« La grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes »

« La grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes. »(Tite 2,11)

Comment pouvons-nous connaitre ou reconnaitre cette grâce de Dieu ? En Jésus-Christ ! Jésus nous manifeste cette grâce de Dieu. En apprenant à connaitre Jésus dans l’évangile, en le contemplant, en priant avec lui nous découvrons la grâce de Dieu qui est amour et miséricorde. Nous apprenons aussi à vivre de cette grâce, à la laisser se déployer en nous. Jésus est le Fils bien-aimé en qui le Père trouve sa joie (Cf. Luc 3,22). Unissons-nous à lui pour que Dieu trouve sa joie en nous et que nous trouvions notre joie en lui.

Voir, marcher, offrir

Debout ! Lève-toi ! et marche ! Voilà l’appel qu’adresse le prophète Isaïe au peuple de Jérusalem. Ce dernier vit dans une atmosphère morose, triste. L’avenir semble bouché. Peut-on espérer dans un monde où l’humeur général est à la morosité, à la déprime ? C’est dans cette ambiance que s’élève le cri d’Isaïe : « Debout, Jérusalem, resplendis ! Elle est venue ta lumière, et la gloire du Seigneur s’est levée sur toi. » (Isaïe 60,1) C’est avec la même force, le même enthousiasme que ce cri retenti pour nous aujourd’hui… mais comment entrer dans une telle espérance ? Comment entrer dans la joie de cet appel de Dieu ? Regardons et imitons les mages ! Avec eux, il s’agit de voir, marcher et offrir.

En ces jours-là, Marie se mit en route…

« En ces jours-là, Marie se mit en route et se rendit avec empressement… » (Luc 1,39) La réactivité de Marie m’étonne toujours. Elle vient de répondre à l’ange Gabriel : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole » (Luc 1,38) et la voici déjà qui se met en route !

« Un enfant nous est né, un fils nous a été donné! » (Isaïe 9,5)

En cette nuit un cri a retenti : « Un enfant nous est né, un fils nous a été donné ! Sur son épaule est le signe du pouvoir ; son nom est proclamé : ‘Conseiller-merveilleux, Dieu-Fort, Père-à-jamais, Prince de la Paix’. » (Isaïe 9,5)

Ce matin, avec Marie, Joseph et les bergers, nous contemplons l’Enfant qui est né, couché dans une mangeoire. Cet enfant est le Christ, le Sauveur !

« La grâce de Dieu s’est manifestée… » (Tite 2,11)

En cette nuit de Noël, nuit de gloire, nuit de joie, nous célébrons la naissance de Jésus. Nous célébrons la naissance du Christ. Dieu nous fait ce cadeau : il se fait l’un de nous. A tout jamais, Dieu s’attache à notre humanité. Il est Dieu-avec-nous. Pour le trouver, plus besoin de le chercher dans un ciel lointain, dans un au-delà inaccessible. Pour le trouver, comme les bergers, allons à la crèche.

« Voici la servante du Seigneur… » (Luc 1,38)

A quelques heures de célébrer la Nativité de Jésus, nous venons d’entendre le récit de l’Annonciation. Nous venons d’entendre le récit de cette rencontre entre l’ange Gabriel et la Vierge Marie. Nous pouvons être étonné que l’évangéliste nous livre le récit d’un évènement si intime. Et pourtant cet évènement est un tel enseignement pour notre propre vie que nous devons l’accueillir comme une grâce, un don de Dieu.

Epiphanie

« Debout, Jérusalem, resplendis ! Elle est venue ta lumière, et la gloire du Seigneur s’est levée sur toi. » (Isaïe 60,1) Cette Parole du prophète Isaïe est une invitation à nous lever, à nous mettre en route, à reconnaître la splendeur de la lumière qui illumine notre existence : la gloire du Seigneur. Avec toute l’Eglise, nous sommes invités à briller de la présence de Dieu, à nous laisser illuminer par cette présence pour la refléter dans le monde qui nous entoure. Nous sommes invités à accueillir le Christ Jésus qui est la vraie lumière qui éclaire. Dans la mesure où nous le contemplerons, dans la mesure où nous serons ancré en lui, dans la mesure où nous nous laisserons éclairer par lui, nous parviendrons à porter cette lumière au cœur du monde.