Benoit XVI

Après la belle fête diocésaine de la saint Firmin ce dimanche, et une journée de pèlerinage à Liseux ce lundi, voici de quoi nourrir votre méditation sur l’évangile de ce dimanche. Il s’agit du texte de l’Angélus de Benoit XVI. Bonne lecture !

« Chers frères et sœurs,

Dans l’évangile de ce dimanche (Lc 16, 19-31), Jésus raconte la parabole de l’homme riche et du pauvre Lazare. Le premier vit dans le luxe et dans l’égoïsme, et quand il meurt, il finit en enfer. Le pauvre, au contraire, qui se nourrit des restes de la table du riche, est emporté par les anges, à sa mort, dans la demeure éternelle de Dieu et des saints. « Heureux vous les pauvres – avait proclamé le Seigneur à ses disciples – car le Royaume de Dieu est à vous » (Lc 6, 20).

Mais le message de la parabole va plus loin : il nous rappelle qu’alors que nous sommes dans ce monde, nous devons écouter le Seigneur qui nous parle par les saintes Ecritures et vivre selon sa volonté, autrement, après la mort, il sera trop tard pour se raviser. Donc, cette parabole nous dit deux choses : la première c’est que Dieu aime les pauvres et les relève après leur humiliation ; la seconde, c’est que notre destin éternel est conditionné par notre attitude. C’est à nous de suivre la voie que Dieu nous a montrée pour arriver à la vie, et cette voie c’est l’amour, non pas entendu comme sentiment, mais comme un service aux autres, dans la charité du Christ.

C’est une heureuse coïncidence que demain nous célébrions la mémoire liturgique de saint Vincent de Paul, patron des organisations caritatives catholiques : c’est le 350e anniversaire de sa mort. Dans la France du XVIIe s., il a touché du doigt le fort contraste entre les plus riches et les plus pauvres.

En effet, en tant que prêtre, il a pu fréquenter les milieux aristocratiques, les campagnes et les bas-fonds de Paris. Poussé par l’amour du Christ, Vincent de Paul a su organiser des formes stables de service aux personnes marginalisées, en donnant la vie à ce qu’on a appelé des « Charités », c’est-à-dire des groupes de personnes qui mettaient leur temps et leurs biens à la disposition des personnes les plus marginalisées. Parmi ces bénévoles, certaines ont choisi de se consacrer totalement à Dieu, et ainsi, avec sainte Louise de Marillac, saint Vincent a fondé les « Filles de la Charité », première congrégation féminine à vivre la consécration « dans le monde » au milieu des gens, avec les malades et les nécessiteux.

Chers amis, seul l’Amour, avec un A majuscule, donne le vrai bonheur ! C’est ce que montre un autre témoin, une jeune qui a été proclamée bienheureuse hier ici, à Rome. Je parle de Chiara Badano, une jeune fille italienne née en 1971, qu’une maladie a conduite à la mort à un peu moins de 19 ans, mais qui a été pour tous un rayon de lumière, comme le dit son surnom : « Chiara Luce ». Sa paroisse, le diocèse d’Acqui Terme et le Mouvement des Focolari, auquel elle appartenait, sont aujourd’hui en fête, et c’est une fête pour tous les jeunes, qui peuvent trouver en elle un exemple de cohérence chrétienne. Ses dernières paroles, de pleine adhésion à la volonté de Dieu, ont été : « Maman, au revoir. Sois heureuse parce que moi je le suis ». Elevons notre louange vers Dieu parce que son amour est plus fort que le mal et que la mort ; et remercions la Vierge Marie qui conduit les jeunes, même à travers les difficultés, et les souffrances, à devenir amoureux de Jésus et à découvrir la beauté de la vie. »

Benoit XVI

Je suis prêtre de l’Église Catholique, vicaire général du diocèse d'Amiens, curé de la paroisse de la Paix, délégué épiscopal à l'accompagnement des séminaristes. Je suis aussi membre de l'Institut Notre Dame de Vie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.