Avec Internet, la communication n’a jamais été aussi rapide. Elle tend aussi à devenir concise par l’intermédiaire des réseaux sociaux et autres applications numériques. En peu de mots, ils faut donner une information qui va permettre de susciter la curiosité et donner envie à de vouloir en savoir plus. Utilisateur de ces moyens de communication, j’avoue que cela peut être un peu écœurant de part la masse d’informations reçue, mais aussi par le risque d’entrer à notre tour dans cette course à l’information. Et pourtant… ils peuvent être une chance pour l’évangélisation.

C’est la conviction du pape dans son message pour la 46e Journée Mondiale des Communications Sociales, le 20 mai 2012 : « Il faut considérer avec intérêt les diverses formes de sites, d’applications et de réseaux sociaux qui peuvent aider l’homme d’aujourd’hui à vivre des moments de réflexion et d’interrogation authentique, mais qui peuvent aussi l’aider à trouver des espaces de silence, des occasions de prière, de méditation ou de partage de la Parole de Dieu. Dans la substance de brefs messages, souvent pas plus longs qu’un verset biblique, on peut exprimer des pensées profondes à condition que personne ne néglige le soin de cultiver sa propre intériorité. »

Utiliser Internet pour annoncer l’Évangile, ce n’est pas utiliser les moyens de communication pour eux-mêmes mais savoir entrer dans la dynamique de la communication moderne. « Une grande partie de la dynamique actuelle de la communication est orientée par des questions en quête de réponses. Les moteurs de recherche et les réseaux sociaux sont le point de départ de la communication pour beaucoup de personnes qui cherchent des conseils, des suggestions, des informations, ou des réponses. De nos jours, internet devient toujours plus le lieu des questions et des réponses. »

Il est donc nécessaire d’apprendre à communiquer. Et « s‘éduquer à la communication veut dire apprendre à écouter, à contempler, bien plus qu’à parler, et ceci est particulièrement important pour les acteurs de l’évangélisation : silence et parole sont les deux éléments essentiels et parties intégrantes de l’action de communiquer de l’Église, pour un renouveau de l’annonce du Christ dans le monde contemporain. » Oui, « le silence fait partie intégrante de la communication et sans lui aucune parole riche de sens ne peut exister. »

Avec ces deux pieds de la communication : parole et silence, n’ayons pas peur d’entrer en dialogue avec le monde, nous avons une parole riche de sens à y vivre et y accueillir : la Parole de Dieu elle-même.

Chronique parue dans la revue diocésaine « Le Dimanche » n°5117 du 10 février 2012

Lire aussi, sur ce blog: La parole est au silence

Je suis prêtre de l’Église Catholique, vicaire général du diocèse d'Amiens, curé de la paroisse de la Paix, délégué épiscopal à l'accompagnement des séminaristes. Je suis aussi membre de l'Institut Notre Dame de Vie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.