Il était une fois un scout qui avait passé beaucoup de temps à confectionner sa première bague de foulard. Il avait mis tout son cœur pour réaliser cette bague qui permettrait à son foulard de tenir bien en place, fièrement autour de son coup. Un jour, en camp, stupéfaction du scout : il a perdu sa bague de foulard. Vite, en émoi, il cherche autour de lui où elle peut bien être, il cherche dans sa tente, évidemment bien rangée ( !), dans son coin de pat… et ne la retrouvant toujours pas, il avertit son équipe, et le reste de l’unité : « Dites, j’ai perdu ma bague de foulard, vous ne l’avez pas vue ? »

Certains se diront : « Ce n’est qu’une bague de foulard… c’est pas grave ! ». Et notre pauvre scout de se dire : « Oui, mais c’est MA bague de foulard, celle que j’ai faite moi-même ! J’y tiens ! ». Inutile de vous dire la joie de ce scout quand il retrouve sa bague de foulard en plein milieu du camp après l’avoir cherchée pendant quelques heures… voir quelques jours… Et il est heureux et partage la joie d’avoir retrouvé sa bague de foulard avec les autres.

Et bien voilà, Dieu agit exactement pareil avec nous. Il nous a créé avec tout son amour. Il nous a créé unique. Et il nous aime pour ce que nous sommes. Mais nous le savons tous, nous avons du mal à nous laisser aimer de Dieu. Oui, c’est lui qui m’a crée mais il ne m’a pas crée comme MOI je le veux ! Et puis, chez mon voisin, c’est mieux, il a plein de facilité à l’école, c’est dingue comme il sait tout faire, il a la dernière console de jeu, le dernier téléphone à la mode… En plus, il est beau gosse…

J’ai aussi du mal à me laisser aimer par Dieu parce que je sais aussi que parfois je fais des co… bêtises. Je fais ce qui est mal plutôt que ce qui est bien. Et puis j’ai aussi tendance à faire souvent mon Calimero : « C’est vraiment trop injuste ! »

Que fait Dieu ? Comme dans le livre de l’Exode, peut être se dit-il : « Ce peuple est un peuple à la tête dure. Il ne cesse de se fabriquer des faux dieux, des veaux d’or avec leur argent, leur désir grandissant de consommer… de préférer ce que possède leurs voisins. ». Dieu est-il comme papa et maman, ou comme les chefs qui ne cessent de se lamenter quand je ne fais pas ce qu’ils me disent ? A-t-il envie de tout faire péter quand tout part en live ?

Non, Jésus vient nous dire que le Père donne tout pour venir me chercher. Dieu déploie des trésors d’ingéniosité pour me faire comprendre son amour… jusqu’à se faire homme et à mourir sur la croix par la faute de mon péché, du mal que je commets. Et sur cette croix, Jésus, vrai homme et vrai Dieu, prie pour moi : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font. » (Luc 23,34). Jésus, comme l’a fait Moïse, intercède, prie pour nous, afin que nous puissions comprendre de quel amour le Père nous aime.

Jésus, Moïse prient pour les autres et leur prière ouvre un chemin nouveau, un avenir nouveau à ceux pour qui ils prient. Dans le psaume, nous avons eu aussi la belle prière du roi David qui demande pardon pour son péché et cette humble prière lui ouvre un avenir nouveau. Nous voyons là l’importance de ce que nous appelons la Communion des Saints. Par l’intercession, la prière, une prière vraie, sincère qui demande pour les autres, qui implore l’amour de Dieu, ouvre toujours une amitié nouvelle avec Dieu. Cette prière est la prière que font chaque jours nos parents pour nous. C’est la prière quotidienne de nos chefs pour nous. C’est la prière quotidienne de notre aumônier. C’est la prière quotidienne de notre curé. C’est ma prière quotidienne pour mes parents, mes chefs, mes professeurs, mes copains, mon équipe scoute et pour tous les autres scouts du monde entier… puisque le scout est le frère de tout autre scout quelque soit la couleur de son uniforme.

Laissons-nous trouver par Dieu, sortons de notre égoïsme. Accueillons la joie que Dieu nous donne celle d’être pardonné, d’être sauver. Comme l’apôtre Paul soyons plein de reconnaissance envers Dieu pour ce don de la miséricorde. Ne cessons jamais ne nous abreuver à la fontaine de cette miséricorde que sont le sacrement de la réconciliation (la confession) et l’Eucharistie.

Oui, ouvrons tout grand la porte de nos vies à notre Seigneur Jésus Christ. Comme pour l’apôtre Paul, Jésus nous fait confiance en nous envoyant comme scout ou guide au cœur du monde. Mettons notre honneur à mériter confiance. Soyons serviteur les uns des autres, serviteur de l’Amour de Dieu, serviteur de la Miséricorde, serviteur là où nous sommes appelés à vivre. Ne cessons jamais de demander les uns pour les autres, dans la prière comme nous l’avons fait au début de cette messe, de pouvoir servir Dieu avec un cœur sans partage. « Servir c’est être libre, puisqu’on ne travaille pas pour une récompense ni en compétition avec les autres. Tu es libre d’exprimer, c’est-à-dire de donner, ton amour. » (Baden-Powell). Amen.

Homélie pour le 24ème dimanche du Temps Ordinaire
Messe de rentrée des Scouts et Guides de France et des Guides et Scouts d’Europe

Je suis prêtre de l’Église Catholique, vicaire général du diocèse d'Amiens, curé de la paroisse de la Paix, délégué épiscopal à l'accompagnement des séminaristes. Je suis aussi membre de l'Institut Notre Dame de Vie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.