un chemin que personne d’autres que moi ne peux tracer. Tous les disciples du Ressuscité sont invités à la sainteté, mais il n’y a pas deux saintetés identiques : à chacun son histoire ! … à chacun sa sainteté ! Accueillir la puissance de la Résurrection, c’est avec le Christ sortir du pays d’Égypte. C’est laisser Dieu noyer dans la mer les chevaux de mes peurs, de mes égoïsmes, de mon orgueil, pour laisser éclater en moi la vie que Dieu me donne. Accueillir la puissance de la Résurrection c’est sortir de mon esclavage pour acquérir la liberté des enfants de Dieu !

Christ est ressuscité… pour que nous menions une vie nouvelle !
En effet, notre vocation, qui ne s’arrête pas à l’horizon de cette terre, est de communier à la vie même de Dieu dans l’éternité : un bouleversement sur l’échelle des valeurs pour juger si une vie est réussie ou ratée. Notre hantise ne doit pas être la brièveté de notre vie, mais l’amour que l’on y met… ou que l’on n’y met pas !

Christ est ressuscité… et il nous précède en Galilée, il nous précède sur nos lieux de vie. Le Christ nous précède et nous attend dans l’ordinaire de nos vies. Alors ne cherchons pas, comme les disciples, le Christ parmi les morts pour lui prodiguer des soins funéraires… le Christ est Ressuscité, le Christ est vivant et il vient transfigurer l’humble quotidien de nos vies… le Ressuscité n’est pas un réalité du passé : il est devant nous, il nous précède sur les chemins de nos vies, il nous appelle et nous attends…

Accueillons avec joie cette fantastique nouvelle :

 

Christ est ressuscité ! En vérité il est ressuscité !

 

 

 

Je suis prêtre de l’Église Catholique, vicaire général du diocèse d'Amiens, curé de la paroisse de la Paix, délégué épiscopal à l'accompagnement des séminaristes. Je suis aussi membre de l'Institut Notre Dame de Vie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.