« Quand vous avez reçu la Parole de Dieu… »

Dans la liturgie de ce jour, saint Paul nous invite à accueillir les lectures pour ce qu’elles sont réellement : non pas une parole d’homme mais la parole de Dieu. Nous l’entendons de la bouche de l’apôtre Paul aujourd’hui, mais c’est ce que nous redisons à chaque liturgie. En effet, après chaque lecture, quand le lecteur proclame : « Parole du Seigneur », nous répondons : « Nous rendons grâce à Dieu ». De même à la fin de l’Évangile, quand le ministre ordonné proclame : « Acclamons la Parole de Dieu » et que nous répondons : « Louange à toi, Seigneur Jésus ». Nous attestons par-là, que ces paroles ne sont pas de simples paroles d’homme mais qu’elles sont paroles de Dieu.

Les vignerons homicides

Dans cette parabole, Jésus nous dresse un beau portrait de son Père. Il le présente comme le maître d’un domaine. Ce domaine, il en prend soin : il y plante une vigne, il la protège avec une clôture et une tour de garde. Il prévoit, dès la plantation de la vigne, le fruit que l’on va pouvoir tirer de celle-ci : il fait creuser un pressoir. Il prévoit tout pour que cette vigne soit mise en valeur. Dieu, dans la création, a tout fait pour que celle-ci soit belle et bonne.

Jésus Christ

21 Dimanche ordinaire – Année A

Dans leur cheminement avec Jésus, il est l’heure pour les Apôtres de passer à une étape supplémentaire. Jésus va les introduire peu à peu dans le mystère de sa Passion. Avant cela, il est important de faire un point d’étape. C’est ce que fait Jésus en posant deux questions à ses disciples : « Au dire des gens, qui est le Fils de l’homme ? » (Matthieu 16,13) et « Et vous, que dites-vous ? Pour vous qui suis-je ? » (Matthieu 16,15)

Homélie pour la Transfiguration

Pierre, Jacques et Jean, à l’invitation de Jésus vous avez gravi, avec lui, cette haute montagne… sans vous doutez de l’expérience que vous alliez vivre. Certes, Jésus vous avez déjà parlé de sa passion à venir mais vous n’y avez pas cru même si Pierre, tu avais déjà confessé que Jésus est le Messie, le Fils de Dieu. Là, sur cette haute montagne, à la suite d’autres, tels que Moïse et Élie, vous allez faire l’expérience du Dieu vivant. Oui, vous vous êtes laissés conduire par Jésus et vous avez vu la Gloire de Dieu.

Ascension – Année A

Aujourd’hui, quarante jours après la fête de Pâques, nous célébrons le jour où le Christ ressuscité monte au Ciel. Il rejoint le Père. Il est désormais assis à la droite du Père. Cet événement inaugure un chemin nouveau pour les Apôtres. C’est maintenant le temps du témoignage : « Allez ! De toutes les nations faites des disciples… » (Matthieu 28,19)

L’Ascension de Notre Seigneur Jésus Christ ne marque donc pas la fin de l’histoire. Elle en inaugure un nouveau chapitre ! Tout repose maintenant sur la foi des Apôtres : il leur faut témoigner de ce qu’ils ont vécu avec Jésus, il leur faut annoncer ce que Jésus leur a enseigné. Et il en est de même pour nous : il nous faut témoigner de notre rencontre avec le Christ et comment nous apprenons à conformer notre vie à son enseignement. Cela ne se fait pas uniquement à partir d’une connaissance intellectuelle. C’est à partir de notre rencontre avec le Christ qu’il nous faut le faire. La parole donnée aux Apôtres est vrai pour nous : « Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. » (Matthieu 28,20)

Pâques 3 – Année A

Voici deux disciples qui ont vécu quelque chose de fort à Jérusalem… mais ils n’ont pas tout compris ! En retournant chez eux, ils essaient de comprendre ce qui s’est passé. Ils s’interrogent sur ce qu’ils viennent de vivre. Et voilà qu’ils sont rejoints, sur la route, par Jésus, qu’ils ne reconnaissent pas, mais qui leurs explique, à l’aide de l’Écriture, ce qui s’est passé. Le soir tombant, arrivés au but de la première journée, Jésus se fait reconnaître à la fraction du pain. Les disciples trouvent alors la joie ! Et sans se poser de question, ils repartent annoncer la rencontre qu’ils viennent de faire avec Jésus.