Après la fête de la Pentecôte, qui a clos le temps pascal, nous sommes entrés dans le temps ordinaire. Nous pourrions définir ce temps comme celui de l’Eglise. En effet, avant cela nous avons concentré, depuis le début de l’année liturgique, notre contemplation sur les mystères de la vie de Jésus : de sa naissance à sa mort et à sa résurrection suivie de son ascension et du don de l’Esprit Saint. Aujourd’hui, nous sommes donc dans le temps ordinaire, manifesté par la couleur verte de l’espérance. Temps ordinaire mais pas banal ! Nous pouvons le comprendre comme le temps de l’Eglise, temps où nous allons mettre en œuvre, mettre en application les mystères de la vie de Jésus dans notre propre vie. En bonne pédagogue, l’Église nous indique de suite le but : la Sainte Trinité ! Les mystères de la vie du Christ seront pleinement déployés quand nous vivrons pleinement de la vie de la Sainte Trinité, c’est-à-dire quand nous serons unis au Père, par le Fils, dans l’Esprit-Saint.

Pour cela, nous n’avons pas d’autre chemin que de contempler le Fils. Il est important que nous le regardions dans sa prière, dans sa relation avec son Père ; il est important que nous le regardions dans sa relation aux autres, dans la manifestation de son amour pour l’humanité ; il est important que nous le contemplions aussi dans sa souffrance et le don de lui-même. En contemplant le Christ Jésus, en mettant notre foi en lui nous obtenons le Salut, nous obtenons la vie éternelle, la vie avec Dieu. C’est ce que saint Jean écrit dans l’évangile : « Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle. » (Jean 3,16)

Nous avons là le but : accueillir la vie éternelle qui nous est donnée en apprenant à unir notre vie à celle du Christ pour entrer dans l’intimité du Père, conduit par l’Esprit Saint qui nous est donné. Nous pouvons livrer notre vie sans crainte à la suite du Christ, comme Moïse nous ferons l’expérience que Dieu est « tendre et miséricordieux, lent à la colère, plein d’amour et de vérité » (Exode 34,6). En Jésus, Dieu marche au milieu de nous pour nous manifester sa tendresse et sa miséricorde. C’est pour cela qu’il a envoyé, au milieu de nous, son Fils : « non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé. » (Jean 3,17)

Durant ce temps extraordinaire du temps ordinaire, il nous faut donc chercher en toutes choses à vivre de la vie du Christ, à la mettre en application dans notre vie personnelle et communautaire. C’est un combat de tous les instants : comment apprendre à vivre la vie du Ressuscité à la maison ? au travail ? dans mes loisirs ? en famille ? en paroisse ?… Nous pouvons écouter les conseils de saint Paul aux Corinthiens (2 Corinthiens 13,11-13) : « cherchez la perfection », sans être perfectionniste mais en faisant de notre mieux ! « Encouragez-vous » : nous soutenir les uns les autres dans notre marche à la suite du Christ. « Soyez d’accord entre vous, vivez en paix. » : ne laissons pas de place aux ragots et à la médisance ; prenons le temps de la rencontre, du partage, de la discussion pour nous dire les uns aux autres comment nous marchons à la suite du Christ, comment nous essayons de vivre l’Evangile avec nos forces et nos faiblesses… Mais Paul ajoute de conditions importantes : « saluez-vous par un baiser de paix » mais aussi « soyez dans la joie » ! Il s’agit de nous souvenir que ce qui est premier, ce n’est pas notre orgueil, notre jalousie, nos prérogatives mais Jésus Christ.

Dans l’extraordinaire temps ordinaire, nous avons donc à nous souvenir que nous devons chercher en toutes choses à connaître, vivre et aimer comme le Christ qui nous fera entrer dans l’intimité du Père par le souffle de l’Esprit. Le temps ordinaire, c’est le temps où je laisse la vie trinitaire reçue à mon baptême se déployer totalement dans ma vie. C’est accueillir sans cesse la salutation liturgique de l’Eucharistie pour qu’elle ne soit pas qu’une formule de politesse mais qu’elle soit la réalité vivante de ma vie : « Que la grâce du Seigneur Jésus-Christ, l’amour de Dieu et la communion du Saint Esprit soient avec vous tous. » (2 Corinthiens 13,13)

Je suis prêtre de l’Église Catholique, vicaire général du diocèse d'Amiens, curé de la paroisse de la Paix, délégué épiscopal à l'accompagnement des séminaristes. Je suis aussi membre de l'Institut Notre Dame de Vie.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.