La fraternité au risque de la prière

Dans une actualité un peu morose, voire fataliste, une lecture superficielle de la Parole de Dieu de ce dimanche ne nous apporte pas beaucoup de soutien et de réconfort : « En ces jours-là, après une grande détresse, le soleil s’obscurcira et la lune ne donnera plus sa clarté… » (Marc 13,24) ou encore « ce sera un temps de détresse comme il n’y en a jamais eu depuis que les nations existent, jusqu’à ce temps-ci »(Daniel 12,1) Il ne semble plus y avoir d’espérance, l’horizon nous parait bouché. L’angoisse et la révolte peuvent alors monter de notre cœur.

Les textes que nous avons entendus appartiennent à la littérature apocalyptique. Mais ne nous trompons pas sur le sens biblique de l’apocalypse. Celle-ci n’est pas une littérature de catastrophe. Elle est une révélation : la venue de Jésus-Christ est la fin d’un monde et l’avènement d’un nouveau monde. Elle est une parole d’espérance au milieu des évènements dramatiques du monde.

La Toussaint, une fête de famille

C’est la foule ! « Une foule immense… une foule de toutes nations, tribus, peuples et langues » (Apocalypse 7,9) Il y a de quoi être perdu au milieu de cette foule, de s’y sentir un anonyme au milieu de tant d’autres. Et pourtant cette foule ne nous est pas étrangère. C’est elle qui est le motif de la fête de ce jour. Cette foule est celle des saints, connus ou inconnus. Certains ont leur nom inscrit dans le calendrier, d’autres non. C’est pour cette foule que nous venons faire monter vers le Seigneur notre louange. C’est avec elle que nous unissons nos voix pour acclamer le Dieu trois fois saint ! Cette foule immense, de toutes nations, tribus, peuples et langues est notre famille. Ce sont nos frères et sœurs qui la constituent et ils nous appellent à les rejoindre ! La Toussaint est une fête de famille. Elle est notre fête !

« Lève-toi… et mets-toi en route. »

« Lève-toi et mets-toi en route. » (Matthieu 2,20). C’est sur ce thème que les pères de famille ont vécu ce 4ème pèlerinage des pères. Ils sont partis de la plage de la Maye, le samedi 30 juin, pour arriver à l’église de Crecy-en-Ponthieu, le dimanche 1er juillet. Vous pouvez retrouver les enseignements de ce pèlerinage en cliquant sur le lien suivant…

Il nous a aimé jusqu’au bout… Alléluia !

« Il nous a aimé jusqu’au bout… »

Cet amour du Seigneur ne nous a pas enfermé dans la mort. Il nous ouvre à la vie. Cette longue histoire que nous venons de relire est notre histoire. C’est notre album de famille que nous avons feuilleté. Il nous raconte comment Dieu nous a fait passer de la mort à la vie, du néant à l’existence. Cette histoire nous parle d’amour…

Cette histoire commence par un grand cri de joie : « Qu’éclate dans le ciel la joie des anges ! Qu’éclate de partout la joie du monde ! Qu’éclate dans l’Église la joie des fils de Dieu ! »(Exultet) D’où vient une telle joie ? La mort est vaincue ! Le Christ est ressuscité ! Il est vivant ! L’amour a vaincu la mort et le péché ! L’amour vécu jusqu’au bout peut rencontrer la mort mais celle-ci ne peut l’éteindre. De la mort, l’amour fait jaillir la vie !

« Un enfant nous est né, un fils nous a été donné! » (Isaïe 9,5)

En cette nuit un cri a retenti : « Un enfant nous est né, un fils nous a été donné ! Sur son épaule est le signe du pouvoir ; son nom est proclamé : ‘Conseiller-merveilleux, Dieu-Fort, Père-à-jamais, Prince de la Paix’. » (Isaïe 9,5)

Ce matin, avec Marie, Joseph et les bergers, nous contemplons l’Enfant qui est né, couché dans une mangeoire. Cet enfant est le Christ, le Sauveur !

« La grâce de Dieu s’est manifestée… » (Tite 2,11)

En cette nuit de Noël, nuit de gloire, nuit de joie, nous célébrons la naissance de Jésus. Nous célébrons la naissance du Christ. Dieu nous fait ce cadeau : il se fait l’un de nous. A tout jamais, Dieu s’attache à notre humanité. Il est Dieu-avec-nous. Pour le trouver, plus besoin de le chercher dans un ciel lointain, dans un au-delà inaccessible. Pour le trouver, comme les bergers, allons à la crèche.

Offrir la joie de connaitre Jésus en famille

Dans un monde sécularisé où il est difficile d’affirmer la foi chrétienne, ce désir de Mère JACOULET reste d’actualité : « offrir la joie de connaître Jésus et sa Sainte Famille. » Deux cent après, l’Ecole Catholique garde cette même mission, à travers l’enseignement et tout ce qui se vit au sein de l’établissement, d’offrir « la joie de connaître Jésus et sa Sainte Famille ». Cependant, une bonne éducation ne peut se faire sans le concours de celles et ceux qui ont reçu, en premier, cette mission : les parents !

Une femme parfaite, qui la trouvera ?

A partir du livre des Proverbes, chapitre 31, verset 10 à 31, essayer de tracer le portrait, non pas de la femme parfaite mais de l’Equipe de Conduite Pastorale parfaite ! Envoi en mission de l’ECP de Mers-les-Bains et de Fressenville. Première Journée Mondiale des Pauvres.

Spiritualité matrimoniale et familiale

Voici le texte d’une conférence sur le chapitre 9 de l’exhortation apostolique « La Joie de l’Amour » du pape François. Cette conférence s’inscrit dans le cadre d’une série de conférence donnée dans le diocèse d’Amiens.