Imaginez le titre à la Une du journal: « Jésus, de retour au pays après une tournée triomphale! », et l’article continuant: « Les foules en liesse se précipitaient vers lui pour le voir et l’écouter… »

En d’autres termes, et en extrapolant légèrement, c’est ce que nous rapporte l’évangile de ce jour: « Lorsque Jésus, avec la puissance de l’Esprit, revint en Galilée, sa renommée se répandit dans toute la région. Il enseignait dans les synagogues des Juifs, et tout le monde faisait son éloge. » (Lc 4,14) Les habitants de Nazareth sont eux aussi avides d’entendre la parole de Jésus: « Tous lui rendaient témoignage; et ils s’étonnaient du message de grâce qui sortait de sa bouche. » (Lc 4,22). Oui, mais voilà, nul n’est prophète dans son pays!

Quand Jésus annonce que: « Cette parole de l’Écriture que vous venez d’entendre, c’est aujourd’hui qu’elle s’accomplit. » et relate les conversions qu’elle opère chez les païens, cela provoque la fureur des habitants de Nazareth. Mais Jésus ne se laisse nullement intimider et il ne cherche en aucun cas à brosser le peuple dans le sens du poil: « Mais lui, passant au milieu d’eux, allait son chemin. » (Lc 4,30) (Tiens, cela me fait penser à quelqu’un à Rome… mais qui donc?) La Parole de Dieu et son exigence doit être annoncée coûte que coûte… et c’est là le rôle du prophète.

Le prophète n’est pas celui qui connait l’avenir et qui nous le révèle, le prophète n’est pas un devin… Le prophète nous rappelle qu’une seule chose est urgente, prioritaire: l’Alliance de Dieu.

Le livre de Jérémie, que nous avons entendu en première lecture, nous dresse un très beau portrait du prophète.

Le prophète n’est pas un super héros. Il sait simplement qu’il est consacré par Dieu, c’est-à-dire mis à part, pour accomplir un service. Le prophète est porte-parole de Dieu, il est là pour rappeler l’urgence de la Parole de Dieu et de la conversion que nous avons à faire pour trouver le chemin du bonheur en mettant notre vie en adéquation avec cette Parole.

Jérémie était un homme timide, et pourtant il lui faudra parler, crier et prêcher à temps et à contre temps, tenir tête au peuple et à son roi. Sensible, il se laisse bouleverser par le malheur de sa patrie… mais il ne faiblit pas et consacre toute son énergie à rappeler l’urgence de la conversion.

Le prophète est fixé, ancré en Dieu et rien ne peut le détourner de sa mission. C’est en Dieu qu’il trouve sa force car il sait que par lui-même, il ne peut rien. Le prophète se laisse envahir par la force de Dieu. Il vit en plénitude les béatitudes: « Heureux les pauvres de cœur… » C’est pour cela que le prophète se laisse envahir par la force de Dieu, se laisse gagner par la présence de Dieu. Il n’y a pas de véritable prophète qui ne soit d’abord un adorateur, un homme de prière silencieuse où dans le cœur à cœur avec Dieu, il se laisse pétrir par la Parole.

Pétri de la Parole et brulant de l’amour de Dieu, le prophète sait que l’annonce de la Parole de Dieu est une tâche redoutable: apprendre à l’homme à ajuster sa vie à Dieu même. Le prophète n’est donc pas là pour brosser les gens dans le sens du poil, ni pour prédire un avenir qui n’appartient qu’à Dieu… le prophète est là pour nous faire découvrir que c’est « aujourd’hui que la Parole de Dieu s’accomplit » et qu’il est urgent de nous y convertir.

Configurés au Christ, prêtre, prophète et roi, par notre baptême, chacun de nous est donc invité à se laisser saisir par le Christ, à ajuster sa vie à sa Parole et à annoncer à tous que le bonheur de l’humanité ne peut naitre que lorsque nos pensées, nos priorités se seront transformées, lorsque nous vivrons pleinement les valeurs de l’Évangile. Dieu nous accompagne dans ce combat.

Je suis prêtre de l’Église Catholique, vicaire général du diocèse d'Amiens, curé de la paroisse de la Paix, délégué épiscopal à l'accompagnement des séminaristes. Je suis aussi membre de l'Institut Notre Dame de Vie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.