« Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts? Il n’est pas ici, il est ressuscité. » (Lc 24,5-6) Telles sont les paroles des deux hommes au vêtement éblouissant adressées aux femmes venues au sépulcre. En cette nuit très sainte, l’évangéliste Luc nous dit la même chose: « Jésus n’est pas un personnage du passé. Il vit et, vivant, il marche devant nous; il nous appelle à le suivre, Lui, le vivant, et à trouver ainsi, nous aussi, le chemin de la vie. » (Benoit XVI, homélie de la Veillée Pascale 2006)

Et c’est bien parce que le Christ est vivant et que vous avez pu en faire l’expérience, qu’en cette nuit, Noëlla, Teddy, Carl-Nicolas et Estelle, vous allez recevoir le baptême.

Cette expérience du Christ ressuscité, vivant au milieu de nous, est exprimée depuis le début de cette longue liturgie de la Nuit Pascale. Dans la nuit de vos vies, une lumière a jailli, telle le feu au début de notre célébration. Cette lumière a brillé de plus en plus fort, tel le Buisson Ardent de Moïse, et vous avez cherché à connaître ce qu’était cette lumière. C’est alors que vous avez découvert qu’elle est une personne: le Christ, le Christ ressuscité. Et vous vous êtes mis en marche derrière lui pour mieux le connaître, comme notre assemblée s’est mise en marche ce soir derrière le Cierge Pascal, présence du Christ ressuscité qui éclaire la nuit de nos vies et qui nous ouvre le chemin. C’est au cœur de l’Église, représentée tout au long de votre cheminement par vos équipes d’accompagnement et ce soir par tous les chrétiens qui vous entourent, que la lumière a brillé plus fortement. Car telle est la mission de l’Église au cœur du monde: porter la lumière du Christ aux nations. C’est de là qu’est monté notre cri de joie, notre Exultet, le chant du salut, le chant de la résurrection.

Cette expérience du Dieu Vivant, présent au cœur de nos vies, nous l’avons relu à travers toutes ces lectures bibliques que nous venons de réentendre. Cette expérience du peuple des croyants, du peuple choisi qui découvrent l’action du Dieu unique pour le conduire à la liberté, à la libération de l’esclavage du péché.

Cette expérience de la vie de Dieu donnée, vous allez la faire dans le baptême que vous allez recevoir dans quelques instants. Comme nous l’a dit saint Paul: « Si par le baptême dans sa mort, nous avons été mis au tombeau avec lui, c’est pour que nous menions une vie nouvelle, nous aussi, de même que le Christ, par la toute-puissance du Père est ressuscité d’entre les morts ». (Romains 6,4)

Oui, le baptême est vraiment mort et résurrection, renaissance, transformation en une vie nouvelle. Les paroles de saint Paul dans l’épître aux Galates prennent alors tout leur sens: « Ce n’est plus moi qui vit, c’est le Christ qui vit en moi. » (Ga 2,20). Voilà la vie nouvelle que nous accueillons. Dieu vient nous marquer de son sceau. Nous appartenons à Dieu et le baptême est le rite de cette appartenance. « Notre vie appartient au Christ, elle n’est plus à nous. Et c’est pourquoi nous ne sommes plus seuls même dans la mort, mais nous sommes avec lui qui est toujours vivant. Dans le Baptême, unis au Christ, nous avons déjà accompli le voyage cosmique jusqu’aux profondeurs de la mort. Accompagnés par lui, et même accueillis par lui dans son amour, nous sommes libérés de la peur. Il nous enveloppe et il nous porte, où que nous allions, lui qui est la Vie même. » (Benoit XVI, homélie de la Veillée Pascale 2007).

« Seigneur, montre aujourd’hui encore que l’amour est plus fort que la haine; qu’il est plus fort que la mort. Descends aussi dans les nuits et dans les enfers de notre temps et prends par la main ceux qui attendent. Conduis-les à la lumière ! Sois aussi avec moi dans mes nuits obscures et conduis-moi au-dehors ! Aide-moi, aide-nous à descendre avec toi dans l’obscurité de ceux qui sont dans l’attente, qui crient des profondeurs vers toi ! Aide-nous à les conduire à ta lumière ! Aide-nous à parvenir au «oui» de l’amour, qui nous fait descendre et qui, précisément ainsi, nous fait monter également avec toi ! Amen. » (Benoit XVI, ibid)

Je suis prêtre de l’Église Catholique, vicaire général du diocèse d'Amiens, curé de la paroisse de la Paix, délégué épiscopal à l'accompagnement des séminaristes. Je suis aussi membre de l'Institut Notre Dame de Vie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.