Sur la route du retour

Tout à une fin ! C’est ainsi que Paul et Barnabé rentre de leur premier voyage missionnaire en Asie Mineure. Sur la route du retour, ils visitent les communautés les communautés qu’ils ont fondées à l’aller. Ils exhortent ces communautés à persévérer dans la foi et ils affermissent le courage des disciples. Paul et Barnabé ont le souci d’affermir la foi et le courage des nouveaux convertis. Ils organisent aussi la communauté en donnant des responsabilités aux uns et aux autres, ceci « après avoir prié et jeûné. »(Actes 15,23)

« Préparez le chemin du Seigneur… »

« Préparez le chemin du Seigneur… »(Luc 3,4) Telle est l’invitation que crie Jean le Baptiste à qui veut l’entendre. Cette invitation nous est adressée. Il nous faut préparer le chemin du Seigneur : dans notre vie personnelle mais aussi au cœur du monde.

C’est un vaste chantier, digne d’une véritable entreprise de travaux publics. Nous ne pouvons pas nous dérober vivre ce chantier.

Le Christ nous a aimé jusqu’au bout.

Par cette célébration du Jeudi Saint, nous ouvrons le beau Triduum Pascal. Ces trois jours pour nous conduire au cœur même de la foi chrétienne : célébrer le Christ mort et ressuscité. Ces célébrations trouveront leur point culminant au cœur même de la Veillée Pascale avec l’annonce de la Résurrection. Ils nous font découvrir comment le Christ nous a aimé jusqu’au bout.

En ce premier jour, nous prenons le temps de nous assoir avec le Christ. Il nous invite à son dernier repas. Au cours de celui-ci, nous allons recevoir un enseignement de la part du Christ qui vaut un ordre de mission ! Cet enseignement nous dit aussi quel est notre devenir de disciples.

Jeudi Saint

Au cours de son dernier repas avec les disciples, alors qu’il institue l’Eucharistie, Jésus réalise ce geste magnifique du lavement des pieds. Lui, le maître, lave les pieds des disciples, des plus petits. Il fait ce qui, normalement, est réservé à l’esclave ! En faisant ceci, Jésus manifeste la grandeur de son amour pour nous : un amour si grand qu’il se fait esclave pour nous servir, pour nous guérir, pour nous laver.

Jésus Christ

3 dimanche ordinaire – Année A

Cette semaine nous sommes invités à prier tout particulièrement pour l’unité des chrétiens. Cette invitation à la prière concerne bien sûr à prier pour les différentes confessions chrétiennes mais aussi pour l’unité à l’intérieure même de notre communauté chrétienne. Ne pensons pas que les remarques faites par Paul aux Corinthiens ne nous concernent pas. Elles concernent chacun d’entre nous tant il est facile de critiquer les autres, de les juger et de les classer dans l’une ou l’autre catégorie : tradis ou charismatiques, conservateurs ou progressistes, sur la langue ou dans les mains, debout ou à genoux… je vous laisse continuer la liste ! Ou pire encore par les ragots et les cancans que l’on peut débiter dès la fin de la messe ! Rien de cela ne travaille à l’unité de la communauté.

Homélie pour le 23 dimanche ordinaire C

« Ne peut pas être mon disciple ». Cette affirmation de Jésus revient par trois fois dans le texte d’Évangile que nous venons d’entendre (Luc 14,26.27.33). À chaque fois, cette affirmation est associée à un choix : préférer Jésus aux autres membres de sa famille (v. 26) ; porter sa croix et suivre Jésus (v. 27) ; renoncer à tout ce qui nous appartient (v.33). Une question se pose donc à nous : qu’est-ce qu’être disciple ?

Homélie pour le 4 dimanche de Pâques C

En ce 4ème dimanche de Pâques, alors que nous entendons un extrait de l’évangile du Bon Pasteur, l’Église nous invite à prier pour les vocations sacerdotales et à la vie consacrée. En effet, nous attendons que celles et ceux qui sont appelés à ces vocations spécifiques soient pour nous l’image du Christ Bon Pasteur et plus particulièrement les prêtres. Prier pour ces vocations est important mais il est aussi fondamental de nous interroger sur la manière dont nous aidons ces vocations à éclore au cœur de nos familles et de nos communautés.