Dans quelques instants, nous allons revivre le geste du lavement des pieds. Ce geste, Jésus lui-même l’a fait au cours du dernier repas avec ses disciples en leurs laissant cette consigne : « Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi vous devez vous lavez les pieds les uns aux autres. C’est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme j’ai fait pour vous. » (Jean 13,14-15)

Comme l’apôtre Pierre, nous pouvons être surpris par ce geste de Jésus. Lui qui est notre « Maître » et notre « Seigneur », comment peut-il poser un acte qui est réservé à l’esclave, au serviteur ? Comment Jésus peut-il s’abaisser ainsi ? Comment peut-il se mettre à genoux devant ceux qui sont censés le servir ?

Jésus vient nous enseigner, par l’exemple, que le véritable pouvoir, la véritable autorité est d’être serviteur, de se mettre au service des autres. Baptisés, disciples du Christ, peuple de Dieu, nous ne sommes que serviteurs.

Dans sa grande bonté, le Seigneur nous donne, pour exercer ce service des témoins. Pour cela, il se choisit et appelle des hommes à devenir prêtres, non pas pour qu’ils en tirent quelques glorioles mais que, pour nous, ils soient serviteurs de la communauté. Ceux-ci, par leur ordination, sont configurés d’une façon toute particulière au Christ, pour que l’ensemble du Peuple de Dieu, l’ensemble des baptisés, puisse être serviteur de l’humanité, serviteur de la société. En ce jour de leur fête, prions plus particulièrement pour eux, afin qu’ils soient toujours plus, pour nous, témoins du Christ serviteur. Prions pour ceux que le Seigneur appelle à ce service, qu’ils aient la force de dire « oui » à cette si belle mission.

Comme pour le Christ, notre service est de révéler au monde l’amour paternel de Dieu, afin que le monde puisse se laisser réconcilier avec Dieu (cf. 2 Corinthiens 15,20). Comment pouvons-nous ensemble réaliser ce service ?

Premièrement, en vivant des sacrements ! Une vie de serviteur, avec le Christ, ne peut être authentique que si elle se nourrit des sacrements et plus particulièrement des trois premiers d’entre eux : le baptême, la confirmation et l’Eucharistie. Il n’est pas anodin que ce soit lors du repas de l’institution de l’Eucharistie que Jésus réalise ce geste du lavement des pieds. Il n’y a pas de service véritable sans être nourrit par notre participation dominicale à l’Eucharistie. C’est un ordre du Seigneur : « Faites cela en mémoire de moi » (1 Corinthiens 11,24.25)

De même, comment le faire sans la force de l’Esprit-Saint ? Et ma confirmation… qu’en ai-je fait ? ou même : l’ai-je faite ?

Nous l’avons entendu, notre service est de permettre à notre humanité de se laisser réconcilier avec Dieu. Comment être témoin de la miséricorde si je ne vis pas du sacrement de la réconciliation ?

Deuxièmement, comme puis-je vivre concrètement ce service ? En étant un chrétien engagé au cœur même des affaires de la cité mais aussi dans un des services que la paroisse elle-même rend sur notre territoire : les préparations aux baptêmes des enfants et des adultes, les préparations aux mariages, le Service Évangélique des Malades, l’accompagnement des familles en deuils, les équipes liturgiques, la catéchèse… et autres services qui permettent à nos communautés paroissiales de réaliser le premier de tous les services que le Christ nous confie : annoncer la Bonne Nouvelle, être témoin de l’Évangile.

En refaisant le geste même de Jésus, je vais laver les pieds d’un membre de chacune des Équipes de Conduite Pastorale (ECP), d’enfants de la catéchèse, de catéchistes, d’un retraité, d’une personne exerçant une activité professionnelle, d’un couple et de personnes portant le soucis des plus pauvres par leur engagement au Secours Catholique ou à la Croix Rouge. Que ce temps, soit pour chacun l’occasion de renouveler intérieurement son engagement dans son propre service d’Église ou de se poser la question : et moi, où puis-je être serviteur ? Amen.

Je suis prêtre de l’Église Catholique, vicaire général du diocèse d'Amiens, curé de la paroisse de la Paix, délégué épiscopal à l'accompagnement des séminaristes. Je suis aussi membre de l'Institut Notre Dame de Vie.

0 réponse pour “Serviteur”

  • Pour le prêtre aussi c’est une expérience forte. Chaque année, ce geste m’impressionne. Laver les pieds de celles et ceux auprès de qui nous sommes au service invite à regarder son sacerdoce avec un regard toujours nouveau: comment suis-je toujours plus serviteur?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.