Homélie pour le 7ème dimanche de Pâques C

Quand Jésus prie pour nous

Actes 7,55-60; Psaume 97(96); Apocalypse 22,12-14.16-17.20; Jean 17,20-26

« Père saint, je ne prie pas seulement pour ceux qui sont là, mais encore pour ceux qui, grâce à leur parole, croiront en moi. »(Jean 17,20)

En entendant ces mots du Christ, nous pouvons rendre grâce pour celles et ceux qui ont témoigné ! Nous pouvons rendre grâce pour tous les Étienne qui, malgré l’opposition à laquelle ils étaient confrontés, ont osé témoigner au risque de leur vie ! Nous pouvons louer le Seigneur : grâce à leur parole, nous croyons que Jésus Christ, vrai Dieu et vrai homme, est mort et ressuscité pour nous sauver. Grâce à leur parole, nous croyons en Jésus Christ et il prie pour nous ! Jésus prie pour nous ! Il intercède auprès du Père pour chacun de nous ! Quelle bonne nouvelle ! En priant pour nous, Jésus s’intéresse à chacune de nos vies !

Mais qu’a-t-il demandé dans sa prière ? « Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi. Qu’ils soient un en nous, eux aussi, pour que le monde croie que tu m’as envoyé. »(Jean 17,21) Jésus a demandé pour nous l’unité afin que cette unité soit un témoignage pour que le monde croit en Jésus Christ, Fils de Dieu. A l’heure de l’individualisme ambiant, cette prière de Jésus est une véritable interrogation pour la vie chrétienne, la vie de communauté.

Vivre l’unité ! Chercher l’unité pour répondre à la prière du Christ ! Quel programme de vie chrétienne ! Mais ne nous trompons pas sur l’unité. L’unité n’est pas l’uniformité. L’unité n’est pas un « tous pareil ».

Pour un chrétien, l’unité est d’abord l’unité de la foi. Nous avons une foi commune que nous partageons, cette foi que nous proclamons dans le Credo,cette foi reçue à notre baptême. Notre unité se trouve là ! Ensuite, celle-ci se vit et s’accueille avec nos différences, avec ce que chacun en comprend, ce que chacun en vit… là où nous en sommes de notre rencontre avec le Christ. L’unité se vit et s’apprend dans le dialogue, dans le respect de l’autre. L’unité se vit en cherchant à vivre ensemble l’Évangile. L’unité est la fraternité en marche !

L’unité se reçoit dans la prière et elle se vit dans l’attention et le service du plus petit, du plus pauvre. L’unité est un chemin de vie que je cherche : elle est l’objet de la prière de Jésus pour ses disciples. Foi, espérance et charité : voilà le trépied de l’unité, voilà le trépied de la fraternité !

La foi s’enracine dans la prière, l’accueil et le partage de la Parole de Dieu. C’est là que Dieu me parle et m’ouvre un chemin, m’indique la route à suivre. La charité s’enracine dans l’amour de Dieu et du prochain. La charité est la clef pour ouvrir à une véritable fraternité. C’est elle qui permet de se dire et d’accueillir l’autre en vérité, tel qu’il est et non tel que je le rêve ! C’est elle qui permet de vivre la correction fraternelle. C’est elle qui nous donne de prendre soin des autres et principalement du plus petit, du plus faible. L’espérance s’enracine dans cette conviction forte que tout cela est déjà là, donné par le Seigneur et que c’est encore à venir, encore à construire car nous sommes sur un chemin de conversion. Nous sommes en chemin pour vivre cette unité déjà là et encore à réaliser.

Ce chemin, Jésus nous l’a fait connaitre. Nous le connaissons : tout est dit dans les Saintes Écritures, tout est dit dans le Christ Jésus. Pourtant, il nous faut encore le découvrir car Dieu nous le révèle au fur et à mesure de notre vie, de notre relation avec Lui. Il ne cesse de nous faire découvrir comment mieux nous laisser aimer par lui et aimer en retour. A la suite de nombreux témoins comme Étienne, il veut nous faire contempler « les cieux ouverts et le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu. » (Actes 7,56)

Comment vivre tout cela ? Comment le mettre en œuvre de façon concrète ? J’ai envie de reprendre simplement deux décisions issues du synode diocésain : la diaconie, c’est-à-dire le service des plus petits, des plus pauvres et la mise en place des Fraternités Missionnaires de Proximité. Voilà le laboratoire où nous apprendrons à vivre de la prière de Jésus que nous relate l’évangile de ce dimanche. Ceci n’est pas une option, c’est l’appel de l’Esprit Saint et de l’Église. C’est l’appel de « L’Esprit et l’Épouse [qui]disent : « Viens ! »(Apocalypse 22,17) Alors « Celui qui entend, qu’il dise : « Viens ! » Celui qui a soif, qu’il vienne. Celui qui le désire, qu’il reçoive l’eau de la vie, gratuitement. »(Apocalypse 22,17)

Jésus prie pour nous ! Répondons joyeusement à sa prière afin que le monde sache que le Père a envoyé Jésus et que le Père aime le monde comme il a aimé Jésus (Cf. Jean 17,23). Alors nous serons avec le Christ et nous contemplerons la gloire de Dieu ! Amen.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.