Dans la joie d’un coeur purifié

Aujourd’hui, nous entrons dans le temps du carême. Avant de voir ces 40 jours comme des jours qui peuvent être pesant par les efforts qu’il nous faut faire, souvenons-nous du but que nous devons atteindre. Ce temps, Dieu nous l’accorde pour nous « préparer aux fêtes pascales dans la joie d’un cœur purifié. »(Préface du Carême I) Le but est donc de pouvoir célébrer les fêtes de Pâques « dans la joie d’un cœur purifié »(Ibid.), en retrouvant la pureté du cœur (Cf. Préface du Carême II) Laissons cette béatitude vibrer en nous : « Heureux les cœurs purs, ils verront Dieu » (Matthieu 5,8)

Pour un carême au goût de saint Valentin !

Aujourd’hui, deux évènements se rencontrent dans le calendrier. L’un a une teneur plus commerciale : la saint Valentin. L’autre a une teneur plus ascétique : l’entrée en Carême. Certains regrettent cette coïncidence de calendrier : comment fêter la saint Valentin en respectant ce jour de jeûne et d’abstinence ? Nous pouvons aussi y voir une formidable occasion de fêter l’amour d’une manière neuve !

« Quand vous avez reçu la Parole de Dieu… »

Dans la liturgie de ce jour, saint Paul nous invite à accueillir les lectures pour ce qu’elles sont réellement : non pas une parole d’homme mais la parole de Dieu. Nous l’entendons de la bouche de l’apôtre Paul aujourd’hui, mais c’est ce que nous redisons à chaque liturgie. En effet, après chaque lecture, quand le lecteur proclame : « Parole du Seigneur », nous répondons : « Nous rendons grâce à Dieu ». De même à la fin de l’Évangile, quand le ministre ordonné proclame : « Acclamons la Parole de Dieu » et que nous répondons : « Louange à toi, Seigneur Jésus ». Nous attestons par-là, que ces paroles ne sont pas de simples paroles d’homme mais qu’elles sont paroles de Dieu.